• "Lettres mortes " Athènes janvier 2012

    JPEG - 28.9 ko

    Au moment où les regards se détournent de la Grèce parce que le ciel bleu sans la fumée des gaz semble banal, il faut le faire lire. Pour qu’ici, les fumées électorales dissipées, on ne lise jamais, sur un blog "crise en France" l’expression du désespoir qui vient. Pour que nos amis et camarades grecs se sentent moins seuls. . .

    pilhaouer

    Lettres mortes

    Panagiotis Grigoriou

    Historien - Ethnologue

     

    Athènes janvier 2012

     

    Nous vivons en prime time le premier vrai renversement en Europe occidentale, parmi les pays de cette Union Européenne, relevant de sa vieille numismatique. Car cette fameuse construction, jamais adoptée réellement par les peuples, se résume et finira par l'euro. Euro barbe à … Papadémos que nous haïssons davantage, jour après jour. C'est aussi cela le renversement, l'effacement des opinions politiques, les idéologues faciles de tout bord ne sont plus au petit lait mais à la cigüe. La coupure est «entre eux, et nous» comme On entend dire partout. Ceux qui en ont et ceux qui finiront par mourir. Donc, au fil des semaines, tout débat politique devient vite anachronique, «ils auront notre peau ou sinon, nous allons les exécuter». Nous sommes déjà dans l'utopie, le non lieu. Tout reste à faire. Les supposées grandes mesures et autres mesurettes ou petites phrases des campagnes électorales nous semblent dépassées. Elles appartiennent au monde théâtrale d'hier, une scénographie qui dissimule tant bien que mal sa seule fonction, tenir fermés les stores de la démocratie, ainsi que les paupières des citoyens.
     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :