• Wauquiez attaque le RSA par la droite

    Théorie marxisteLe ministre des affaires européennes  s’apprête à porter un sérieux coup au RSA, sous prétexte de «lutter contre l’assistanat, cancer de la société française». Il a annoncé hier sur BFM TV qu’une loi devrait être proposée au parlement dans les dix jours imposant aux bénéficiaires de l’allocation à travailler 5 heures par semaine. Comme si la pauvreté condamnait en plus à une peine d’intérêt général.

    Laurent Wauquiez souhaite également plafonner les allocations perçues, toutes confondues, à 75 % du SMIC. Le président du groupe « Droite Sociale », intéressant oxymore, argumente ainsi : « un couple qui est au RSA en cumulant les différents systèmes de minima sociaux, peut gagner plus qu'un couple dans lequel il y a une personne qui travaille au Smic».  

    Rappelons que Martin Hirsch, à l’origine du RSA, a depuis longtemps dénoncé cette « fausse bonne idée ». Objectant très logiquement que forcer les gens à travailler gratuitement n’allait pas aider à résorber le chômage.
    L'experte Alice Brassens, membre de l'Agence nouvelle des solidarités actives (l'Ansa, qui accompagne l'application du RSA dans les départements), dément clairement les affirmations du ministre. "La personne qui ne travaille pas gagne moins, et ça c'est sûr. Ca c'est l'esprit du RSA. A titre d'exemple, un couple avec enfant sans travail gagnera 1.050 euros au total, dont 700 euros de RSA (le reste provenant de la Caisse d'allocations familiale, de l'aide au logement, etc.). Un couple avec enfant, dont l'un est payé au Smic touchera 1.600 euros au total, dont 300 de RSA."

    Les réactions à cette agression de Wauquiez ne se sont pas fait attendre. A commencer par Marie-George Buffet, sur France Info ce lundi matin. « Le RSA, ce n’est pas de l’assistanat, c’est la société qui assure un moyen de survivre à des gens qui sont au bout de tout. Et ces gens veulent un vrai travail » s’est-elle indignée, avant d’accuser le gouvernement «une fois encore d'essayer de rameuter l'électorat d'extrême droite en montrant du doigt les Français qui vivraient de l'assistanat, en essayant de diviser notre peuple ».

    David Assouline, qui remplace temporairement un Benoît Hamon souffrant comme Porte Parole du PS, estime qu’ « il n'est pas possible de dire que l'essentiel est de légiférer sur la question des bénéficiaires du RSA pour réduire leurs prestations à 75% du Smic alors que le problème majeur pour ces gens - il faut être complètement aveugle pour ne pas l'avoir vu - c'est d'avoir du boulot! ». « La grande injustice c'est quand quelqu'un peut voir  que d'autres ont 40, 50, 100, 200 fois son salaire », a-t-il ajouté.

    Le NPA a également réagit par communiqué ce matin, expliquant qu’ «en voulant limiter à 75% du Smic le cumul de tous les minima sociaux, il [ndlr : Laurent Wauquiez] contribue à maintenir sous le seuil de pauvreté les 8 millions de personnes qui vivent avec moins de 950 euros par mois. Rappelons qu'une personne seule touche 466 euros net par mois au titre du RSA et un couple avec un enfant 840 euros. »

    Le Parti de Gauche estime de son côté que « le véritable - cancer de la société française -, ce sont les inégalités au profit des plus riches qui rongent les principes de solidarité de notre système social. » Et conclut sur : « les véritables assistés sont ceux qui bien que riches échappent à l'impôt ! Plutôt que les aides sociales, le Parti de Gauche propose de plafonner les hauts revenus, à commencer par celui de Laurent Wauquiez ! »

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :