• Melissmell : Entre le spleen Baudelairien et la rébellion

     Melissmell : Entre le spleen Baudelairien et la rébellion

    « La douleur est comme une pirogue qui court le long des nerfs »

    Bohringer

    Avec son deuxième album « Droit dans la gueule du loup » Melissmell continue de partager sa rage, ses rébellions en poésie. Mais On découvre aussi, dans son nouvel opus, une abyssale mélancolie, une poésie brutale sans concession. Un face à face avec « les années sombres » chanté par Mano solo.


    « Oh monsieur tout est grave, vous avez l’arrogance et cet air un peu fier
     De sonder l’existence, de lui chercher un sens, d’embêter l’univers
    On ne vous a jamais dit, que la vie est un jeu
     Qu’à forcer les sourires, à ignorer le pire, on paraît plus heureux »

    Madame ; Melissmell

    Pour autant, on ne se laisse pas aller à un vague à l’âme stérile, l’artiste y puise ses révoltes, forge et partage ses engagements. C’est avant tout une combattante. Tourmentée mais pas amère. Halte aux injustices et aux hypocrisies. Elle chante « la vie qui n’est pas toujours du gâteau », met au pilori la pensée conformiste, la bêtise sous toute ses formes, de la plus innocente à la plus vicieuse.

    « Des armes, des armes, des armes,
     Et des poètes de service à la gâchette
    Pour mettre le feu aux dernières cigarettes
     Au bout d'un vers français brillant comme une larme. »

    ferré

    Si Elle hante nos illusions perdues, usées par le quotidien, Il y a l’espoir, l’amarre terrestre. Un engagement solidement ancré dans la réalité.


    « On se dit merde et longue vie
    je le porte loin ce pays
    l'étendard qui brulait mon âme, j en ai fait quelques convertis
    j'en ai fait quelques convertis
     je sens encore en moi ce cœur qui bat
    Mais les temps sont durs, c’est chacun pour soi »

    sobre la muerte, Melissmell

    SI Melissmell a signé la quasi-totalité des textes de son premier album : Ecoute s' il pleut.
    Pour « Droit dans la gueule du loup », c’est un travail collectif : Guillaume Favray aux textes et musiques.  La voix de Melissmell, intense. Elle est incandescente de vérités mêlant le rock et le grunge. Brûlure et tendresse.


    « Cette fêlure dans ma voix
    Ne l’entendez vous pas ?
     La colère est tapie dans le fond en bas mais
    Mais ça déborde souvent quand la marée s’en va »

    les souvenirs, Melissmell

    Puis apparaissent Daniel Jamet et Mattu, les compagnons de route de Mano Solo. L’album est d’ailleurs dédié à ce dernier et à Allain Leprest. Deux Géants. Melissmell, assurément, fait partie de la tribu. Un album incontournable, flamboyant, romantique.



    Texte de Yann


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :