• Nouvelle charge de la droite contre les pauvres pour mieux défendre les riches

    Parti Communiste Français

    Pendant que l'UMP ouvre une convention "sociale" pour mieux liquider les mécanismes de solidarité, les députés UMP protègent des bénéficiaires de l'ISF. Un mécanisme de désignation de    boucs-émissaires très pratique quand on favorise ses petits copains des beaux quartiers ! 

        Jean-François Copé, l'inénarrable, revient à la charge contre le RSA. A nouveau, il réitère l'idée de faire travailler gratuitement des personnes en exclusion (relire : Avec Copé, le retour du Service du Travail Obligatoire ). En cela,    il est soutenu par Pierre Méhaignerie, présenté comme l'aile "sociale" de l'UMP. C'est pour dire ce que la droite entend par "social" ! 

        Cela a valu une nouvelle passe d'arme entre communistes et défenseurs du patronat. Le PCF a qualifié, dans un communiqué daté de mardi, la proposition du patron de l'UMP Jean-François Copé de    vouloir faire travailler certains des bénéficiaires du RSA, de "retour du Service du Travail Obligatoire de sinistre mémoire", et lancé : "du RSA au STO, on n'arrête pas le progrès à    l'UMP

        Ce qui a eu le résultat d'énerver Jean-François Copé qui trouve que "C'est ignoble, je suis profondément scandalisé que le parti communiste, dont on sait l'histoire complexe et parfois    trouble, puisse faire des amalgames aussi indignes". 

        Tiens ! Qu'est-ce qu'il y a de trouble dans l'histoire du PCF ? La résistance ? Le Front Populaire ? L'alliance avec les gaullistes au sein du Conseil National de la Résistance ? La lutte contre    le colonialisme, le racisme et la xénophobie ?... 

        En tout cas, on peut le répéter, l'idée de faire travailer des personnes en exclusion ne tient pas la route socialement. C'est juste une manière de montrer du doigt nos compatriotes les plus    fragiles économiquement et socialement, comme s'ils se complaisaient dans la misère ? Au passage, cette idée permettrait de fournir une main d'oeuvre obligatoire et très nettement sous payée à    des employeurs (pour l'instant publics) : un travail obligatoire et payé au lance-pierre, c'est effectivement ce qu'était le STO. Sauf que celui-ci se passait en Allemagne, on est d'accord ! 

        Chômeurs : spéculez sur l'art ! C'est exonéré d'impôts ! 

        Pendant que l'UMP fait tout un cirque sur le social qu'il attaque continuellement, les députés de ce parti défendent bec et ongles les avantages des riches nantis qui paient l'ISF, l'Impôt de    Solidarité sur la Fortune. 

        Déjà, il y a quelques semaines, la droite parlait de prendre des mesures pour exonérer d'ISF des dizaines de milliers de foyers parmi les plus pauvres des riches. Cette fois, c'est à l'Assemblée    nationale que ça se passe. 

        Le débat repose sur l'intégration (ou non) des oeuvres d'art dans le calcul de l'assiette de l'ISF. En clair, est-ce que le fait de posséder des oeuvres d'art estimées à plusieurs milliers ou    millions d'euros peut être considéré comme un placement financier ou un patrimoine imposable ? 

        Un amendement en ce sens avait été déposé par le vice-président UMP (si ! si !...) de l'Assemblée nationale, Marc Le Fur qui a retiré son amendement au dernier moment sous la pression du    gouvernement et de sa majorité. Avant de céder, Marc Le Fur avait pourtant fait un vibrant plaidoyer de cette mesure, rappelant que les oeuvres d'art étaient moins taxées que les investissements    productifs, se demandant  "est ce que nous sommes du côté de l'entreprise ou du côté de ceux qui spéculent ?". J'ai bien la réponse, moi. 

        Chacun sait que le marché de l'art est devenu un moyen pour les plus riches de spéculer tout en faisant de l'exonération fiscale. Investir dans un tableau ou une statue revient à exonérer    d'impôts des dizaines ou centaines de milliers d'euros et, éventuellement, faire des bénéfices lors de la revente. 

        D'ailleurs, le ministre du budget, François Baroin a évalué le marché de l'art en France à "1,5 milliard d'euros de chiffres d'affaires et 400 sociétés de vente". La preuve que    l'argent circule dans ce milieu. De l'argent qui ne sert ni à la consommation, ni à l'économie nationale. 

        Taper sur les pauvres en temps de crise pour les obliger à travailler gratuitement alors que les entreprises délocalisent est indécent. 

        Exonérer d'impôt les plus riches, ceux qui spéculent, en temps de crise est également indécent. 

        Logique de la part de la droite bling-bling de Sarkozy et Copé au service d'un capitalisme et d'une minorité de riches qui font quotidiennement étalage d'une richesse indécente ! 

        En bas de la pyramide sociale, chômeurs et précaires, ouvriers, paysans ou classes moyennes, nous devons faire face à cette indécence et refuser le petit jeu de la division qu'ils tentent de nous    imposer ! Notre force, c'est notre nombre ! C'est aussi la force de la raison et de la justice sociale ! 

    Dans sa campagne contre la vie chère, le parti communiste parle de taxer la spéculation et les plus riches, de revenir sur les exonérations de charges sociales. Bien loin de l'indécence    de cette droite qui veut faire travailler gratuitement les pauvres et tente d'alléger les impôts pour les plus riches.

            Andrée OGER, conseillère générale communiste de Saint André de l'Eure      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :