• Les Etats-Unis au bout du chantage budgétaire républicain

    Manifestation en faveur de l'Obamacare, l'assurance maladie accessible voulue par Barack Obama (archive)

    Monde - le 1 Octobre 2013

    Les Etats-Unis au bout du chantage budgétaire républicain

    Boston (États-Unis), correspondance. Les élus conservateurs ont bloqué in extremis la loi sur l’assurance maladie, en coupant les vivres au gouvernement. 850.000 fonctionnaires se retrouvent au chômage technique.

    Pas de coup de théâtre de dernière minute. Le gouvernement des États-Unis est depuis ce mardi, minuit et une minute, privé de budget, le 1er octobre étant la date de la fin de l’année fiscale. Cette situation implique automatiquement la mise au chômage technique de plus de 850 000 fonctionnaires considérés comme non essentiels (du bureau des passeports en passant par la Nasa ou les musées, mais pas l’armée…). C’est là le résultat du pourrissement de la confrontation entre élus du Parti républicain (menés par sa droite extrême, issus du Tea Party) largement majoritaire à la Chambre des représentants et l’administration Obama et le Sénat, tenu par les démocrates. Une bataille lancée cette fois par un élu ultra du Texas, le sénateur Ted Cruze, qui a réussi en quelques jours à embarquer ses collègues de parti dans une véritable fronde contre… l’«obamacare», la loi pour une «assurance maladie accessible» adoptée lors du premier mandat d’Obama.

    L'Obamacare dans le viseur républicain

    Quel rapport? Objectivement, il n’y en a pas. D’autant que l’Obamacare a déjà été adoptée, ratifiée et même validée non seulement par la réélection du président mais aussi par la Cour suprême, saisie par des États fortement républicains… Mais voilà, la loi – et sa réglementation de l’assurance maladie (de loin la plus chère du monde et une énorme manne financière) – devait justement entrer aussi en vigueur ce 1er octobre 2013. C’était donc la der des der qui sonnait pour les ultraconservateurs. Ils ont toujours fait de l’«obamacare» qu’ils considèrent comme la «porte ouverte vers un socialisme à l’européenne» leur bête noire. Dès lors, ces derniers ont décidé de jouer leur va-tout: dans une… 44e tentative de blocage, la majorité de la chambre a cette fois mêlé les genres et saisi le gouvernement au porte-monnaie.

    «C’est une opération d’extorsion pure et simple», s’indignait hier le sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer. «Les républicains ont pris la nation en otage», ajoutait son collègue de Virginie, Gerry Connelly. «Les démocrates peuvent d’autant moins céder à ce chantage que cela créerait un précédent impossible», soulignait encore Schumer. De plus, face 
à une opinion de plus en plus excédée, chaque parti espère faire porter à l’autre le chapeau des désagréments d’une «fermeture gouvernementale».

    L’administration publique américaine ferme, otage du Tea Party

     

    A minuit, heure de Washington, l’Etat fédéral a officiellement “fermé”. Suite au blocage sur le budget au Congrès sur le budget, des centaines de milliers de fonctionnaires sont au chômage technique. 

    Barack Obama a exclu de céder à la pression exercée par les républicains du Congrès qu’il qualifie comme une demande de « rançon ». Il entend appliquer coûte que coûte, à partir de mardi, sa réforme de l’assurance-maladie, l’ « Affordable care », aussi appelée « Obama care ». Le président américain a affirmé qu’il n’était « pas du tout résigné » à une paralysie de l’Etat. Pourtant, puisqu’aucun compromis n’a été trouvé lundi, les Américains subissent depuis ce matin la première paralysie gouvernementale connue depuis 1996 qui provoquera dans la foulée la fermeture de nombreux services … En quoi ce blocage pourrait-il influer sur la vie des Américains
    Officiellement, l’État fédéral n’est plus plus financé. Une interruption de subvention provoquant directement la mise à pied de 800.000 fonctionnaires. Le président, a expliqué qu’il ne se laisserait pas prendre «en otage» par les revendications idéologiques d’une petite partie de conservateurs. Pourtant cette action, ou plutôt cette abstention, aura un effet détonnant à travers le pays, prenant en otage pas seulement les adhérant d’un parti mais tout l’ensemble des citoyens américains.

    Sans financement, c’est le système administratif entier des Etats Unis qui risque d’être touché. Certains devront réduire leur activité voir même fermer leurs portes. Le service des impôts, les bureaux d’aide au logement ainsi que les bureaux de délivrance des passeports et les musées publics pourraient voir leur activité s’interrompre au cours des prochaines heures. Seuls les magistrats continueront à être payés, de même que les militaires, les agents de la CIA ou du FBI ou encore les contrôleurs aériens et les gardiens de prison. Les cours fédérales vont peut être pouvoir tenir l’espace de quelques jours sur leur budget propre constitué sur les amendes acquittées, mais verront surement leur services fermer si aucun compromis entre les deux partis n’est trouvé.

    Cette paralysie quasi-inédite est causée par le refus des membres du Tea Party à la Chambre des représentants, les plus conservateurs de la majorité républicaine, de voter le budget fédéral. Ils demandent en effet la fin de l’application de l’Obamacare, ou en tout cas l’arrêt de son financement. Un chantage qui ne redore pas la popularité du Congrès, au plus bas depuis des décennies.

     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :