• Xavier Bertrand a-t-il favorisé le plan social chez Fralib ?

    Selon "le Parisien", l’ex-ministre du Travail aurait bloqué un courrier dénonçant les irrégularités du plan social du fabricant de thé. L’intéressé nie en bloc.

    Xavier Bertrand pointé du doigt dans sa gestion du dossier Fralib. Selon "le Parisien" daté du lundi 27 août, l’ancien ministre du Travail aurait favorisé la mise en place du plan social chez Fralib. L’affaire remonterait à mars 2012. Alors que la Direction régionale de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) s’apprêtait à envoyer une lettre pointant les anomalies du plan social proposé par la direction, le cabinet de l’ancien ministre serait intervenu pour demander à l’administration d’ignorer les irrégularités.

    Toujours selon le quotidien, cette intervention du gouvernement aurait permis à l’entreprise fabricant du thé de valider la nouvelle version du plan social... deux jours avant le premier tour de la présidentielle, le 20 avril. "Je n’ai jamais bloqué, ni moi ni mon cabinet, l’envoi d’un courrier", assure de son côté Xavier Bertrand, qui dément toute intervention de son ministère.

    Unilever, propriétaire de l’usine Fralib à Gemenos a décidé en septembre 2010 de fermer le site, qui compte 182 salariés, pour délocaliser la production en Belgique et en Pologne. Le site qui a cessé de produire à la fin du mois de juillet 2011, est toujours occupé par une partie des salariés.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/soci...

    Scandale : la presse offre un coup de pub gratuit à Unilever

    En plein scandale Fralib, la presse française offre des articles de publicité gratuite par dizaines au groupe. Un réel enfumage qui tente de faire passer Unilever comme une entreprise attentive aux pauvres.

    La faute à une dépêche AFP ce mardi matin, vantant les mérites d’un coup de marketing d’Unilever( Knorr, Magnum, Dove, Lipton, Axe…). Le groupe a réussi à faire passer son idée de réduire le nombre de quantité vendue par paquet, et donc le prix, pour une mesure sociale. Le gros de la presse s’est empressée de reprendre l’équation : « moins de quantité = moins cher » comme si c’était génial et une avancée sociale pour les pauvres européens, de plus en plus nombreux.

    Un cadeau offert à ce groupe, une semaine après l’interview hallucinante dans le Figaro, dans laquelle le PDG refuse sur des prétextes fallacieux de céder la marque Eléphant à ses ex-employés de Gémenos, tout en se permettant de menacer l’Etat.

    Le site du quotidien belge Le Soir avait déjà dénoncé l'entourloupe avec l'aide du Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs : Pauvreté en Europe: le Crioc dénonce le «  cynisme » d'Unilever

    A noter toutefois un reportage de BFM-TV qui fait fort bien son travail, à l’inverse de la majorité des autres médias.

    Merci aux Tweets d'Humour de droite pour avoir signalé l'affaire


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :