• Reflexions sur la hausse du prix du tabac, la combativité et la démagogie

     

    REFLEXIONS SUR LA HAUSSE DU PRIX DU TABAC, LA COMBATIVITE ET LA DEMAGOGIE

    clip_image001.jpg

    « La guerre est déclarée, on ne se laissera pas faire, on va arrêter de manifester avec un petit drapeau et un bout de bois, ceux qui agissent et paralysent, comme les aiguilleurs du ciel, la SNCF, les taxis obtiennent ce qu’ils veulent ». Le président de la chambre syndicale des buralistes de l’Eure n’y va pas par quatre chemins. Voilà le type de propos qu’on aimerait entendre de la part des dirigeants des centrales syndicales ouvrières : si on considère que l’attaque qui se prépare sur nos retraites est insupportable, on commence par donner envie de se battre pour faire reculer le gouvernement, sur la seule base des revendications les plus élémentaires : Pas un jour de plus à cotiser ! Pas un centime de moins sur nos retraites !

    Tous les buralistes ne sont pas logés à la même enseigne, loin de là. Le sort des petits  acculés à la misère par la baisse de leur revenu n’est pas plus acceptable que celui des travailleurs écrasés par le rouleau compresseur des licenciements. Mais le comble de la démagogie hypocrite est atteint par le député PS Loncle, interviewé par La Dépêche du 21 juin: après des considérations diverses sur le plaisir de fumer et son appartenance au club des fumeurs de cigare de l’Assemblée, il déclare « Taxer le tabac pour des raisons de facilité budgétaire et non de santé publique est un peu hypocrite (…) je vais être de plus en plus regardant pour tout ce qui concerne les impôts et les taxes car il ne faut pas dépasser la mesure ». Plus regardant ! On se demande si on a bien lu. Mais ce défenseur acharné de l’action du gouvernement n’a pas été très regardant sur les droits des travailleurs quand il a voté pour des licenciements facilités,  le gel des salaires, la mobilité obligatoire, en cas de « difficultés de l’entreprise » ! A-t-il été si « regardant » pour devant cette loi M-real promise depuis février 2012, et qui s’annonce vidée de son contenu, puisque l’obligation de céder l’entreprise à un repreneur sérieux devient une amende en cas de refus, ce qui fait déjà bien rigoler les Mittal et consors ? Va-t-il être regardant sur le financement des retraites, alors qu’il y a eu 230 milliards de dividendes versés aux actionnaires en 2012 et non taxés,  80 milliards de fraude fiscale chaque année ?

    Et pour revenir au tabac, rappelons que c’est quand même la première cause de mortalité dans le pays, avec 73 000 morts par an, dont 44 000 par cancer. Alors, prendre le problème à la racine, ce serait s'intéresser sérieusement à tout ce qui cause du stress, du mal-être, de l'angoisse dans notre société d’insécurité sociale et de dictature de la performance.

     

    http://bulletindestravailleurs.over-blog.com/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :