• Un monde complètement zinc

    Un monde complètement zinc

    mardi 28 mai 2013

    Voilà l’épilogue d’une jolie histoire de mondialisation. Tout commence en 2004 dans les Côtes-d’Armor. Odifa, une société spécialisée dans la fabrication de produits azotés, importe de Chine 120 tonnes de sulfates de zinc, dont elle revend 1 tonne à un transformateur d’Ille-et-Vilaine.

    Ledit transformateur, MG2Mix, concocte avec ce sulfate de zinc un oligo-élément censé requinquer le bétail, un « prémélange » qu’il refourgue à un spécialiste du complément alimentaire pour animaux de ferme. Symbiopole, filiale de Lactalis Industries, le géant des produits laitiers, touille tout ça pour en faire un fortifiant qui est aussitôt acheté par 4 674 éleveurs. Sauf que le sulfate de zinc présent dans la mixture était aussi bourré de cadmium. Une joyeuseté qui s’attaque au foie, aux reins et à la moelle osseuse. Résultat des courses : 350 000 veaux, vaches, moutons, caprins, vont se régaler de cadmium pendant un an.

     

    Comme d’hab, la contamination des gamelles a été découverte par hasard, lors d’un contrôle de routine fin décembre 2005, par les Fraudes. Jusqu’à 300 fois la dose limite de cadmium dans la tambouille du bétail ! Ce qui la fiche mal, c’est que, dix mois auparavant, Lactalis Industries avait prévenu son fournisseur MG2Mix de la présence de cadmium dans le sulfate de zinc. Les deux boîtes, ainsi qu’Odifa, mises dans la confidence, s’étaient fendues d’une déclaration de sinistre auprès de leur assureur. Mais aucune des trois n’avait eu l’idée de prévenir les autorités sanitaires !

    C’est donc avec dix mois de retard que, prévenus par les Fraudes, les services vétérinaires s’étaient démenés pour tenter de récupérer à l’abattoir les foies et reins gorgés de métaux lourds avant qu’ils ne finissent dans nos assiettes. À force de voir leurs vaches péricliter, devenir stérile ou donner naissance à des veaux rachitiques, une dizaine d’éleveurs ont fini par porter plainte. Sept ans plus tard, la Cour d’Appel d’Angers vient de rendre son jugement. Symbiopole, la filiale de Lactalis, est relaxée, comme son fournisseur MG2Mix. Seul l’importateur, Odifa, est condamné à une simple amende de 15 000 euros, plus 800 euros pour son pédégé. Soit 5 centimes d’euro par tête de bétail contaminée…

    « Ça revient moins cher que de faire des contrôles », s’est énervé l’avocat des éleveurs. Olivier Faro. Le plus renversant, c’est que les juges n’ont pas pensé à indemniser les éleveurs. Ils peuvent toujours aller boire un coup au zinc !

    Le Canard Enchaîné N° 4830 du 22 mai 2013

    http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article23101


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :