• Solidarité avec les travailleurs de TND

     AmériqueAmériqueSolidarité avec les travailleurs de TND. Leur combat est notre combat

     

    Amérique

     Soutenons les salariés du site d'Autun de la société NORBERT DENTRESSANGLE en lutte pour sauver leur emploi.

    Amérique

    Un mouvement de grève qui bloque le site du transport eur Norbert Dentressangle d'Autun. Une vingtaine de salariés protestent contre la fermeture de l'agence autunoise.

    Depuis lundi, les chauffeurs sont en grève "illimitée" et bloquent l'entrée de ce site qui emploie 56 personnes.

    Ce mouvement de protestation est lié à la crainte d'une fermeture prochaine du site, après la perte fin décembre du principal contrat local du transporteur qui représentait 80% de son activité, ont indiqué la direction et les syndicats.

    Des chauffeurs bloquent l'agence valenciennoise de Norbert-Dentressangle

    Le conflit qui agite le site valenciennois de Norbert-Dentressangle ne faiblit pas : hier, trois chauffeurs de Dentressangle ont débuté une grève de la faim

    Refusant un projet de restructuration qui prévoit la fermeture des sites où ils travaillent, trois chauffeurs du groupe de transport Norbert Dentressangle ont arrêté de s'alimenter. Ils craignent d'être remplacés par des conducteurs polonais recrutés à bas coût. La direction dément.

    Y a-t-il un danger de dumping social chez Norbert Dentressangle ? Les syndicats le soupçonnent fortement. La direction réfute. Le ton monte entre des salariés qui craignent de perdre leur emploi et le groupe. Une chose semble acquise : deux sites du groupe de transport sont menacés de fermeture. L'un se trouve à Autun, en Saône-et-Loire ; l'autre à Thiant, près de Valenciennes, dans le Nord. C'est précisément à Thiant, où le plan social a été annoncé mardi, que trois chauffeurs ont entamé une grève de la faim pour protester contre ces restructurations.

    La direction du groupe estime que le site de Thiant est condamné par la perte de deux gros clients (dans l'industrie automobile et l'approvisionnement de fast-food) qui représentaient 70% du chiffre d'affaires. Les 30% de l'activité restante vont donc être transférés à Arras, dans le Pas-de-Calais. A Autun, le site employant 56 personnes a également perdu son plus gros client (dans l'industrie du câble électrique) qui assurait 90% de l'activité.

    Des chauffeurs français qui ne sont "plus rentables"

    La direction assure qu'il n'y aura pas pour autant de suppression d'emplois : elle a fait savoir jeudi que sur les 56 personnes travaillant à Thiant, 33 devraient être reclassées sur le site d'Arras, et 23 autres dans d'autres sites, par un plan de sauvegarde de l'emploi. Dentressangle dément en outre que 40 chauffeurs polonais aient été embauchés à Arras et Calais à la place des 41 chauffeurs de Thiant, comme l'a affirmé la CFDT dans un communiqué. "Il y a amalgame. Des chauffeurs polonais travaillent effectivement en sous-traitance sur ces sites mais uniquement pour le transport international, avec des camions polonais, au profit des filiales polonaises du groupe", a expliqué une porte-parole du groupe.

    Mais le syndicat est vent debout contre ce projet de restructuration. "Ce pseudo plan social nie l'individu et permet in fine au groupe de se servir du pavillon français comme variable d'ajustement pour ses seuls profits afin d'enrichir les actionnaires", écrit la CFDT Transports. Et les chauffeurs se sont mis en grève. A Autun, le site est bloqué depuis mardi. A Thiant, après avoir, dans un premier temps, entamé une action similaire de blocage, les salariés laissent désormais entrer et sortir les camions. Mais depuis mercredi soir, trois chauffeurs sont en grève de la faim sur le site. Ils bénéficient de la "solidarité de la population locale", a indiqué Pascal Brunet, délégué syndical CFDT.

    "Notre patron nous a clairement dit que les chauffeurs français n'étaient plus rentables. Nous sommes payés 2600 euros par mois, alors qu'un chauffeur polonais est payé 1300 euros, un Roumain 1000 euros et un Hongrois 900 euros, comme l'a montré une reportage télévisé sur les Esclaves de la route", a-t-il ajouté.

    AmériqueD'abord une réunion provoquée par la direction en date du 23 décembre puis un courrier individuel de confirmation... Les chauffeurs routiers de Norbert-Dentressangle (27 000 salariés dans quatorze pays) basés sur la zone industrielle n° 1 de Thiant sont en colère (même si côté syndicats, ça ne bouge pas beaucoup pour l'instant !).

    Vingt-trois sur les trente conducteurs travaillant en zone internationale vont être licenciés ainsi que trois personnels sédentaires. Une coupe sombre à laquelle s'ajoute la fermeture pure et simple du site de Thiant, délocalisé à Arras.

    Au départ de la décision de la direction : un plan de prévention des risques. Les membres de l'association française des routiers en colère (AFRC), déclarée il y a trois semaines en sous-préfecture de Valenciennes, affirme que la direction a profité de ce plan - dont elle a donné un résumé de quatre pages aux salariés - pour parler d'expropriation et préparer ainsi le regroupement de l'unité locale avec celle d'Arras. Les adhérents d'AFRC ont épluché, eux, le rapport complet d'une centaine de pages et affirment : « Il aurait suffi que la direction mette le site aux normes. »

    Ces chauffeurs en colère voient dans cette décision un tout autre objectif. Pour eux, comme à Calais, l'idée est d'embaucher des chauffeurs de l'Est sur Arras, pour les remplacer : « Une quinzaine de conducteurs low cost doivent arriver sur le site calaisien cette année », rapporte un Valenciennois, « et ça devrait être pareil à Arras. » C'est donc la consternation. D'autant que ce sont les chauffeurs à l'international qui trinquent alors que le seul gros marché perdu est celui de Renault sur la région. « Pourquoi cela ne concerne-t-il pas la zone courte ? », s'interrogeaient-ils, hier vers 21 heures, alors qu'ils venaient de commencer le blocage du site de Thiant.
    De la main-d'oeuvre bon marché

    En fait, la réponse, ils pensent l'avoir : « Les Polonais, les Roumains ou les Bulgares arrivent pour trois semaines, ils travaillent non stop, avec juste les repos obligatoires et ils rentrent chez eux en mini bus... Tout ça pour deux à trois fois moins de salaire que nous. »

    L'irritation est grande puisque, selon eux toujours, Norbert-Dentressangle aurait augmenté en 2010 son chiffre d'affaires de plus 4,4 % par rapport à 2009. « On veut nous licencier sur le prévisionnel de 2011 alors qu'à elle seule la branche transports a fait + 6 % ! »
    Réunion avec le DRH demain

    Hier soir, les chauffeurs avaient décidé d'empêcher les tracteurs (le camion sans la remorque) en zone longue de sortir. Les ensembles routiers chargés étaient autorisés à passer : « On ne veut pas pénaliser nos clients. » Par contre, tous étaient d'accord pour poursuivre : « On reste toute la nuit et on part sur une grève illimitée. » Ils sont d'ailleurs toujours sur place en ce lundi après-midi.

    Une réunion est prévue demain matin avec le DRH national de Norbert-Dentressangle pour la mise en place du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) •

    Lire le reportage de France 2 sur les conducteurs routiers fait réagir les organisations patronales

    Leur combat, c'est aussi notre combat, contre la casse de nos emplois, de nos écoles, de nos droits sociaux orchestrées par les amis du premier cercle, dont Norbert Dentressangle, un ami de notre Président.

    Que va devenir le conducteur routier de chez Norbert qui a eu l'inconsciance de dire que son employeur l'oblige à se mettre en coupure dans les opérations de chargement et de déchargement.

    Il va probablement être "déchargé" de tout souci avec son chrono numérique. Peu de chances qu'il passe entre les mailles du filet du DRH de ND comme le chef d'agence xénophobe.

    Bizarre quand même que le groupe Norbert Dentressangle n'ait pas encore réagi

    La couleur rouge de ses camions a la couleur du sang de ses esclaves.
     

    Soutenons les ,en leur rendant visite et en s'inquietant de ce dont il en besoin  pour continuer la lutte.

    Solidarité de tous. Pour la défense de nos emplois.  

    Parti communiste Français Autun 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :