• Législatives : de graves menaces de fraudes planent sur le vote par Internet

    Par Agnès Rousseaux (14 mai 2012)

    Pour la première fois en France, le vote par Internet sera expérimenté lors des prochaines législatives. Un million d’électeurs français « de l’étranger » sont concernés. Plusieurs failles de sécurité ont déjà été pointées. L’intégrité et la confidentialité du vote ne sont pas garanties, comme l’attestent les informaticiens interrogés par Basta !. Surtout, l’ensemble du processus électoral est laissé entre les mains d’entreprises privées qui cultivent opacité et conflits d’intérêts. Le vote par Internet, ou comment déposséder le citoyen de son droit démocratique. Enquête.

    Lors des prochaines élections législatives de juin, plus d’un million d’électeurs pourront ne pas se rendre dans l’isoloir et voter par Internet. Suite à la réforme constitutionnelle de 2008 voulue par Nicolas Sarkozy, le vote par Internet sera proposé aux « Français établis hors de France » qui éliront pour la première fois onze députés. Bugs, risques de piratages et de fraudes, sécurité et confidentialité non garanties, sous-traitance à des entreprises privées et délocalisation à l’étranger : le vote par internet est bien loin d’être infaillible. L’ancien gouvernement est pourtant passé outre. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a ainsi exprimé ses réserves en 2010, estimant « que les systèmes de vote existants ne fournissaient pas encore toutes les garanties exigées par les textes légaux. » Elle a rappelé en début d’année les « risques particuliers que ces traitements peuvent présenter pour les personnes, notamment la divulgation de leurs opinions politiques, la manipulation de leur droit de vote ». Rien que ça. Lire la suite de l'article


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :