• NE NOUS CASSEZ PAS LES URNES

    Présidentielle 2012, les jeux seraient faits. François Hollande (PS) l'emporte avec 64% des suffrages exprimés contre Nicolas Sarkozy (UMP) qui sombre à 36 %. Il n'est plus besoin d'organiser des élections, les instituts de sondage font le boulot. Sauf que ...

     

     A peine les urnes du second tour de la primaire, organisée par le PS, refroidies que les instituts de sondages (BVA en l'occurrence) proclament le futur président de la République : François Hollande est élu avec 64% des suffrages exprimés par ... 754 sondés contre Nicolas Sarkozy à 36%. François Hollande bénéficie là, des retombées générées par la dynamique des primaires. Pour rendre le résultat du sondage plus crédible, les malins sondeurs ajoutent une pincée de Marine Le Pen à 19% au premier tour, histoire d'affoler le Bobo de gauche, et un zeste de MoDem de François Bayrou (7%), pour rassurer le Bobo "centro-droitier". Le débat serait clos d'avance.Au mois de mai 2012,  nous pourrions donc aller à la pêche à la ligne. Et bien non !

    Le piège de sondomania

    A quelques mois du premier tour, les instituts de sondage créent le climat ,en plantant le décor et en désignant les acteurs principaux. Jusqu'au 26 avril prochain, nous allons avoir notre lot quotidien de sondages jusqu'à l'écœurement. Les sondeurs simplifient la problématique en un débat autour de deux personnalités : le sortant Nicolas Sarkozy et le challenger, forcément François Hollande puisqu'il a été désigné par les socialistes et sympathisants de gauche. La France serait donc bipolaire. C'est bien connu, il n'y a que deux partis en France  (l'UMP et le PS). L'idée généralement défendue est que l'élection du Président de la République serait la rencontre entre le peuple et un individu dans lequel il se reconnaîtrait. Le programme politique, social et économique du candidat n'aurait donc aucune importance. L'exercice démocratique est réduit à "je t'aime moi non plus". Les médias ramènent l'élection à un "match entre Hollande et Sarkozy". N'y aurait-il plus que des journalistes sportifs dans les rédactions ?

    Pour ces mêmes journalistes, le Parti socialiste représenterait à lui tout seul toute la gauche ; exit Le Front de gauche qui regroupe le PCF, le Parti de gauche et la Gauche unitaire (dissident du NPA) et la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE). Les autres formations comme Lutte Ouvrière, le NPA et Europe Ecologie Les Verts etc., sont marginalisées. Cette gauche singulière est bien plurielle. Les sondeurs l'ont pourtant globalisée en révélant qu'entre le mois de juillet et le mois d'octobre cette "gauche globale" est passée de 41% à 51% des intentions de votes. Mais on ne vous dit pas quels sont les rapports de force entre les différents courants qui irriguent cette gauche. Quel est le poids du Front de Gauche ? Quel est celui de l'Extrême gauche ? Est ce que le NPA va progresser sans la candidature de Olivier Besancenot ? Que proposent ces partis et formations politiques ? Autant de questions auxquelles les instituts de sondages, les journalistes et autres observateurs politiques ne répondent pas car les réponses pourraient donner des idées aux électeurs.

    Or, un électeur qui a des idées est un électeur dangereux. Son bulletin de vote est une arme redoutable. Car il peut, en deux dimanches, faire basculer un pays dans une autre politique où, par exemple, seul le peuple serait au centre des décisions prises par le gouvernement. Une politique qui prendrait aux plus riches pour donner aux plus démunis et romprait définitivement avec le capitalisme et son avatar ultra-libéral. Imaginez alors la panique sur les places boursières et les agences de notation.

    Pourtant, un sondage IPSOS -paru après la primaire socialiste- révèle que les intentions de vote pour Jean-Luc Mélenchon sont passées de 4,5% en juillet dernier à près de 7% début octobre. Evidemment, il progresse aujourd'hui, comme il pourrait tout aussi bien connaître le mouvement inverse. Mais jusqu'au mois d'avril 2012 de l'eau va passer sous les ponts. Le Front de gauche pourrait bien encore améliorer son score en menant une vraie campagne de terrain, en allant expliquer son programme directement aux électeurs. Même s'il n'est pas présent au second tour, François Hollande devra tenir compte de son poids réel dans l'électorat pour mettre en œuvre sa politique. La vraie primaire à gauche sera donc le premier tour de l'élection le 26 avril prochain. Le PS va refaire le coup du vote utile. Cette idée à de quoi laisser perplexe bon nombre d'électeurs dont je suis. En effet, le premier tour sert à exprimer sa vraie opinion en votant pour le candidat qui correspond aux mieux à ce qu'on pense, à ce dont on a envie pour la société. Au premier tour du scrutin il est donc utile d'exprimer son véritable premier choix. Il permettra de mesurer le rapport de force au sein de la gauche et de peser sur les décisions futures du gouvernement.

    Depuis des décennies, les politiciens, les médias et autres décideurs mettent les électeurs face à des non-choix entre la peste et le choléra (Chirac/Le Pen en 2002) entre c'est ça ou rien (traité de Maastricht en 1992), entre deux produits de grande consommation avec quelques virgules de différence (Sarkozy/Royal en 2007). Et quand le peuple émet un vrai choix (référendum sur le Traité Constitutionnel Européen en 2005), les dirigeants du pays (Nicolas Sarkozy en l'occurrence) s'assoient sur la volonté populaire. Ainsi ils ont fait passer le traité en catimini au Parlement où ils ont une confortable majorité de défenseurs. Il ne faut plus s'étonner, dès lors, des faibles taux de participation aux divers scrutins ni que certains aillent se réfugier dans le vote FN. C'est l'absence d'enjeux politiques et de débats qui alimentent la source de l'extrême droite.

    Enfin, poussons la logique jusqu'au bout, si le Parti Socialiste considère que l'expression en faveur d'un autre candidat que le sien n'est pas utile, il devra se passer de ces voix au second tour. Oui, le bulletin de vote est une arme efficace, la voix de chacun est trop importante, trop précieuse pour laisser à d'autres le soin de décider à sa place de ce qui est bon ou pas pour tous.

    http://www.tousagauche.fr/


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :