• Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine

    Référendum en Alsace : le "non" en tête dans le Haut-Rhin (définitif), le projet de fusion rejeté

    Philippe Richert, ce soir, à la Maison de la Région (Photo DNA-Christian Lutz-Sorg)

    Philippe Richert, ce soir, à la Maison de la Région (Photo DNA-Christian Lutz-Sorg)

    1.273.862 électeurs alsaciens étaient appelés aujourd'hui à se prononcer sur la création d'une Collectivité territoriale d'Alsace. Selon des définitifs, le "non" l'emporte dans le Haut-Rhin. Le projet de fusion des trois collectivités, conseils généraux et conseil régional est donc rejeté. Malgré un "oui" largement majoritaire dans le Bas-Rhin.


    21h47 : le "non" à 55,74 % dans le Haut-Rhin selon des résultats définitifs

    Les résultats définitifs du Haut-Rhin viennent de nous être communiqués. Ils sont les suivants :

    Participation : 37,18 %

    "Oui" : 44,26 %

    "Non" : 55,74 %.

    21h40 : à Strasbourg, le "oui" en tête, mais une très forte abstention... (nouveaux résultats partiels)

    Selon des résultats partiels qui portent sur près de 90 % des voix dépouillées, à Strasbourg, le "oui" est à 69,98 % des voix, le non à 30,02% des voix. Mais l'abstention dans la métropole alsacienne atteint des sommets : la participation est de 26,51 %, soit un électeur sur quatre qui s'est déplacé ! Dans ces conditions, le "oui" strasbourgeois représente 17,99 % des électeurs inscrits...

    21h : le "non" largement en tête dans le Haut-Rhin, le "oui" largement en tête dans le Bas-Rhin, le projet de fusion rejeté

    Pour que le projet du fusion des trois collectivités porté par Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner soit validé par les Alsaciens, il fallait que, dans chaque département, le "oui" l'emporte sur le "non" et qu'il dépasse la barre des 25 % des inscrits.

    Selon les résultats partiels dont nous disposons à cette heure, trois conditions sur quatre ne sont pas remplies : le "oui" n'est pas majoritaire dans le Haut-Rhin et n'y atteint évidemment pas la barre des 25 % des inscrits ; le "oui" est majoritaire dans le Bas-Rhin, mais à l'heure qu'il est il n'atteint pas la barre des 25 % des inscrits (mais les résultats strasbourgeois peuvent encore changer la donne).

    En tout cas, la majorité du "non" dans le Haut-Rhin, en suffrages exprimés, suffit à elle seule à mettre fin au processus de création d'un conseil unique. Les trois présidents, Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner en ont pris acte.

    A 21h, selon les résultats partiels, dans le Bas-Rhin, le "oui" était à 66,88 % des voix (23,97 % des inscrits), le "non" à 33,12 % des voix. Avec un taux de participation de 33 % des voix. A Strasbourg, dont les résultats définitifs sont encore attendus, sur un peu plus d'un tiers des bureaux dépouillés, le "oui" était à 62 %.

    Dans le Haut-Rhin, selon les derniers résultats partiels dont nous disposons, le "non" est en tête avec 54,81 % des voix, loin devant le "oui" qui fait 45,19% des voix.

    Dans sa première réaction, Philippe Richert a souligné que le "oui" était en tête à l'échelle de la région, Haut-Rhin et Bas-Rhin confondus. Maigre consolation, mais argument politique qui sera certainement utilisé dans les jours à venir.

    20h22 : le "non" largement en tête dans le Haut-Rhin selon de nouveaux résultats partiels

    Selon de nouveaux résultats partiels qui portaient sur trois quart des bureaux de vote.

    Le "non", selon ces résultats partiels, arrive en tête avec 54,81 % des voix. Le "oui" est à 45,19 %.

    Selon Philippe Richert, qui s'est exprimé il y a quelques minutes, "sauf miracle, le processus s'arrête là". Charles Buttner, président du conseil général du Haut-Rhin a tenu sur France 3 le mêmes propos, faisant lui-aussi le constat que le processus d'arrêtait là.

    Jo Spiegel, conseiller général PS du Haut-Rhin, partisan du projet, s'est dit déçu sur France3 et a imputé une partie de la responsabilité de l'échec à Charles Buttner qui, tout en soutenant officiellement le "oui" aurait par son attitude privilégié le non.

    Sur Alsace20, Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin, a constaté que les Alsaciens n'ont pas "osé l'avenir" et n'ont pas "pris le risque d'oser l'avenir". Peu auparavant, M Kennel a déclaré à l'AFP «Quand on a des débats sur les questions institutionnelles, ça n’intéresse pas nos concitoyens. Quand on vote pour une personne ou un parti, ça intéresse davantage», a commenté à Strasbourg le président (UMP) du Conseil général du Bas-Rhin, Guy-Dominique Kennel. Il a aussi déploré les retombées de l’affaire de l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui a reconnu détenir un compte non déclaré à l’étranger après des mois de mensonge. «Aujourd’hui, c’est incroyable le nombre de fois où on m’a parlé de l’affaire Cahuzac», a confié Guy-Dominique Kennel à l’AFP.

    Le projet de création d'un Conseil unique d'Alsace, tel que proposé par Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner serait donc rejeté selon ces résultats partiels.

    Selon des résultats partiels à 20h13, le "oui" serait en tête dans le Bas-Rhin, mais inférieur aux 25 % des inscrits

    Selons des résultats partiels portant sur 78 % des bureaux de vote, le taux de participation dans le Bas-Rhin a été aujourd'hui de 37,73 %. Le "oui" a rallié 66,67 % des suffrages (24,27 % des inscrits) selon ces résultats partiels, le "non" 33,33 %.

    Premiers résultats 

    A Colmar, le NON arrive largement en tête. A Colmar, dont le maire UMP, Gilbert Meyer, n'avait pas pris position explicitement, critiquant le projet de fusion les tout derniers jours encore, le "non" l'emporte selon des résultats définitifs. A Colmar, le non est en tête avec 67,02 % des voix. Le "oui" est à 32,98 % des voix. La participation était de 36,28 %.

    Le OUI de très peu à Mulhouse, mais une très faible participation : à Mulhouse, le "oui" l'emporte de très peu et l'abstention est très forte. On comptait à la clôture des bureaux de vote un taux de participation de 24,68 % ! Le "oui" a rallié 50,17 % des suffrages dans la ville dirigée par l'UMP Jean Rottner qui défendait le projet de création d'un conseil unique. Le "non" est à 49,83 %.

    Le NON l'emporte à Eschbach-au-Val (Vallée de Munster) : le "non" est arrivé en tête aujourd'hui dans la commune d'Eschbach-au-Val (Vallée de Munster) dont le conseiller général, M. Gsell, s'était d'ailleurs prononcé contre le projet de Conseil unique d'Alsace. Sur 317 inscrits dans la commune, on compte 139 votants, 136 exprimés. 99 électeurs se sont prononcés pour le "non", 37 pour le "oui".

    Le NON l'emporte à Soultzbach-les-Bains (Vallée de Munster) : le "non" l'emporte également dans la commune de Soultzbach-le-Bains (Vallée de Munster). Sur 561 inscrits, 244 électeurs ont participé au scrutin. On compte 231 suffrages exprimés, dont 104 pour le "oui" et 127 pour le "non".

    Canton de Sainte-Marie-aux-Mines, le OUI en tête, mais une forte abstention : dans le canton de Sainte-Marie-aux-Mines dans le Haut-Rhin, le "oui" l'emporte avec 57,25 % des voix, le "non" étant à 42,75 %. Mais l'abstention est forte, la participation n'étant que de 32,08 %.

    Dans le chef-lieu de canton, Sainte-Marie-aux-Mines, le "oui" est à 60,32 %, le non à 39,68 %. La participation dans le chef-lieu a été de 39,68 %.

    Le NON l'emporte à Weckolsheim (canton de Neuf-Brisach) : A Weckolsheim, sur 377 inscrits

    Le NON l'emporte à Neuf-Brisach : le non arrive en tête dans la commune de Neuf-Brisach dans le Haut-Rhin avec 59,51 % des voix. Le "oui" rassemblant 40,49 % des voix. La participation était de 35,56 % des voix.

    par Christian Bach, publiée le 07/04/2013 à 20:00
    ECHEC TOTAL

    DE BRUXELLES ET DE BERLIN

    QUI VOULAIENT « EUROPEISER L’ALSACE

    Le «non» l'emporte

    au référendum sur le conseil unique

    par Jean LEVY 

    Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine

    Et, malgré vous, nous resterons Français

    Vous désiriez germaniser la plaine

    Et notre coeur, vous ne l'aurez jamais !

     

    NON   A

     

    20 heures

     

    La fusion du conseil régional d'Alsace avec les deux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, soumise ce dimanche à référendum, n'aura pas lieu, selon des résultats partiels qui créditent le «non» d'une victoire par 56,44% des voix dans le Haut-Rhin.

    Les électeurs Bas-Rhinois y seraient en revanche favorables à 65,56%. Mais il fallait, pour faire passer le projet, que les votes positifs représentent plus de la moitié des suffrages et au moins 25% des électeurs inscrits dans chacun des départements. Or, selon les premières indications, l’abstention en Alsace atteindrait 60%...

     

    Les Français, de l’UMP comme du PS, qui voulaient faire de l’Alsace un « land européen », visaient en premier cette région, mais ils avaient pour objectif de rééditer l’opération en Bretagne et en Corse pour« détricoter » la France.

    Mais leur coup a manqué. Et le NON alsacien est une victoire de l’unité française.

     

     

     « canempechepasnicolas »,

    qui avait fait campagne pour le NON, s’en félicite !

    http://canempechepasnicolas.over-blog.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :