• Victimes collatérales des lasagnes au cheval

    De Feuchy (62) au Palais de l'Elysée : la grande marche pour l'emploi des salariés de Fraisnor

    marche-fraisnor-2013.jpg

     


    Feuchy (Pas-de-Calais) : la lutte exemplaire des travailleurs de FRAISNOR avec le syndicat CGT

     

     http://comite-pour-une-nouvelle-resistance.over-blog.com/

     

    Victimes collatérales des lasagnes au cheval, les salariés de Fraisnor filent à pied vers Paris

    Publié le 15/04/2013 Par La Voix Du Nord

     

    Ce lundi matin, des salariés de Fraisnor ont démarré une marche qui doit les mener jusqu’à Paris d’ici lundi prochain. Objectif: rejoindre l’Élysée pour alerter, en plus hauts lieux, sur la situation de l’entreprise.

    
Henri Agez, Christian Delépine et Olivier Renaut, employés chez Fraisnor, ont prévu d’arriver à Paris lundi 22 avril.

    C’est de l’usine, à Feuchy, qu’a débuté la marche ce lundi matin. Les trois marcheurs, Henri Agez, Christian Delépine et Olivier Renaut, ont pour objectif de rejoindre Paris lundi prochain, et plus précisément l’Élysée, pour remettre une lettre, signée des 120 salariés à François Hollande.

    En passant par Hénin-sur-Cojeul et Saint-Léger, les marcheurs, encadré par deux véhicules syndicaux et deux autres de la gendarmerie, cheminaient lundi jusqu’à Bapaume. Péronne, Roye, Noyon, Compiègne, Senlis, Sarcelles sont les autres villes dans lesquelles les manifestants ont prévu de faire escale d’ici lundi prochain. Ils y seront chaque fois accueillis par des instances syndicales.

    Des engagements respectés, assure la préfecture

    Tandis que les marcheurs foulaient le bitume, lundi matin, se tenait en préfecture le troisième comité de suivi concernant la situation de l’entreprise Fraisnor. Il a permis de vérifier que les engagements pris par les participants, dont la communauté urbaine d’Arras qui veut racheter les locaux, ont bien été respectés.

    Ainsi, la CUA a bien signé un protocole de vente avec Fraisnor concernant le bâtiment. « Une première avance a été versée à l’entreprise pour qu’elle puisse tenir bon en cette période de tension », confirmait le préfet Denis Robin. « Du côté de l’État, le dossier a été envoyé au ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, afin de lui demander l’exonération d’impôts sur la plus value, pour qu’aucune partie de la vente ne soit payée à l’État sous forme de taxe. De plus, M. Garot, ministre de l’Agroalimentaire, a rappelé l’ensemble des clients de Fraisnor pour leur rappeler l’intérêt de soutenir une entreprise de ce type, pour qu’elle puisse dépasser la crise conjoncturelle. »

    Enfin, le chef d’entreprise a fait le point sur l’activité de la société qui, bien qu’elle ait gardé l’essentiel de ses fidèles clients, n’a pas encore retrouvé son activité d’avant la crise de la viande de cheval.

    http://www.lavoixdunord.fr/region/victimes-collaterales-des-lasagnes-au-cheval-les-ia29b0n1179159

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :