• Réhabilitation de la commune et des communards

    Montée au Mur des Fédérés

    Samedi 25 mai 2013, Rendez-vous à 14h30 devant l'entrée du cimetière du Père-Lachaise Rue des Rondeaux, Paris 20e (métro Gambetta).

    Réhabiliter les communards c'est reconnaître que grâce à leur combat la République a pu être installée durablement dans notre pays. Dès les premiers jours de sa courte existence la Commune met en place le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Elle installe la laïcité en décrétant la séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'école devient laïque, gratuite et obligatoire pour les filles comme pour les garçons. La Commune lutte contre le chômage en réquisitionnant les ateliers abandonnés par les patrons et en instaurant l'autogestion par les salariés. Elle invente le salaire minimum, elle supprime les amendes sur les rémunérations. Elle commence à mettre en place l'égalité hommes-femmes. Elle défend et développe le service public. Elle réquisitionne les logements vacants pour les sans abris. Elle donne aux étrangers comme Léo Frankel, Dombrowski, Dmitrieff, Wroblewski et d'autres …la place qui leur revient dans la société en les déclarant citoyens à part entière.

    Les mesures que les communards ont prises restent d'une brulante actualité. Nous voulons qu'aujourd'hui justice leur soit rendue. Plus de 10 000 personnes ont signé la pétition initiée par les Amis de la Commune de Paris pour demander la réhabilitation de la Commune et des Communards car l'amnistie n'a pas effacé l'injustice des condamnations iniques. Les interventions auprès de la présidence de la République, de la présidence de l'Assemblée nationale et celle du Sénat demandent une reconnaissance officielle des élus du printemps 1871. Leurs noms ont été gravés dans plusieurs halls de mairie mais aucune mairie parisienne, aucun des bâtiments publics où la Commune a été présente, ne devrait pouvoir se soustraire à ce devoir de mémoire.

    Pour l'enseignement de la Commune à l'école, les fiches pédagogiques du ministère de l'éducation nationale destinées aux enseignants ont été modifiées afin que la Commune soit prise en compte. Il reste que les programmes scolaires et les livres d'histoire doivent être transformés pour laisser la juste place qui revient à l'histoire de la Commune dont les idées sont porteuses de progrès et de justice sociale.

    Avec vous, exigeons que la date du 28 mars, jour anniversaire de la proclamation de la Commune, devienne une journée officielle de commémoration. L'enseignement de son histoire deviendrait ainsi incontournable !

    Ce que le peuple a voulu en 1871 nous avons le moyen de le réaliser aujourd'hui. Ensemble nous pouvo

    ns obtenir les mesures nécessaires afin d'établir une république sociale comme l'ont rêvée les communards.

    C'est en étant nombreux le 25 mai à 15 heures, rue des Rondeaux 20eme, à la montée au Mur des Fédérés, que nous prouverons cette volonté commune et fédératrice de faire de notre pays un modèle de progrès et de justice sociale. Conjuguons le passé au présent ! La Commune n'est pas morte !

     Lien : http://www.demosphere.eu/rv/25371
    Source : http://ulcgt10.fr/spip.php?article2507
    Source : message reçu sur servicespublics75 le 25 mars 13h
    Source : message reçu le 1 avril 09h
    Source : http://www.commune1871.org/spip.php?page=even...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :