• Antiterrorisme: opération com' de Sarkozy ce vendredi matin

    Opération policière de ce vendredi matin prise sur le vif

    Nicolas Sarkozy l'a annoncé en direct sur Europe 1 ce vendredi matin. Une opération de police très largement médiatisée sur le terrain contre les "milieux islamistes radicaux" a conduit à la mise en garde à vue de 17 des 19 personnes arrêtées, selon le ministère de l'Intérieur.

    Plusieurs chaînes de télévision et de nombreux photographes étaient sur place tôt ce matin pour filmer les interventions sans lien avec l'affaire Merah menées par l'unité d'élite du Raid et du Groupe d'intervention de la police national (GIPN) à Toulouse et dans sa région, mais aussi à Nantes, autour de Lyon, dans la région parisienne et en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

    Interrogations sur les armes saisies

    "Je peux vous dire qu'un certain nombre d'armes, dont des kalachnikovs, ont été saisies", a déclaré Nicolas Sarkozy. Une affirmation atténuée par une source judiciaire, qui invitait à la "prudence" sur ces résultats car les perquisitions étaient en cours en milieu de matinée et qu'il n'était pas certain dans l'immédiat qu'elles soient utilisables.

    D'autres opérations à venir…

    L'opération, qui intervient à trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, n'a aucun lien avec l'affaire Merah, a reconnu le candidat UMP à la présidentielle. Mais ce dernier a annoncé de pareilles opérations à venir dans les prochains jours. "Ce qui s'est passé ce matin va continuer, il y aura d'autres opérations qui continueront et qui permettront d'expulser du territoire national des gens qui n'ont rien à y faire", a dit le président-candidat sur Europe 1.

    Sarkozy : les interpellations "vont continuer" par Europe1fr

    … dont la police doute de leur efficacité

    Il semble que ces arrestations concomitantes aient bien été précipitées pour coller au calendrier politique. Selon Reuters, cette opération qui vise une "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", mais ne porte sur aucun projet d'attentat ou de recrutement de combattants, était envisagée ces dernières semaines par la haute hiérarchie policière mais suscitaient des réserves.

    Le débat portait alors sur l'opportunité d'une telle opération en période électorale et surtout sur sa pertinence en terme d'enquête, certains magistrats et policiers penchant pour une poursuite des surveillances déjà en cours afin d'approfondir la connaissance des réseaux éventuels.

    Sarkozy, premier flic de France

    Le gouvernement semble avoir trouvé les arguments pour que trois juges d'instruction antiterroristes signent la commission rogatoire permettant l'intervention policière. Cette nouvelle séquence d'un Nicolas Sarkozy premier flic de France intervient après son omniprésence médiatique lors de l'affaire du Tueur au scooter et des drames de Montauban et Toulouse (à lire: Sarkozy se donne à voir à Montauban et Toulouse)

    Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a réfuté vendredi que le coup de filet dans les milieux islamistes radicaux soit une "opération de communication", affirmant que les personnes interpellées étaient animées par "une idéologie de combat".

    Un groupe islamiste radical visé. Plusieurs des personnes arrêtées sont soupçonnées d'être proches du groupement islamiste radical Forsane Alizza ("Les "Cavaliers de la fierté"), dissous en février par le ministère de l'Intérieur.


    votre commentaire
  • DCRI Donc, il est mort. Les seules sources d’information dont nous disposons proviennent du gouvernement, du RAID et de la DCRI. Lemensonge étant un mode de travail courant dans ces milieux, nous pouvons raisonnablement douter de la réalité des faits ! La preuve de sa culpabilité ne vient que des déclarations qu’il aurait faites au cours de ses « négociations » avec la police.

     

    Et, comme il est mort, personne ne viendra contredire ces allégations.

     

    Et sa mort semble bien être un choix : Christian Prouteau, ancien chef et créateur du GIGN, explique à qui veut l’entendre que le choix tactique du RAID ne pouvait conduire qu’à une issue fatale, alors que le prendre vivant était tout à fait possible.

     

    La version des faits est simple : Mohamed Merah serait le coupable unique et il aurait agi seul, mu par sa propre détermination. Il n’y a aucune explication sur ses revenus, sur l’acquisition de plusieurs armes, ni sur ses véhicules. Remarquons que ces armes, qu’on nous dit bon marché et abondantes, relèvent plus de la propagande destinée à apeurer les populations à l’égard des quartiers populaires que de la réalité. Pour l’instant, les armes dispersées par les guerres du capital, dans les Balkans, en Libye, en Afghanistan et ailleurs, réapparaissent dans les mains de voyous trafiquants, comme on pense l’avoir vu à Marseille, et pas dans les quartiers populaires, où il n’y a aucun fait à ce jour.

     

    Ces voyages en Afghanistan et au Pakistan l’auraient conduit à être « suivi » parla DCRI. Un jeune homme, tout juste sorti d’une adolescence délinquante, est un « sujet » que les spécialistes des services spéciaux se font une spécialité de manipuler ! De plus, sa soi-disant arrestation en Afghanistan, qui n’aurait laissé aucune trace judiciaire, est soit une invention pure et simple, soit une réalité. Mais alors, ce serait la CIA qui serait en cause, bien connue pour être à l’origine de retournements et de manipulations dans ses prisons spéciales.

     

    Il aurait tué trois militaires français désarmés en représailles contre les sales guerres où l’armée française est engagée. Or, si la population peut légitimement condamner ces guerres, jamais des militaires en garnison n’en ont été tenus pour responsables. L’acte est proprement sidérant !

     

    Et on atteint le comble de la sidération dans l’assassinat d’enfants, dans la cour de leur école ! Le lien entre le fait que ces enfants soient juifs et les exactions de l’État d’Israël est quand même dur à avaler !

     

    Ces actes, autant barbares que stupides, laissent pantois !

     

    On est donc en droit d’avoir un doute raisonnable. D’autant que les conséquences politiques sont assez claires. Et il y en a au moins deux.

     

    • D’abord, montrer du doigt les musulmans comme une source de danger pour la société, toujours prêts à basculer dans le djihadisme. Les responsables musulmans n’en peuvent plus de se justifier, expliquant que l’Islam est une religion de paix. Que ne proclament-ils pas que le terrorisme islamique est une invention de l’Empire ? Que ce sont ces djhadistes-là qui ont fait le coup de feu en Libye et en Syrie pour le compte dela rédaction. Europole, qui rassemble les polices d’Europe, tient des statistiques. De 2006 à 2010, pendant ces cinq ans, 85 % des actes classés terroristes sont les attentats séparatistes (en France, ces 85 % d’attentats sont tous en Corse !). Les attentats djiadistes représentent moins de 0,5 % des attentats commis dans le monde… et aucun en France ! Où est le danger djihadiste ?

     

    • Ensuite, il faut étayer un sentiment de frayeur dans la population, qui deviendrait redevable d’un Président protecteur ! Puisque ça a marché en 2007, pourquoi pas en 2012 ? L’appel à l’unité nationale autour de peurs inventées est répugnant, d’autant plus quand on connaît le mépris très européen pour la Nation que professent les promoteurs dela méthode. Ils cherchent à se refaire un humanisme à bon marché en pleurant sur les victimes, eux qui ont bombardé sans émoi la population libyenne et qui ragent de ne pouvoir le faire en Syrie.

     

    La fièvre électorale agite tout ce petit monde sarkozyste, sans que leurs prétendus adversaires ne soulèvent la moindre remarque.

     

    Mais la campagne électorale va reprendre son cours, après que ce soit répandu le sang de sept victimes. Le capital a choisi depuis plusieurs mois le vainqueur. Nicolas Sarkozy ne peut pas être ce vainqueur, car il a laissé derrière lui trop de ressentiments qui pourraient conduire à l’émeute. Le gagnant sera donc de gauche, pour apaiser les esprits et faire croire à un changement. Mais il n’en sera rien : son programme reste l’austère Europe.

     

    DR


    votre commentaire
  •  

    http://zeredac.files.wordpress.com/2012/03/argentsale.jpg

     

     

    L'aïeul, Joseph, dispose d'une rue à Paris. Un penseur tellement réactionnaire que la plaque de sa rue mentionne le qualificatif et qu'un gauchiste comme philippe Solers peut écrire à son propos : "Ne dites à personne que vous lisez Joseph de Maistre. Plus réfractaire à notre radieuse démocratie, tu meurs." (Nel Obs, 21 juin 2007).


    Joseph, qui était du premier cercle de Louis Philippe pensait la réaction.


    Patrice l'actuel, lui aussi du premier cercle… de l'émule de Charles X revisité par Badinguet, panse, lui,  le portefeuille de notre contemporain monarque et pour cela prend des risques.


    Bref, l'actuel a de la lignée.


    Depuis quelques jours il se refait une santé dans les lieux du même nom pour avoir selon les juges…voici tel que rapporté par le JDD du 25 mars (comme peu de lecteurs de La Canaille sont abonnés au JDD, voici l'article, c'est goûteux) :


    De Maistre écroué pour le financement de l’UMP

    Le juge Gentil soupçonne deux remises de fonds à la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy. De Maistre nie et dort en prison.

    Pas de trêve électorale dans l’affaire Bettencourt. L’inverse même. Patrice de Maistre, l’ancien gestionnaire de fortune de la milliardaire de Neuilly, a été écroué dans la nuit de jeudi à vendredi, à 3h30 du matin, à l’issue d’une audition marathon et de deux nouvelles mises en examen, pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux. "Des faits nouveaux sont intervenus", selon le parquet de Bordeaux, qui, comme les juges d’instruction saisis du dossier, a réclamé la mise en détention de Patrice de Maistre. Officiellement, le "fait nouveau" concerne deux versements, de l’ordre de 5millions d’euros, perçus par Patrice de Maistre en 2010 de la part de Liliane Bettencourt au titre des indemnités de départ. Découverts peu de temps avant l’audition de jeudi, ces versements "nouveaux" justifieraient la mise en détention de Patrice de Maistre, déjà sous contrôle judiciaire et qui avait réglé une caution de 2 millions d’euros.

    Mais selon nos informations, c’est plutôt le retour d’une commission rogatoire internationale de Suisse et l’analyse des mouvements en espèces de la famille Bettencourt qui ont brutalement changé la donne. Le juge Jean-Michel Gentil, qui mène l’instruction, estime "qu’il existe désormais à l’encontre du mis en examen Patrice de Maistre des charges importantes d’avoir participé à un système de “mise à disposition d’espèces par compensation” du 5 février 2007 au 7 décembre 2009 pour des montants considérables de 4 millions d’euros", comme il l’écrit dans une ordonnance de saisine du juge des libertés et de la détention datée du 22mars. Les enquêteurs ont en effet découvert "la méthode" des Bettencourt pour puiser dans leurs comptes suisses afin de faire revenir les espèces à Paris par une sorte de "compensation bancaire" équivalant à un système de passeurs. Cette enquête établit qu’en 2007 Liliane et son mari, André Bettencourt, en deux fois, ont touché en liquide 800.000 euros venus de la Suisse. Patrice de Maistre était présent lors de ces remises, à leur domicile de Neuilly. En 2008, deux remises encore, d’un million d’euros chacune. En 2009, trois remises de 400.000 euros. Soit en trois ans, 4 millions d’euros en cash… de la fraude fiscale en provenance de Suisse.

    En trois ans, 4 millions d’euros

    Dans son ordonnance du 22 mars, le juge Gentil insiste sur les deux versements de 2007 qui l’intriguent en liaison avec la campagne électorale de Nicolas Sarkozy. Patrice de Maistre et Éric Woerth, le trésorier de l’UMP, ont admis s’être rencontrés une première fois le 19 janvier 2007 "à 8h30 dans un bar de Paris situé à proximité du siège de campagne du candidat Nicolas Sarkozy", écrit le juge, dans le 10e arrondissement. Or le premier versement en espèces de 2007 a lieu le 5 février, "deux jours avant le deuxième rendez-vous dans un bar entre Patrice de Maistre et Éric Woerth intervenu le 7 février 2007", souligne le magistrat. En clair, la date d’arrivée des fonds venus de Suisse semble coïncider avec la date de rendez-vous Woerth-Maistre. La deuxième remise de 2007, le 26 avril 2007, est elle aussi de 400.000 euros. Le juge Gentil note qu’elle a lieu le même jour que la "mention de François-Marie Banier d’une conversation de Liliane Bettencourt qui lui confie : 'De Maistre m’a dit que Sarkozy avait encore demandé de l’argent. J’ai dit oui'", poursuit le juge Gentil dans son ordonnance. "Il convient de noter que des témoins attestent d’une visite du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy au domicile des Bettencourt pendant la campagne électorale de 2007, que des investigations sont donc nécessaires s’agissant de ces premières remises de 2007", continue le magistrat, s’appuyant sur des témoignages d’employés des Bettencourt affirmant qu’outre un dîner avec Cécilia, Nicolas Sarkozy aurait été reçu, un quart d’heure, par André Bettencourt au printemps 2007. En clair, noir sur blanc dans son ordonnance demandant l’incarcération de Patrice de Maistre, le magistrat bordelais soupçonne qu’une partie des fonds en espèces récupérés par les Bettencourt a servi au financement de la campagne de 2007.

    Devant le magistrat, jeudi, Patrice de Maistre a une nouvelle fois nié, malgré la menace de la prison, avoir remis de l’argent à ces fins. Jeudi, ses trois avocats, Mes Jacqueline Laffont, Pierre Haïk et Christophe Cariou-Martin ont dénoncé avec vigueur, devant le juge, la "pression" dont était la cible leur client. Refusant d’aborder le fond du dossier, ils réagissent : "Nous avons été scandalisés par la décision d’incarcération de Patrice de Maistre. Mis en examen depuis trois mois et placé sous contrôle judiciaire, il avait scrupuleusement respecté toutes ses obligations… Aujourd’hui, il se retrouve emprisonné sans motif au terme d’un artifice. On prétend que des faits nouveaux ont été mis au jour, mais pour l’essentiel, tout était connu depuis le début de l’instruction. Cette mesure coercitive ne peut s’expliquer que par la volonté d’utiliser la détention comme un moyen de pression. Nous déplorons que de telles méthodes, que l’on croyait révolues, ressurgissent en pleine période électorale."

    Dès lundi, la défense de Patrice de Maistre va plaider un référé-liberté devant le président de la chambre d’accusation de Bordeaux. Si ce référé échoue, l’ancien gestionnaire de fortune restera à la prison de Gradignan. Jusqu’à sa prochaine audition… À hauts risques.

    Laurent Valdiguié - Le Journal du Dimanche

    dimanche 25 mars 2012

     

    Le comique dans l'affaire si tant est qu'il soit possible de la qualifier ainsi, c'est que cet argent sert à financer le glissement vers l'extrême droite (l'héritage réactionnaire est préservé) et pour traquer l'étranger qui se terre devant la pureté du "sang bien de ch'eux nous".


    De Maistre l'ainé en question, de par ses combats contre la France en tant que noble savoyard rattaché au comté de Nice, ne parviendra à devenir français que caché dans les fourgons de la restauration bien après que ces esclaves à parquer dans les Antilles et autres possessions qui nous ravitaillaient en bien à bas coups issue de l'esclavage soient devenus citoyens républicains de notre république et aient participé à sa construction.

     

    L'histoire ne précise pas si les fourgons sont passés par la Suisse pour rejoindre Paris.

     

    A revisiter à l'aune de ce qui précède :

     http://www.lexpress.org/wp-content/uploads/2010/04/tintin-congo-ch.jpg

     Par canaille le rouge


    votre commentaire
  • Un arrêté, publié le 16 mars, permet la collecte et la sauvegarde d'informations sur toute personne contestant une infraction. La préfecture de police se défend de toute dérive.

    À Paris, il y a chaque année 7 millions de procédures, et 700.000 font l'objet d'un recours
    À Paris, il y a chaque année 7 millions de procédures, et 700.000 font l'objet d'un recours SIPA

    Le fichage des automobilistes contestant leurs contraventions ? C'est pour bientôt. Un arrêté paru le 16 mars au Journal Officiel acte la création d'un nouveau fichier, baptisé Ares. À chaque fois qu'un conducteur contestera un PV, plusieurs informations le concernant seront enregistrées et gardées durant cinq ans dans ce fichier : nom, âge, lieu de naissance, adresse, et éventuellement la profession et nom de l'employeur.

     

    "Pas de droit à l'oubli"

    Une mesure qui provoque la colère des avocats spécialisés en droit routier. « C'est très problématique cette dynamique de fichage à outrance. Avant, on ne fichait que les délinquants sexuels, les criminels. Maintenant, on fiche aussi les gens qui contestent un simple PV ! », tempête Me Jean-Baptiste Iosca. Selon lui, le fichier Ares est susceptible de donner lieu à de graves dérives. « Quel intérêt d'avoir le nom de l'employeur si ce n'est pas pour l'utiliser ? C'est évident que les officiers de police vont pouvoir faire pression sur le contestataire en prévenant son entreprise si cela leur chante ! »

    Me Remy Josseaume, président de l'Automobile Club des Avocats, ne décolère pas non plus. « Imaginons que le contrevant soit relaxé ou qu'il obtienne un classement sans suite, il n'aura pas le droit à l'oubli puisqu'il sera fiché, alors même qu'il n'y aura eu aucune infraction caractérisée ! Autre dérive possible : puisque le fichier permet de consulter l'historique des réclamations, si ce n'est pas la première fois que le contrevenant conteste un PV, sa demande ne sera peut-être pas traitée aussi rapidement que les autres. »

    "Aucun impact sur la décision de justice"

    Du côté de la préfecture de police parisienne, interrogée par téléphone, on se défend de toute dérive : « Ce n'est pas un fichier de police, mais uniquement un outil administratif pour faciliter le travail de gestion des contraventions, et accélerer les démarches. Il n'y aura aucune connexion entre ce fichier et la décision de justice prise sur le fond de l'infraction, après contestation de l'automobiliste. La CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés, ndlr) a rendu un avis positif et le confirme : il n'y a aucun risque de dérive. »

    Cet argumentaire n'a pas suffi à convaincre les détracteurs d'Ares. L'Automobile Club des Avocats étudie actuellement les possibilités de recours pour obtenir l'annulation de cet arrêté. En attendant, le fichage doit commencer d'ici une quinzaine de jours à Paris, avant d'être généralisé ensuite à toute la France.


    Par Alexandra Gonzalez

    votre commentaire
  • Evasion fiscale : les banques sont complices

    la chasse aux pauvres, forcément plus facile que la chasse aux riches !

    Pendant qu’on fait la chasse aux pauvres, 600 milliards d’euros d’avoirs français sont dissimulés dans les paradis fiscaux en toute impunité.

    C’est un livre explosif que publie aujourd’hui Antoine Peillon, grand reporter au journal La Croix. Bénéficiant d’informations de toute première main, il montre comment la banque suisse UBS organise depuis la France un système massif d’évasion et de fraude fiscale vers les paradis fiscaux.

    Afin de mettre en contexte les informations incroyables auxquelles il a eu accès, le journaliste a croisé différentes sources bien informées pour estimer à 590 milliards d’euros l’ensemble des avoirs français dissimulés dans les paradis fiscaux, dont 220 milliards appartenant aux Français les plus riches (le reste étant le fait des entreprises). Environ la moitié de ce total (108 milliards) seraient dissimulés en Suisse, la dernière décennie voyant fuir environ 2,5 milliards d’avoirs par an. Depuis 2000, UBS France aurait soustrait en moyenne 85 millions d’euros au fisc français chaque année, ce qui montre son importance, mais souligne également combien d’autres établissements bancaires, y compris français, participent à ce genre d’activités.

    Sous certaines hypothèses, ces donnés l’incitent à estimer à 30 milliards d’euros le manque à gagner de recettes fiscales du à la fraude internationale, soit un peu plus de 10% du total des recettes. De son côté, la Commission européenne estime l’importance de la fraude fiscale de l’ordre de 2 à 2,5% du PIB des pays européens, soit pour la France de l’ordre de 40 à 50 milliards d’euros au total, dont 15 à 20 milliards de fraude internationale.

    Comment fait la banque UBS pour mener ses opérations sur notre territoire ? Environ 120 chargés d’affaires suisses seraient présents clandestinement en France pour démarcher les grosses fortunes françaises, ce qui est rigoureusement interdit par la loi mais réalisé, d’après Antoine Peillon, en toute connaissance de cause par la maison-mère en Suisse. Chaque commercial est muni d’un document, le manuel du Private Banking, «véritable guide en évasion fiscale». Afin d’être rémunéré en proportion du chiffre d’affaires qu’ils rapportent, les commerciaux sont bien obligés d’enregistrer à un moment ou un autre leurs transactions. Ils le font dans une comptabilité cachée baptisée «carnets du lait» que l’on peut trouver dissimulés dans des fichiers Excel intitulés «fichier vache». On aura compris l’analogie : la France est une vache fiscale dont il faut traire le lait…

    Les commerciaux présents en France utilisent les mêmes techniques que celles mises en évidence par la justice américaine : UBS organise des évènements mondains auxquels ils invitent clients et prospects. Dans les documents récupérés par Antoine Peillon, on trouve parmi les clients les noms de footballeurs connus, et même d’un haut responsable du football international pour lequel une commerciale note après un rendez-vous à Monaco en 2002 que l’entretien fut «long et difficile, mais fructueux», ou encore un navigateur, un auteur réalisateur de cinéma et… Liliane Bettencourt. Celle-ci est tout bonnement accusée d’avoir enfoui 20 millions d’euros, entre 2005 et 2008, à l’occasion de transferts entre la France, la Suisse et l’Italie par l’intermédiaire de comptes UBS et BNP Paribas avant de finir, affirme l’auteur, dans des enveloppes remises à des personnalités de droite.

    Antoine Peillon lance de nombreuses et graves accusations dans ce livre. Mais il est sûr de ses sources : des cadres écœurés d’UBS en France, en Suisse et des services secrets français. Les preuves dont ils disposent ont visiblement été transmises à plusieurs autorités de régulation, dont l’Autorité de contrôle prudentiel en charge de la surveillance du comportement des banques.

    Le parquet a été saisi mais ne bouge pas, assurant une forme de protection aux gros fraudeurs. C’est pour lever cette impunité que le journaliste a décidé d’écrire ce livre. Il faut le lire et le faire connaître, pour la démocratie.

    Ces 600 milliards qui manquent à la France. Enquête au coeur de l’évasion fiscale par Antoine PEILLON – Seuil – 192 pages – 15 €.

    (Source : Alternatives Economiques)

    http://gauchedecombat.com/


    votre commentaire
  •  

    Colère froide et interpellation.

    Un certain Vladimir Ilicht Oulianov jeune fils de noble héréditaire à quatre ans 

     

     Que cela arrive une fois par accident, nul n'est à l'abri d'un dérapage et s'il se reprend…


    Mais quand dans la même période trois messages de sources différentes reprennent une même idée il ne faut pas laisser passer.


    A trois reprises, après les meurtres de Haute Garonne, La Canaille a reçu un message où était mis en comparaison le nombre d'enfants assassinés par les impérialismes en Afghanistan, en Palestine ou plus globalement au moyen orient, mis dans une équation barbare avec ces trois gosses assassinés par un fou de dieu qui n'a rien à envier aux premiers.


    Message du genre "relativise n'en fait pas trop la balance est déséquilibrée".


    Du point de vue de La Canaille, ce sont les auteurs de ces messages qui ont tendance à le devenir, déséquilibré.


    En feuilletant les p@ges du carnet de La Canaille, bien malin qui y verrait un signe ostentatoire de défense d'un sionisme sur le fond de tout temps ici combattu ou la moindre recherche d'une légitimation au comportement criminel du gouvernement de Tel Aviv.


    Devant ces messages qui commencent à devenir aussi envahissant qu'insupportable, expliquons nous une bonne fois pour toute.


    Précisons, puisqu'il le faut, que si "Dieu", pour La Canaille entité indiscernable parceque hors de son champ de pensée, pris individuellement peut éventuellement être une issue qui appartient à chacun, dès qu'il est instrumentalisé par un groupe, sous toutes les latitudes et de tous temps, produit des outils de coercitions qui ont comme nom toutes les déclinaisons possibles en toutes langues sur tout Livre de croisade et inquisitions, tortures et massacres.


    Ce qui fait la différence entre l'humanité et la barbarie c'est justement la volonté des tenants de la première de s'affranchir des ténèbres de la seconde. C'est le sens de tous le combat émancipateur qui porte les luttes de libération nationale comme les luttes sociales et politiques. Il prend parfois  du fait de la barbarie de ceux qui s'opposent aux avancées de l'humanité, des formes guerrières qui conduisent à des affrontements de plus en plus violents.


    Ce qui fait une autre différence dans ces affrontements, c'est la façon de mener le combat. Les maquisards, puis les militaires qui ont traqué les responsables de Tulle et D'Oradour ne les ont pas pendus aux réverbères ou brulés dans une église ; ils les ont capturés pour permettre de les juger.


    La 2ème DB et la colonne Fabien arrivant en Allemagne n'ont pas brulé des écoles maternelles pour venger Oradour. Ni Guernica ni Nankin ne peuvent justifier Dresde ou Hiroshima. Demandez aux palestiniens si comptabiliser les tués de Toulouse est une aide à Gaza ? Vous ne le ferez pas parce que vous connaissez d'emblée la réponse.


    Tuer des enfants pour les seuls critères qu'ils seraient ceux d'un camp honnis met les auteurs du crime et leurs justificateurs dans le camp des barbares. Le camp de ceux qui défendent le droit aux représailles meurtrières commises par l'armée impérialiste d'Israël. Ils sont à mettre au même niveau que ceux qui ont défendu les exactions des armées françaises, américaines et autres en Algérie en Afrique au Vietnam ou ailleurs. Cela s'applique à toute ces pratiques. Partout et pour tous.

     

    Poussons le bouchon : un des signes des basculements clairs est toujours quand une armée de libération devient une armée d'oppression. Cela vaut de Phnom Penh à Alger, et aussi de Prague à Kaboul. Quand ce signe apparaît il est prémisse à l'effondrement et l'impérialisme non seulement gagne à tout les coups mais se renforce de ces basculement.


    Donc tenir cette arithmétique nauséeuse du type "certes c'est pas bien mais en face il font pire" ne diminue pas le pire mais tend à justifier les exactions à venir. C'est de plus affirmer l'idée raciste de la culpabilité des enfants des crimes attribués à leurs parents.

     

    De Toulouse, il y a quelques siècle, Simon de Montfort avait lancé "tuez les tous, Dieu reconnaitra les lies siens". Les horreurs qui suivirent et leur rejet ne sont pas pour rien dans le cheminement en France d'une pensée collective conduisant à l'émergence de l'esprit laïc et républicain singulièrement dans le midi rouge.


    Justifier ou ne pas condamner des assassinats d'enfants quelques soient les choix intellectuels politiques spirituels de leurs parents renvoi à Simon de Montfort.


    Plus tard, les camisards, puis les maquisards ont traqué Dragons de Louis XIV et milices de Pétain pas les enfants de Dragon ou ceux de miliciens.


    De plus par une curieuse théorie des ensembles antiscientifique ou une sorte de darwinisme politique dire que spontanément un gosse scolarisé dans un lycée juif est condamné parce que c'est un repère du Betar avec filière pour l'armée d'occupation, même si la possibilité existe voire est parfois réelle, cela justifie-t-il d'abattre des gosses de trois ans ?


    Avec ce raisonnement, lequel d'entre vous aurait assassiné Lénine noble héréditaire par la grâce du Tzar, ou Marx fils de bourgeois et capitaliste, brûlé Voltaire élevé par les jésuites, guillotiné Louise Michel puisque fille de Châtelain mais épargné Doriot qui n'a jamais fréquenté de lycée ?


    Désolé le combat pour l'émancipation humaine n'est pas un jeu de rôle sur console informatique où l'ont peut revêtir l'armure de son choix. Dans le combat politique l'uniforme que chacun se choisi montre le profond de ses préférences.


    Et puisque ceux qui parfois véhiculent ces idées se piquent d'une culture théorique, rappelons leur cette phrase de Lénine : "toute pratique est pratique d'une théorie" et incitons les à lire avec attention deux livres : "l'Impérialisme stade suprême du capitalisme" et "la maladie infantile du communisme", cela pourra éclaircir les idées.


    La Canaille, lui, est du côté de ceux qui traquent les obscurantistes à croix, croissant, étoile ou Haut de forme, trident ou cordes à linges s'ils existent, et les forces de répressions officielles ou officieuses qui les servent.

    Par canaille le rouge 


    votre commentaire
  •  

    Le Conseil constitutionnel dit non au fichier des « gens honnêtes »

     

    Les Sages retoquent le fichier central biométrique qui devait concerner tous les Français, invoquant une atteinte à la vie privée.

    Le Conseil constitutionnel a censuré, jeudi 22 mars, la création d'un fichier central biométrique, proposition phare de la loi instaurant la nouvelle carte d'identité électronique, en invoquant l'atteinte au respect de la vie privée.

    Si l'instauration d'un fichier --un "traitement de données à caractère personnel" dans le jargon juridique -- est justifié par un motif d'intérêt général (la lutte contre l'usurpation d'identité), celui-ci porte atteinte au droit au respect à la vie privée, ont considéré les Sages.

    Ceux-ci pointent en particulier la nature des données enregistrées (comme les empreintes digitales), l'ampleur du fichier (la quasi-totalité de la population française) et "les caractéristiques techniques" qui permettent son interrogation à d'autres fins que la vérification d'identité d'une personne. Le fichier était baptisé "le fichiers des gens honnêtes".

    Le Conseil constitutionnel a aussi censuré une disposition qui visait à donner accès au fichier à la police et à la gendarmerie pour les besoins de la prévention et de la répression de certaines infractions, notamment liées au terrorisme. "En permettant que les données enregistrées dans ce fichier soient consultées à des fins de police administrative ou judiciaire, le législateur aurait omis d'adopter les garanties légales contre le risque d'arbitraire", poursuit le Conseil constitutionnel.

    La puce "vie quotidienne" censurée

    Outre la disposition sur le fichier, le Conseil constitutionnel a aussi censuré un article qui donnait à la carte d'identité une fonction de "signature électronique", c'est-à-dire une puce permettant de s'identifier de "manière sécurisée" sans "avoir à multiplier les codes de connexion ou les mots de passe", en évitant toute fraude "du titre de paiement d'un tiers". Le Conseil constitutionnel estime que cette puce transforme la carte d'identité "en outil de transaction commerciale".

    Les juges constitutionnels ont en revanche validé l'article instaurant la carte d'identité biométrique à des fins de lutte contre le phénomène d'usurpations d'identité qui touchent entre 13.900 et 200.000 personnes par an, selon les chiffres de l'Observatoire national de la délinquance et du Crédoc.

    Le Conseil constitutionnel avait été saisi d'un recours par les parlementaires PS contre ce texte définitivement adopté par le Parlement le 6 mars.

     
     
    Par Le Nouvel Observateur avec AFP

    votre commentaire
  •  

    Campagne suspendue ?

     

    Campagne suspendue ?

     

    Hypocrisie  !   d'abord on pourrait se poser la question " pourquoi avoir voulu  la suspendre " cette idée de Hollande et Sarkozy  ..est assez étrange !   puisque que les événements dramatiques auxquels nous assistons depuis quelques jours ,  ont quelque chose de bien plus politique  que certains gadgets fantaisistes , secondaires développés par les candidats jusqu'à présent  , ainsi que ces parties de ping pong qui donnaient à cette campagne un air de " pas sérieux du tout ".. suspendre ?  çà veut dire bloquer tout un processus démocratique  , et faire de la pub à un abruti !  sur le principe c'est incompréhensible cette idée ! 

    Non à l'évidence ,  malgré cette forme d'union sacrée ou de trève  , afin de bien apparaitre vis à vis de l'électorat  , la campagne n'a pas été suspendue !  et çà se voit !  jugez en  :

    Les candidats Hollande, Bayrou,  Dupont-Aignan, M Le Pen, E Joly étaient présents à l'hommage officiel des 3 militaires victimes du tueur !  Le Pen, Joly et Dupont-Aignan ont d'ailleurs voyagé dans le même avion !  Croyez vous qu'ils y seraient allés s'ils n'étaient pas en campagne ? ... le probléme c'est que l'un des candidats est aussi président sortant !  et en tant que tel , c'est sa place et il sait bien que çà lui procure un avantage  par rapport aux autres  !  ... Alors il faut lui coller aux baskets , occuper un peu de terrain quand même  ..  !  On a tous compris la manoeuvre !  assez lamentable d'ailleurs cette troupe d'outsiders à la remorque du sortant  !   NDA pour se justifier allant jusqu'à dire qu'il y allait non pas en qualité de candidat , mais de député de la nation !  C'est nous prendre pour des couillons !  il doit donc en manquer quelques centaines !  M. Le Pen , qui pendant quelques jours est restée silencieuse  et qui en remet une louche  sur l'islamisation de la société , allant jusqu'à en profiter pour ressortir la peine de mort sur ce " fléau national " ( bien que la France ait été la moins touchée ces dernières années par le terrorisme islamiste )  !  Hollande invité hier matin chez Bourdin !   Non, non, la campagne ne s'est jamais interrompue ! vaste Hypocrisie donnant raison à  Mélenchon qui a pensé qu'il fallait  poursuivre la campagne, qui était ,  au contraire « un acte de résistance » à l’odieux .

     

    Le tueur , on le sait depuis 3 heures du mat ,  a été identifié , cerné, assiégé . Il se revendique d'Al Qaida.. on aurait du coup , pensé à un groupe organisé , mais non , il est seul ! Plan écarlate pour un " loup solitaire "  ( c'est l'expression trouvée  )  !  un loup solitaire d' Al qaida qui préfére tuer que d'être tué , on est loin du portrait type Kamikaze donné à ce genre de terroriste ou il a du oublier ce coté la , dans sa formation !   A l'heure ou j'écris , il n'a pas encore été pris !  Ce que je continue de déplorer c'est le traitement fait à cette affaire par les médias . Je me demande si c'est du gout des familles , cet emballement médiatique , à coup d'éditions spéciales !  ... ou l'on suit en direct le cours des événements comme pendant la guerre du golfe !  .. ou se succédent les experts en tout !  les experts en terrorisme !  en psychologie !  et quand il n'y a rien de nouveau à se mettre sous la dent , on cherche quelques trucs qui pourraient interesser l'auditoire , futile ou pas , on s'en fout ! le principal c'est de le tenir en haleine, pour ne pas décrocher  !  Oui , je trouve çà lamentable !  l'info ok , mais là je trouve qu'on en fait un peu trop !

     

    Et puis quelles conséquences sur les élections ?  on est bien obligé d'y penser !  c'est d'ailleurs pour celà que malgré les intentions des candidats , la campagne ne s'est jamais interrompue !  ils le savent bien les candidats !  Jusqu'à présent Sarkozy était donné perdant au second tour , est-ce que çà sera toujours le cas ?  Avez vous remarqué ?  Nos médias insistent bien sur le fait  que c'est Guéant , ministre de l'intérieur , qui dirige les opérations !  comme si c'était un spécialiste !  ( çà me rappelle Neuilly ou un simple maire paraissait en faire autant ) .. et le ministre des armées , lui fait le tour des médias , pour commenter les dernières nouvelles ,  à 8 h sur RTL ,  à 8 H 30 sur RMC !  pas mal comme répartition des rôles !  et pendant ce temps , en courant de matinée,  , après celle qui suivit la minute de silence n'ayant rien d'un hommage aux victimes, le président -candidat , nous refait une déclaration très prématurée , puisque le tueur n'a pas encore été arrêté , pour ne rien nous apprendre de plus de ce que l'on sait déjà à cette heure là !  Une façon de nous  faire voir qu'il est bien là , qu'il existe , qu'il suit tout de près.. le  président -protecteur veille   ! Non non, voyons, il n'est plus en campagne !   En général , et tous les observateurs sont unanimes , ce genre de faits , si dramatiques soient -ils , profitent toujours au pouvoir en place !  C'est d'ailleurs bizarre ,  il peut y avoir eu plein de victimes innocentes ,  même à supposer des négligences commises , c'est toujours l'épilogue positif que l'opinion retient !  Bizarre , mais c'est ainsi !  .. le soulagement  que ce moment de terreur est fini ...  pendant que  les familles, elles,  qui restent seules avec leurs êtres chers disparus , çà devient secondaire . Et puis , on l'a vu par le passé , il suffit d'un évènement  parfois marquant , arrivé au moment propice, pour renverser  une campagne electorale . Et disons le,  Sarkozy sait jouer à merveille le rôle de " pompier " il est beaucoup plus à l'aise dans ce costume , que de s'expliquer sur son bilan !  A priori çà ne peut donc être que bénéfique pour lui !

     

    Seulement il y a une chose qui a retenu mon attention,  " celui qui dirige tout "  nous a dit que ce type était suivi par la DCRI depuis plusieurs années ,  qu'il était identifié par ses services  comme intégriste falafiste ,  qu'il a commis plusieurs délits avec son frére , 18 condamnations , connu pour sa violence , avec une sérieuse alerte en 2010 ...qu'il a été localisé grace à l' adresse IP du pc de son frère suite à une tractation sur le site du "bon coin " pour une moto ,  alors comment se fait -il qu'il n'a pas été interpelé plus tôt !  il aurait déjà dû l'être après son séjour au Pakistan et en Afghanistan , enfin, il me semble ! euh s'cusez moi, mais j'ai vraiment du mal à comprendre : tous ces  terroristes potentiels, dont on connait le moindre détail dans le parcours .. je pensais qu'ils étaient suivis à l'oeil de très prés !  je suis peut être novice  , mais  ...  ca mériterait des explications ... je suggère aux candidats d'en demander au pouvoir en place ,  au lieu de se livrer à cette " comédie d'union sacrée " , comme dirait Nathalie Arthaut

     

    * tiens  " L’article intitulé « La tuerie qui sauvera Sarkozy ? » est disparu d'agoravox , mais  sera de nouveau diffusé sur le Nordenstar.com et Agoravox dès que cette parodie de « suspension de campagne » aura pris fin.

    http://larepubliquedupeuple.over-blog.com


    votre commentaire
  • « Les intellectuels qui gardent le silence à propos de ce qu'ils savent, qui se désintéressent des crimes qui bafouent la morale commune, sont encore plus coupables quand la société dans laquelle ils vivent est libre et ouverte. Ils peuvent parler librement, mais choisissent de ne rien en faire ». Noam Chomsky

    1/ La stratégie de la distraction

    Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes.

    La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. »

    Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

    Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

    Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

    3/ La stratégie de la dégradation

    Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990.

    Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

    4/ La stratégie du différé

    Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat.

    D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité.

    Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

    5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

    La plupart des publicités destinées au grand public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proches du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant.

    Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ».

    Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

    Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus.

    De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

    7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

    Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage.

    « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.

    Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

    Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

    9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

    Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts.

    Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution…!

    10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

    Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes.

    Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même.

    Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

    * Site de Sylvain Timsit : http://www.syti.net/Topics.html

      http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/



    votre commentaire
  •  

    Algérie. Cesser le feu J-3, indépendance J- 111

     

     

     

    La Canaille se préparait à intervenir sur le sujet (qui méritera d'autres rebonds) quand ce communiqué du Collectif Communiste Polex s'est installé sur l'écran.

     

    Comme il est totalement partagé, vite en ligne : 

     

    Communiqué du Collectif Communiste Polex

    Cinquantenaire de l’indépendance algérienne

     

    Décidément, cette campagne électorale où les « coups » médiatiques remplacent trop souvent les analyses politiques ne nous aura rien épargné. Depuis des mois, les candidats de droite Sarkozy et Le Pen flattent le même vivier électoral xénophobe, font des immigrés africains la cause de la délinquance et du chômage, les boucs émissaires de l’austérité organisée par le capitalisme « européen ». Dans cette optique, le Président-candidat a déclaré devant un parterre de résidus de l’OAS, baptisés représentants des « pieds noirs » exilés d’Algérie, que critiquer les harkis, les collaborateurs de l’armée coloniale contre leur peuple, devrait être puni par la loi !

     

    Les 10 et 11 mars 2012 a eu lieu à Nîmes un colloque réunissant des historiens très divers sur le rôle de la Fédération de France du FLN dans la guerre d’il y a un demi-siècle. Bien que les organisateurs aient affirmé « ne pas vouloir en cela faire un choix politique », quelques centaines de manifestants rameutés de tout le sud de la France, dirigés par des élus UMP et FN, bardés de banderoles dont une au moins portait le sigle « OAS », ont tenté sans y parvenir d’empêcher ce colloque. Faute de mieux, Gilbert Collard, porte-parole de Marine Le Pen, a réuni quelques dizaines de ses partisans dans un café de la ville.

     

    A la veille du cinquantenaire des Accords d’Évian, qui marquèrent la fin de la Guerre d’Algérie, nous tenons à signifier à ces nostalgiques du fascisme de l’OAS et à tous les politiciens qui les manipulent, que nous fêtons l’anniversaire du 19 mars 1962, pour deux raisons :

     

    ·        Ce fut la victoire méritée du peuple algérien, qui avait payé très cher son droit à l’indépendance nationale, en l’imposant à l’impérialisme colonial français.

     

    ·        Ce fut aussi une victoire de tous ceux en France qui imposèrent aux gouvernements successifs, socialistes puis gaullistes, de négocier avec les combattants algériens.

     

    Cinquante ans après, notre fidélité à cet héritage anticolonial, anti-impérialiste, est total : il se traduit notamment par notre mépris absolu pour les héritiers du fascisme OAS et de « l’Algérie française » et notre volonté de voir la France refuser enfin les aventures militaires en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient.

     

    Collectif Communiste Polex

    Paris, le 16 mars 2012

     

    (1) Ecrite contre celle d'indochine et sortie le jour de DienBien Phu, la chanson deviendra ralliement dans les lycées et facs et mouvements de jeunes, parmi les opposants à la guerre d'algérie. La Canaille a volontairement choisi la version de Mouloudji.

    Par canaille le rouge


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique