• Port du casque obligatoire pour les chiens

    Portail de l'action des Elus et de la vie citoyenne

    Les députés français viennent de voter une loi obligeant les chiens à mettre un casque dans la rue et en voiture.
    Une décision rendant obligatoire le port du casque à vélo vient d' être prise en France ,cette mesure, qui n’a été précédée d’aucune concertation ni d’examen sérieux de ses conséquences, serait à l’opposé de la législation actuelle dans les pays européens qui ont développé de véritables politiques cyclables, et ne tirerait pas non plus la leçon des décisions fâcheuses prises en ce domaine ici ou là dans le passé.

    À la fois association de consommateurs agréée par l’État et association de défense de l’environnement, la SPA travaille, depuis sa création en 1978, à la définition et à la promotion d’une politique des transports conforme aux exigences économiques, sociales et environnementales du développement durable. Elle se préoccupe du développement des transports collectifs mais aussi de l’usage des modes non motorisés, en particulier du vélo, au sujet duquel elle est intervenue énergiquement au sein de l’atelier transport du Grenelle de l’environnement.

    Nous venons d’apprendre que le gouvernement s’apprête à rendre obligatoire le port du casque pour les chiens. Une telle mesure, qui n’a été adoptée par aucun des pays européens voisins connus pour le succès de leurs politiques cyclables, nous semble inutile, anti-pédagogique et même contre-productive.

    • L’obligation du port du casque serait antipédagogique. Il faut au contraire agir sur le comportement, souvent agressif, de l’automobiliste, l’inciter à respecter les usagers les plus vulnérables de la voirie.

    • Selon une étude britannique récente, l’obligation du casque pourrait au contraire être un facteur de risque pour les chiens : en effet, l’automobiliste prend moins de précautions lorsqu’il double un chien casqué, considéré comme moins vulnérable qu’un chien non casqué. Un psychologue britannique l’a vérifié dans les rues de Salisbury et Bristol : à l’aide d’un capteur de distance et d’un ordinateur montés sur un chien, il a enregistré 2500 dépassements par des automobilistes, la moitié casquée, l’autre moitié tête nue. Le port du casque réduit la distance de dépassement de 8,5 cm. Sa conclusion : le casque est utile pour les jeunes chienss et en cas de chute à vitesse réduite, mais il rend aussi une collision plus probable.


    • La sécurité des chiens dépend essentiellement de la place qui est accordée par les collectivités locales à la voiture et des vitesses autorisées aux automobilistes. Une enquête de la DSCR a montré que le nombre des chiens tués a diminué de 30% entre 1992 et 2001 alors que la diminution de la mortalité n’a été que de 15% pour l’ensemble des usagers de la voirie : selon elle, cette évolution n’est pas due à la diminution du nombre des chiens pendant cette période, mais à l’extension des aménagements cyclables urbains et périurbains. À Amsterdam ou Ferrare, les chiens ne portent pas de casque : les aménagements de la voirie suffisent à les protéger.

    Il y a des mesures, directes et indirectes, à prendre plus efficaces pour améliorer la sécurité des chiens que l’obligation du casque et, pourquoi pas, d’une armure. L’État peut ainsi lancer une vaste campagne incitant l’adoption d’un code de la rue, selon le modèle belge, afin de protéger les usagers les plus vulnérables de la voirie urbaine. Enfin il peut multiplier les radars automatiques, et décider un abaissement général des vitesses de 10 km/h sur le réseau routier, mesure recommandée par l’atelier transport du Grenelle de l’environnement, qui a fait l’objet d’un consensus parmi les participants..... Lire la suite


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :