• Retrait d'Afghanistan

    Retrait d'Afghanistan: le gouvernement noie le poisson

    Théorie marxiste

    La France va prendre "le temps de la réflexion" concernant sa présence en Afghanistan, a déclaré ce mardi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, alors qu'un débat est relancé sur le maintien de troupes françaises dans ce pays après la mort d'Oussama Ben Laden. (à lire aussi: Ben Laden localisé "grâce à" la torture)

    • Juppé et Longuet procrastinent

    "Retirer prématurément nos troupes d'Afghanistan, ce serait abandonner le gouvernement afghan qui nous demande de l'aider dans son combat contre le terrorisme et pour assurer à son peuple les conditions d'un développement démocratique harmonieux, explique Alain Juppé. C'est la raison pour laquelle la France en liaison avec ses alliés va prendre sur sa présence en Afghanistan le temps de la réflexion."

    Lors de la même séance des questions au gouvernement, son collègue de la Défense, Gérard Longuet, a demandé devant les députés du "sang-froid", du "réalisme", et de pouvoir "mesurer le travail" réalisé par les forces françaises sur le terrain.

    • Le but de guerre est atteint, explique Ayrault

    Le débat sur le retrait des troupes françaises d'Afghanistan a été relancé ce mardi matin par le président du groupe PS à l'Assemblée. Se félicitant que "le symbole du terrorisme soit tombé", Jean-Marc Ayrault avait estimé qu'il fallait "amorcer un retrait: l'objectif qui a conduit à l'engagement de la France en Afghanistan est largement atteint... Il y a besoin maintenant de changer de stratégie. Il faut amorcer un retrait des troupes françaises qui sont engagées", a-t-il ajouté. "Bien sûr, il faut le concerter avec nos partenaires", a-t-il précisé. Il faut "donner des signes qu'on se réoriente dans une autre direction", appelant à un débat "serein" et "très responsable" sur le sujet.

    • "Guerre illégitime" pour le PCF

    Pour le PCF, la mort de Ben Laden est un «événement important» pour «les familles des victimes des attentats du 11 septembre 2011» et pour tous ceux «que les logiques terroristes plongent dans l’horreur». Le PCF souligne qu’avec cette disparition, 
la guerre en Afghanistan est « encore plus illégitime qu’elle ne 
l’a jamais été». «Le terrorisme ne légitime pas (…) les politiques de puissance», continue le communiqué, qui souligne 
que ce sont ces politiques qui ont « contribué aux soulèvements dans le monde arabe ».

     

    • A lire:

    72% des Français refusent la guerre en Afghanistan

    Les choses sont désormais entendues sauf à l'Élysée et à Matignon. 72 % des Français sont opposés à l'intervention militaire en Afghanistan. Soit 2 % de plus qu'en juillet de l'année dernière. Fait marquant et hautement significatif : une majorité des sympathisants de l'UMP (55 %) affichent désormais leur hostilité à cette guerre. Lire la suite...


    • A voir: Le dispositif français en chiffres

    La France compte 4.000 soldats déployés en Afghanistan dans le cadre de la coalition internationale dépêchée en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001. 56 soldats français y ont été tués depuis fin 2001.

     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :