• Traitement douteux d'une légion pas ordinaire

    Traitement douteux d'une légion pas ordinaire à Notre Dame des Landes

     


    Retour à la légion "squatteuse" du 8 juin !

    Ma tendance naturelle étant de "cracher" sur les médailles qui sont souvent mal attribuées, inégalitaires, porteuses de copinage  ... et particulièrement celles de la Légion d'honneur, au parfum militaire ( pas frais)  comme nombre de civiles (ref celle de Guéant etc..), seuls les refus me semblaient donc honorables...
    Marie-Monique Robin devait avoir ce regard, puisque quand elle a appris qu'une lui était proposée, elle n'a tout d'abord pas cru ;  quand il s'est avéré qu'il n'y avait pas erreur, elle a pensé la refuser !

    Changement de cap, elle a finit par l'accepter, mais pas dans les beaux oripeaux dorés d'un Ministère, non elle a choisi de la recevoir dans le hangar de la Vacherit, sur la Zad de NDDL. Quelle belle  idée  : solidaire et politique ...

    http://www.arte.tv/sites/fr/robin/2013/05/01/sacree-legion-suite-rendez-vous-le-8-juin-a-notre-dame-des-landes/


    Dès le début, je me suis dit que c'était quand même un sacré pied de nez à la légion, mais je ne pensais pas qu'elle porterait autant de rebellion et de demande révolutionnaire ( dans le sens noble du terme et non violent). Recevoir une médaille dans une grange squattée, il fallait oser ...

    Mais l'intérêt de cette démarche, pour moi avant tout, était que ce refus d'une remise classique donnerait un autre éclairage à cette légion "squatteuse" et  l'essentiel : offrirait une argumentation plus visible pour informer le plus grand nombre. Marie-Monique Robin ayant été choisie par le gouvernement,  elle reflétait aux yeux de tous ( et au vu de ses solides reportages aux nombreux prix) un gage de sérieux dans l'opposition à l'Ayraulport ;  les journalistes auraient donc du accourir vers la Vacherit ( d'autant que le sujet hors des clous était des plus insolite) et ainsi démontrer combien avec ses finesses et sérieuses analyses, elle ne trouvait pas le projet pertinent mais dépassé et injustifié ! Donc un poids lourd en plus des juristes, avocats, élus,  pilotes, agronomes, chercheurs, botanistes,   etc...

    Mais non, hors des sphères de convaincus et des cercles alternatifs, aucune diffusion de cette information qui aurait du être prioritaire, si on la compare aux futilités annoncées,  aux marronniers  (bac en juin et neige en hiver par exemple), il y avait matière à un thème intéressant et polémique. L'Acipa a prévenu France 3, Ouest-France,  etc ...pourtant,  mais n'a pas fait de battage, comme pour la Chaine humaine (normal c'était plus intime). Ce qui démontre que sans l'hélicoptère embarquant l'Afp entre autres, les centaines de panneaux piqués sur tout l'hexagone, les affiches etc... il n'y aurait pas eu grande info sur le sujet pour la Chaine humaine non plus.
    Tout en ayant un regard extrêmement critique au sujet des médias qui sont capables de pulser le pire ( exemple après la mort de Clément : donner la parole aux fachistes largement), et d'ignorer les vérités et les expertises, il faut quand même se dire que sans eux, ce combat est voué à l'échec. Ce n'est pas pour rien qu'il y a rallonge budgétaire pour la communication dans l'autre camp !

    Le Collectif d'Alsace révèle avec pertinence  combien non seulement le sujet a été évincé, mais la communication pro-aéroport intensifiée pendant le fameux week-end du 8 juin, c'est scandaleux.

    http://collectif-alsace-contre-nddl.blogspot.fr/2013/06/a-quoi-joue-t-on-dans-la-presse-pros-aeroport.html


    Mediapart va-t-il s'emparer aussi du sujet comme de celui de l'agression intolérable sur la Zad ?

    http://blogs.mediapart.fr/blog/camilles/170613/les-medias-vont-ils-relayer-cette-agression-innommable-comme-il-se-doit

     

    Si on recherche presque 10 jours après,  cet événèment "Légion à NddL" (sur Google par ex) on constate que sa venue a été annoncée (1 mois avant environ voire plus) par les grands médias, qui donc ne l'ignoraient pas, mais quand il a été vraiment dans l'actualité rien ! Ni Libération, ni Le Monde, pas même Mediapart, ni Politis ont traité le sujet, c'est déroutant.





    Les journalistes auraient du être présents pour écouter les deux intervenantes sous le hangar de la Vacherit et réfléchir à la pertinence des propos de ces 2 personnes reconnues !!!
    Déjà le discours de Dominique Meda a été particulièrement offensif et prônant des choix de société à l'inverse de ce que qu'on nous impose.http://communiques-acipa.blogspot.fr/2013/06/discours-de-dominique-meda-loccasion-de.html

    Les paroles de Marie-Monique Robin, ont été aussi un vrai réquisitoire pour changer ce Monde qui ne tourne pas rond.  Elle a d'abord parlé de ce qu'implique pour elle d'être journaliste :  affronter les lobbys et les intérêts privés sans être orientée. Elle n'a pas manqué de citer Albert Londres  "Il faut mettre la plume dans la plaie" et de faire sienne cette nécessité ! Quelle rigueur morale...
    Il est certain que nombre de journalistes devant cette maxime seraient mal à l'aise ;  il y a tellement peu de rigueur et d'investigation en règle général, mais des journalistes moutons de panurge sur les autoroutes de la pensée unique (référence en Syrie par ex). Ce qui veut dire que ces paroles là sont filtrées ou  évitées pour la majorité...
    Marie-Monique Robin a évoqué ses films combats qui ont eu un certain impact en Argentine notamment (ce n'est pas elle qui l'a dit) et puis elle n'a pas eu peur d'évoquer Hollande (source actuelle de la Légion d'honneur) et Ayrault qui parle toujours de croissance comme solution, alors qu'elle est le problème et qu'il faut absolument changer le paradigme pour éviter "un chaos ingérable".

    J'ai pensé aux copains  et copines qui, bien que respectant ce geste pour le combat contre l'Ayraulport, se sont dit qu'une remise resterait une remise et qu'ils n'avaient pas envie de venir dans un contexte trop protocolaire. Elles, ils ont eu tort, cette remise n'était qu'un alibi et s'est transformée en une belle conférence prônant la lutte pour notre environnement et l'humain dans une atmosphère détonante et si chaleureuse.  Bien sûr Marie-Monique Robin a dit à quel point il était important de gagner cette Lutte, c'est pourquoi, il lui a paru judicieux de venir sur la Zad dans ce contexte. Elle a salué toute la résistance, mis en lumière la terre précieuse et les paysans, puis salué l'Acipa, les paysans44, les collectifs, les comités et enfin largement les zadistes à qui elle a tiré son chapeau. Je dois dire qu'en écoutant sa liste, j'ai craint qu'elle ne les oublie et j'imaginais alors la polémique qu'elle aurait engendrée. Mais non, les clameurs et les applaudissements ont retourné les occupants de la Zad présents qui étaient un peu en retrait (à cause de cet honneur républicain poussiéreux sans doute ?). Ils ont été secoués par la prestance et l'intégrité de la dame comme tout le monde. Quelle chaleur humaine et puis, quand son papa a entonné une chanson dédiée à la terre, quelle émotion !!!. Pour terminer, la chanson de la zad contre Vinci... moments formidables partagés.

    Je ne reviendrai pas sur les moments jubilatoires comme le périple sur la zone à défendre, où nous avons découvert des lieux insolites (cabanes perchés ou pas ... si paumées) que nous n'avions pas imaginés, malgré tous les tours en vélo dans les lieux mythiques les autres fois... Les beaux effets de "Sème ta Zad", qui ont poussé partout, magnifique ...Le fournil, les échanges avec des occupants de la Zad, tout ça avec notre copine parisienne enthousiaste, venue dans le bus de Marie-Monique Robin . Il faut dire qu'être "projetée" de Paris, après 4h de route, sur le bocage avait de quoi secouer en ignorant un  lieu si insolite et revendicatif pour un tel évènement. Que de belles  découvertes pour tous ces camarades parisiens repartis chez eux  encore plus convaincus de l'aberration économique et écologique de ce projet d'un autre âge.

    Reste à espérer que les journalistes se penchent eux aussi  un peu plus sur les argumentaires des deux camps et voient l'intox des pro-aéroport, repris point par point par l'Acipa (donc démontrée).

    http://acipa.free.fr/Savoir/4Pages_Desintox.pdf

    Dommage que Marie-Monique Robin avec les images qu'elle a de ce samedi, ne puisse montrer  via un documentaire qu'en parallèle de ce week-end là,  les pro-aéroport ont investi les journaux , contrairement aux opposants dont les arguments doivent être trop solides et inquiéter la partie inverse... Mais pas facile dans sa posture non plus !

    Pourtant il serait intéressant de traiter ce sujet, cela révélerait que quand il s'agit de caricaturer la lutte et de la présenter avec des images ou des mots réducteurs,   tels que  " ce sont surtout les anarcho autonomes et autres décroissants venant de l'étranger qui mènent la danse et qui se sont accaparés ce sujet comme ils auraient pu le faire avec un autre..."  alors que la lutte historique avec les paysans date de plus de 30 ans et fait focaliser sur elle paysans, habitants, citoyens etc... pas d'hésitation  pour forcer ce trait ( de la part d'un certain nombre comme Atlantico dernièrement !).

    En réalité cette lutte, est d'une variété très riche et là est sa force ( où le juridique a grande place), Marie-Monique Robin a bien énuméré la majorité des opposants jusqu'aux Collectifs de partout. La chaine humaine avec au moins 40 000 personnes et beaucoup d'images ont démontré la diversité des opposants.

    Ne reste plus qu'à se battre jusqu'au bout pour que les fleurs sauvages de la Zad  (dont Marie-Monique Robin a  eu 2 beaux bouquets) se ressèment chaque année et ne finissent jamais sous le goudron... Comme tout le bocage magnifique !!!

    http://blogs.mediapart.fr/blog/camilles


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :