• Moi Carole, mise à la porte et à la rue, par Pôle Emploi

    Ou quand Pôle Emploi fait à ses employés exactement le contraire de ce qu’il est censé faire...

    Celle que nous appellerons Carole avait connu les galères que peut connaître quand on a été placée dès la naissance dans un foyer de sœurs qui vous apprennent la vie à coups de claques destinées à assurer votre salut.

    Carole s’est donc construite à partir de ça. Aujourd’hui la quarantaine, elle parle : « Pendant des années, j’ai eu peur de l’école. Je croyais que les sœurs m’y emmenaient pour m’abandonner. Alors moi je résistais, je refusais d’apprendre. Ce n’est que plus tard que j’ai compris le rôle de l’école et l’importance d’étudier. Sans formation j’ai fait plein de boulots tout en essayant de rattraper le retard scolaire. Puis, à 37 ans j’ai décidé de passer mon bac. J’ai réussi l’examen d’entrée à la formation en bac professionnel de secrétariat comptabilité. C’était dur mais j’ai réussi et je me suis accrochée. Au cours de cette formation était prévu un stage en entreprise.

    J’ai fait le mien à Pôle Emploi. A l’issue de celui-ci, alors que je devais reprendre le chemin du centre de formation, la direction de Pôle Emploi, m’a convaincu d’abandonner ma formation en me faisant miroiter une embauche en CDI et en me disant que je pourrais passer mon bac plus tard, dans le cadre de la formation continue. La direction de Pôle emploi a même écrit (j’ai gardé la lettre) au centre en ce sens. »

    En fait de CDI Carole va faire huit CDD de octobre 2009 à février 2012 où elle se retrouve mise à la porte au bout de plus de deux ans de bons et loyaux services, à se décarcasser dans l’espoir de décrocher le CDI tant désiré. D’explications Carole n’en a d’autant moins eu que son poste n’a pas été supprimé et que son travail n’a pas été mis en cause. Bien au contraire la directrice lui écrira que son travail est remarquable, qu’elle a fait preuve de sérieux et de motivation qui sont reconnus par ses collègues… Dans cette même lettre la directrice explique que la loi lui interdit de faire signer un nouveau CDD à Carole avant huit mois…et lui en fait signer un nouveau quelques semaines après !!! [1]

    « Ils m’ont changé 3 fois de motif de CDD, la personne que je remplaçais n’a pas repris le travail, ils n’ont pas appliqué la carence, bref ils n’ont pas respecté la légalité sur plein de points. Lors de mon entretien de fin de contrat le DRH a d’ailleurs reconnu que pôle emploi était « limite » (sic) avec mes CDD et mes carences. Il m’a aussi dit qu’il avait de bons retours de mes différents supérieurs hiérarchiques, que je faisais du bon travail mais qu’ils ne pouvaient pas me garder…

    Il avait peur qu’avec tout ça je les mette aux prud’hommes. Il m’a proposé de l’aide… (En fait d’aide il m’a renvoyée sur mon agence qui m’a proposée en tout et pour tout 2 offres d’emploi : une pour laquelle il fallait le permis et l’autre…bac +5 ! Eux qui m’avaient empêchée de passer le bac !!!)

    Il a ajouté qu’avec mon expérience à pôle emploi sur mon CV cela allait m’ouvrir des portes et que j’allais rapidement trouver un travail… ( cette phrase m’a profondément choquée et je me suis sentie comme une merde car il le disait sur un ton très ironique en me prenant de haut)
    Il a dit qu’il était « désolé »

    Et moi qu’est-ce que je devais dire ? A cause d’eux j’avais interrompu ma formation et maintenant j’allais perdre mon appartement (ça je lui ai dit) car je ne pourrai pas payer mon loyer en étant au chômage.
    Suite à cet entretien mon médecin personnel a contacté en direct le médecin du travail de PE et l’a alerté sur mon cas. J’ai été convoquée en urgence par ce dernier qui s’inquiétait de ma santé mentale (TS). Il a fortement réagi à notre entretien car il a appelé la RH et devant leur ignorance, leur a fait un rapport sur ma situation. Il m’a appelé personnellement à mon domicile pour m’informer de ça, me faire part du choc que lui a causé ma situation et de la non réaction de la RH.

    - Ces deux médecins m’ont ordonné de me mettre en arrêt maladie.
    - J’ai effectivement perdu mon appartement (fin du CDD 16 février, j’ai déménagé le 23 février)
    - Je suis actuellement hébergée, dans une grande précarité et toujours au chômage.

    Dès que le gouvernement a annoncé qu’il y allait avoir des embauches à Pôle Emploi j’ai postulé. La réponse que j’ai reçu ne me laisse guère d’illusion : on me parle de CDD (encore !!) pour lesquels je ne serais pas prioritaire...

    A ce jour je n’ai plus rien à perdre et j’irai jusqu’au bout de ce combat car PE a oublié que j’étais un être humain et ils n’ont vu qu’un petit CDD devant eux. Ils ont joué avec ma vie et je leur en veux à cause de ça »

    Carole a assigné Pôle Emploi en justice pour obtenir sa réintégration. Elle est désormais soutenue par la CGT de Pôle emploi et par le comité chômeurs CGT de Marseille.

    Dessin de Lasserre

    [1] Le seul « reproche » qui lui a été fait par la suite c’est de ne pas avoir cherché de travail ailleurs pendant qu’elle était en poste (sic !).

    http://www.rougemidi.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :