• Le capitalisme et le fascisme au 21ème siècle

    L’EXTREME-DROITE EST UN PRODUIT DU CAPITALISME !

    Il en est qui feignent de s’étonner, ou sont véritablement surpris par les résultats de l’extrême-droite en France, voire dans d’autres pays d’Europe...

    J’ai déjà abordé ce débat en publiant un article de Larry Portis : « Qu’est-ce que le fascisme ? ».

    Et j’ai mis en exergue la phrase que je considérais comme essentielle : « Quant à moi, dit Larry Portis, je propose une définition simple et « générique » comme point de départ : le fascisme est un mode de contrôle politique autoritaire et totalitaire qui émerge dans les sociétés industrielles capitalistes en réponse à une crise économique. »

    Si je dis que je partage ce point de vue, je me répète.

    Dès lors, il convient de bien saisir que l’alternative, en France et ailleurs, ne peut être : capitalisme ou fascisme, puisque extrême-droite et/ou fascisme s’inscrivent dans les évolutions du capitalisme lui-même, sont une des formes du capitalisme, et notamment du capitalisme en crise.

    En réalité, il ne peut y avoir une alternative que dans la sortie du capitalisme lui-même !

    Le changement ne peut venir de l’alternance de personnes au sommet de l’Etat.

    Ce qui, aujourd’hui, est devenu indispensable, c’est un changement de système : le capitalisme est entré dans une crise quasi-permanente, il convient de mettre fin à ce système et de s’engager dans le processus de construction d’une société communiste.

    C’est pourquoi, en tant que communiste lecteur de Marx, j’ai déjà eu l’occasion de préciser, qu’à ma connaissance, le communisme n’avait encore jamais existé.

    L’avenir, à défaut d’être dépendant de « l’élection » d’une personne, ne peut survenir que de l’action des peuples. L’enseignement principal de Marx ne découle-t-il pas de son affirmation : « Ce sont les masses qui font l’histoire ».

    Et j’ai déjà eu l’occasion de montrer qu’en d’autres temps, sans partis, sans élections et sans hommes providentiels ou « sauveurs suprêmes », le peuple français avait su faire sa révolution !

    LE CAPITALISME ET LE FASCISME AU 21ème SIECLE

    L’auteur professeur d’Université aux Etats-Unis appartient à ce groupe d’intellectuels juifs aux Etats-Unis qui soutiennent la légitimité de la cause palestinienne, qui combattent la politique d’apartheid d’Israël,comme Judith Butler et d’autres, il s’affirme post-marxiste et rien que cette référence est importante quand on connaît un peu le mouvement intellectuel aix Etats-Unis, la manière dont il affirme ses liens avec la french theory des années soixante et dix. 

    Comme la plupart des gens de ce courant qui sont souvent juifs il a protesté activement contre l’opération de guerre Plomb Durci dans la bande de Gaza, en 2009, ce qui valut à William I.Robinson d’être l’objet d’une investigation sur le campus de la part de deux organisations sionistes, malgré le soutien le plus large des étudiants y compris de la part d’autres juifs comme lui.

    Il faut bien voir qu’il y a désormais un grand nombre d’intellectuels ayant ce profil, ce qui rend l’opération des fascistes européens soutenu financièrement par l’Iran complétement non seulement criminelle mais absurde.

    On l’a déjà vu à propos de Sean Penn, ce qui domine chez la plupart de ces intellectuels est la conscience de la fascisation du système capitaliste et ils n’accepteraient certainement pas de soutenir si peu que ce soit cette fascisation qui s’étend en Europe et prétend opérer la jonction avec la gauche.

    Il faut bien mesurer que soit on considère que le capitalisme est “racial” comme le décrivaient les nazis, soit on en voit la dimension de classe au stade impérialiste (avec ses dimensions nord-sud et pillage des nations et immigration), alors il faut bien comprendre que la fascisation trouve ses alliés dans les bourgeoisies des pays pillées et que la haine raciale sert plus que jamais à pervertir les enjeux.

    La manière dont en Europe, en France en particulier, l’extrême-droite prétend s’approprier les combats anti-impérialistes fait donc partie du fascisme du XXI e siècle face auquel il n’existe malheureusement plus de mouvement ouvrier. (D B)

    Je veux parler ici de la crise du capitalisme mondial et de la notion de réponse politique distincte de la crise, focalisant sur la réponse d’extrême-droite et le danger de ce que j’appelle le fascisme du 21e siècle, en particulier aux États-Unis.

    Être face à la crise appelle une analyse du système capitaliste, qui a subi une restructuration et une transformation dans les dernières décennies.

    Le moment actuel comporte une phase qualitativement nouvelle, transnationale ou globale, du capitalisme mondial, qui remonte aux années 1970 et se caractérise par l’augmentation du capital réellement transnational, avec une « classe capitaliste transnationale » ou CCT (TCC).

    Le capital transnational a été capable au-delà de l’époque précédente de se libérer des contraintes de l’État-nation sur l’accumulation, et avec cela, de changer brusquement en sa faveur la corrélation de classe et des forces sociales du monde entier — et de couper la force de la résistance populaire et des mouvements ouvriers dans le monde entier, après la rébellion mondiale des années 1960 et 1970.

    Le capital transnational émergent a subi une expansion majeure dans les années 1980 et les années 1990, impliquant l’hyper-accumulation à travers de nouvelles technologies comme les ordinateurs et l’informatique, grâce à des politiques néo-libérales et de nouvelles modalités de mobilisation et d’exploitation de la main-d’œuvre mondiale — inclus une tournée nouvelle d’accumulation primitive massive, déracinant et déplaçant des centaines de millions de personnes, particulièrement dans les campagnes du tiers-monde, devenues des migrants internes et transnationaux.

    Nous sommes confrontés à un système qui maintenant est beaucoup plus intégré, et a des groupes dominants qui ont accumulé une somme extraordinaire de pouvoir transnational ainsi que le contrôle des ressources et des institutions mondiales.

    L’accumulation militarisée, la spéculation financière et la mise à sac des budgets publics

    À la fin des années 1990, le système est entré dans une crise chronique. La polarisation sociale aigüe et l’inégalité croissante ont contribué à générer une profonde crise de sur-accumulation. L’extrême concentration des richesses de la planète dans les mains de quelques-uns, avec l’appauvrissement accéléré et la dépossession de la majorité, ont même contraint les participants à la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en 2011, à reconnaître que l’écart entre les riches et les pauvres dans le monde entier était « le défi le plus grave du monde » et en train de « soulever le spectre de l’instabilité et des guerres civiles à travers le monde. »

    Les inégalités mondiales et l’appauvrissement de larges majorités signifient que les capitaux transnationaux ne peuvent pas trouver de débouchés productifs pour décharger les énormes quantités de surplus accumulés. Au 21e siècle, la CCT a recouru à plusieurs mécanismes pour soutenir l’accumulation globale, ou la fabrication de bénéfices, face à la crise.

    Un premier mécanisme est l’accumulation militarisée ; mener des guerres et des interventions qui déclenchent des cycles de destruction et de reconstruction et de génération d’énormes bénéfices pour un complexe carcéro-militaro-industriel-sécuritaro-financier en constante expansion. Nous vivons maintenant dans une économie de guerre mondiale qui va bien au-delà des « guerres chaudes » en Irak ou en Afghanistan.

    Par exemple, la guerre aux immigrants aux États-Unis et ailleurs, et plus généralement, la répression de mouvements sociaux et des populations vulnérables, sont une stratégie d’accumulation indépendante de n’importe quels objectifs politiques.

    Cette guerre aux immigrants est extrêmement rentable pour des sociétés transnationales. Aux États-Unis, le secteur privé carcéro-industriel pour les immigrants est un secteur en plein boom. Les immigrés sans-papiers constituent la plus forte croissance de la population carcérale des États-Unis, ils sont détenus dans des centres de rétention privés et déportés par des sociétés privées attribuées par l’État américain.

    Il n’est pas surprenant que William Andrews, le président directeur général de la société Corrections Corporation of America, ou CCA — le plus grand entrepreneur du secteur privé des États-Unis pour les centres de rétention pour immigrants, — ait déclaré en 2008 : « La demande pour nos installations et services pourrait être touchée par la relaxe des efforts d’application (…) ou par la dé-criminalisation [des immigrés]. »

    Il n’est pas surprenant que la CCA et d’autres sociétés aient financé la vague de la législation anti-immigration néo-fasciste en Arizona et dans d’autres États américains.

    Un second mécanisme est le pillage et le saccage des budgets publics.

    Le capital transnational utilise son pouvoir financier pour prendre le contrôle des finances publiques et en outre imposer l’austérité sur la plupart du travail, ce qui résulte en inégalité sociale et en sujétion jamais aussi grandes auparavant. La CCT a utilisé son pouvoir structurel pour accélérer le démantèlement de ce qui reste du salaire social et des États-providence.

    Et un troisième est la spéculation financière mondiale frénétique — la rotation de l’économie mondiale dans un casino géant. La CCT a déchargé des milliards de dollars dans la spéculation du marché du logement, de l’alimentation, de l’énergie et d’autres marchés mondiaux des matières premières, dans les marchés obligataires à travers le monde (c’est-à-dire les budgets publics et les finances de l’État), et dans tous les « dérivés » imaginables, allant de la couverture des fonds de placements à risque, aux marchés à terme, aux obligations de dettes collatérales, à des actifs pyramidaux, et autres chaînes de Ponzi .

    L’effondrement du système financier mondial en 2008 fut simplement la goutte qui fit déborder le vase.

    Il ne s’agit pas d’une crise cyclique — une crise de restructuration, comme nous avons eu dans les années 1970, et avant cela, dans les années 1930 — mais structurelle, qui a le potentiel de devenir une crise systémique, selon la façon dont les acteurs sociaux répondent à la crise et selon l’arrivée d’éventualités inconnues.

    Une crise de restructuration signifie que la sortie de crise est la seule façon de restructurer le système, alors qu’une crise systémique est celle dans laquelle seul un changement dans le système lui-même peut résoudre la crise. Les temps de crise sont des temps de changement sociaux rapide, où l’agencement et la contingence collectifs jouent davantage que dans les temps d’équilibre du système.

    Les réponses à la crise et la république de Weimar d’Obama aux États-Unis

    Dans le face-à-face de la crise il semble y avoir des réponses distinctes entre les États et les forces sociales et politiques.

    Trois se distinguent : le réformisme global ; la résurgence des luttes populaires et de la gauche d’en bas ; l’extrême-droite et le fascisme du 21e siècle.

    Il semble y avoir, avant tout, une polarisation politique dans le monde entre la gauche et la droite, chacune d’elles étant des forces insurgées.

    Une insurrection néo-fasciste peut tout à fait apparaître aux États-Unis.

    Cette insurrection pourrait être retracée depuis plusieurs décennies, à la mobilisation d’extrême-droite qui a commencé dans le sillage de la crise de l’hégémonie provoquée par les luttes de masse des années 1960 et 1970, en particulier les luttes de libération des noirs et des chicanos et d’autres mouvements militants de la population venue du tiers monde, des courants de la contre-culture, et les mouvements militants des luttes ouvrières.

    Les forces néo-fascistes se sont réorganisées au cours des années du gouvernement de George W. Bush. Mais mon histoire ici commence avec l’élection d’Obama.

    Le projet d’Obama au début procéda d’un effort des groupes dominants pour rétablir l’hégémonie dans le sillage de sa détérioration durant les années Bush (qui avait également impliqué l’émergence d’un mouvement de masse des droits des immigrés).

    L’élection d’Obama était un défi au système, au niveau culturel et idéologique, et ébranla les fondations des groupes raciaux/ethniques sur lesquels la République des États-Unis avait toujours reposé.

    Toutefois, le projet d’Obama ne fut jamais l’intention de contester l’ordre socio-économique, au contraire, il chercha à préserver et à renforcer cet ordre par la reconstitution de l’hégémonie, procédant à une révolution passive contre le mécontentement des masses et la diffusion de la résistance populaire qui avait commencé à s’infiltrer dans les dernières années de la présidence Bush.

    Le socialiste italien Antonio Gramsci a développé le concept de révolution passive afin de référer aux efforts des groupes dominants pour provoquer d’en haut les changements doux capables de briser la mobilisation du dessous pour les transformations de plus grande portée.

    La co-option du leadership du dessous est une partie intégrante de la révolution passive, son intégration dans le projet dominant. Les forces dominantes en Égypte, en Tunisie et ailleurs au Moyen-Orient et en Amérique du Nord tentent de mener une telle révolution passive.

    En ce qui concerne le mouvement des droits des immigrants aux États-Unis — l’un des mouvements sociaux les plus dynamiques dans ce pays — l’animateur principal parmi les dirigeants de l’établissement latino a été introduit dans la confrérie du parti démocratique d’Obama — un cas classique de la révolution passive — tandis que la masse des immigrants de base souffre de la répression étatique intensifiée.

    La campagne d’Obama en a profité pour contribuer à l’élargissement de la mobilisation de masse et des aspirations populaires pour le changement jamais vus depuis de nombreuses années aux États-Unis.

    Le projet d’Obama a assimilé la tempête du brassage d’en bas, canalisée dans la campagne électorale puis trahie dans ses aspirations, pendant que le Parti démocrate démobilisait efficacement l’insurrection d’en bas avec plus de révolution passive.

    En ce sens, le projet d’Obama a affaibli la réponse populaire de la gauche d’en bas à la crise, ce qui a ouvert un espace pour la réponse de droite à la crise — pour un projet du fascisme du 21e siècle — à devenir insurgée.

    L’administration d’Obama ressemble ainsi à une république de Weimar. Bien que les sociaux-démocrates furent au pouvoir en Allemagne pendant les années 1920 et au début des années 1930, ils ne poursuivirent pas leur réponse de gauche à la crise, et plutôt que s’aligner sur les syndicats des communistes et des socialistes, ils se plièrent progressivement au capital et à la droite avant que le pouvoir ne se retourne pour les nazis en 1933.

    Le fascisme du XXIe siècle aux États-Unis

    Je n’utilise pas le terme « fascisme » à la légère. Il y a quelques caractéristiques principales d’un fascisme du 21e siècle que je vais identifier ici.

    1. La fusion du capital transnational avec le pouvoir politique réactionnaire :

    Cette fusion fut développée pendant les années Bush et aurait probablement été approfondie dans le cas d’une Maison Blanche John McCain-Palin. Dans le même temps, des mouvements néo-fascistes tel Tea Party ou aussi bien les législations néo-fascistes, comme la loi anti-immigrant SB1070 en Arizona, furent largement financés par le capital d’entreprise.

    Trois secteurs du capital transnational se détachent particulièrement comme enclins à rechercher des arrangements politiques fascistes qui facilitent l’accumulation : la spéculation du capital financier, le complexe militaro-industriel-sécuritaire, ainsi que le secteur de l’énergie et l’extraction (en particulier le pétrole).

    2. La militarisation et la masculinisation extrêmes :

    Comme l’accumulation militarisée a intensifié le budget du Pentagone, une augmentation de 91% en termes réels au cours des 12 dernières années, les hauts gradés militaires sont devenus de plus en plus politisés et impliqués dans l’élaboration des politiques.

    3. Un bouc émissaire pour servir à déplacer et à rediriger les tensions et les contradictions sociales :

    Dans ce cas, les immigrés et les musulmans en particulier. Le Southern Poverty Law Center a récemment déclaré que « trois volets de la droite radicale — des groupes haineux, des groupes extrémistes des droits natifs, et des organisations patriotes — sont passés de 1.753 groupes en 2009 à 2.145 en 2010, soit 22% de hausse qui succède une augmentation de 40% en 2008-9 ».

    Un rapport du ministère de la Sécurité intérieure en 2010 fait observer que « les extrémistes de droite peuvent gagner de nouvelles recrues en jouant sur la peur à propos de plusieurs questions d’urgence.

    Le ralentissement économique et l’élection du premier président afro-américain se présentent comme des indicateurs spécialement adaptés à la radicalisation et au recrutement de l’aile droite. »

    Le rapport conclut : « Au cours des cinq dernières années, divers extrémistes de droite, inclus la suprématie blanche et les milices, ont adopté la question de l’immigration comme un appel à l’action, un point de ralliement, et un outil de recrutement. »

    4. Une base sociale de masse :

    Dans ce cas, cette base sociale s’organise entre les secteurs de la classe ouvrière blanche, laquelle historiquement a connu le privilège de caste raciale tout en ayant expérimenté le déplacement et éprouvé une forte mobilité à la baisse depuis que le néo-libéralisme est advenu aux États-Unis — cependant la masse des travailleurs perdait la sécurité et la stabilité dont elle avait joui à l’époque précédente, fordo-keynésienne, du capitalisme national.

    5. 5. Une idéologie fanatique du millénaire comprenant une suprématie de la culture/race qui embrasse un passé idéalisé et mythique, et une mobilisation raciste contre des boucs émissaires :

    L’idéologie du fascisme du 21e siècle repose souvent sur l’irrationalité — la promesse d’assurer la sécurité et de rétablir la stabilité est émotionnelle, pas rationnelle. Le fascisme du 21e siècle est un projet qui n’a pas — et n’a pas besoin — de distinguer entre la vérité et le mensonge.

    6. 6. Un leadership charismatique :

    Jusqu’ici un tel leadership aux États-Unis a fait largement défaut, bien que des figures comme Sarah Palin et Glenn Beck apparaissent comme des archétypes.

    Le circuit mortel accumulation-exploitation-exclusion

    Une nouvelle dimension structurelle du capitalisme mondial du 21e siècle est l’expansion spectaculaire de la population mondiale superflue — la partie marginalisée et mise à la porte de la participation productive de l’économie capitaliste, et qui constitue l’un des tiers mondes de l’humanité.

    La nécessité d’assurer le contrôle social de cette masse de l’humanité vivant dans une planète de taudis donne une puissante impulsion aux projets néo-fascistes et facilite la transition de l’aide sociale à un contrôle social — autrement dit aux « États policiers ». Ce système devient de plus en plus violent.

    D’un point de vue théorique — dans les conditions de la mondialisation capitaliste — les fonctions contradictoires de l’État de l’accumulation et de la légitimation ne peuvent pas exister ensemble.

    La crise économique intensifie le problème de la légitimation pour les groupes dominants de sorte que les crises de l’accumulation, comme celle que nous connaissons présentement, engendrent des conflits sociaux et apparaissent comme une spirale de crises politiques.

    En substance, la capacité de l’État de fonctionner comme un « facteur de cohésion » au sein de l’ordre social se décompose dans la mesure où la mondialisation capitaliste et la logique de l’accumulation ou la marchandisation pénètrent tous les aspects de la vie, en sorte que la « cohésion » exige de plus en plus de contrôle social.

    Le déplacement et l’exclusion se sont accélérés depuis 2008. Le système a abandonné de larges secteurs de l’humanité, qui sont pris dans le circuit mortel de l’accumulation-exploitation-exclusion. Le système ne cherche même pas à intégrer ce surplus de population, mais tente plutôt de l’isoler et de neutraliser sa rébellion réelle ou potentielle, de criminaliser les pauvres et les dépossédés, avec des tendances vers le génocide dans certains cas.

    Un fascisme du 21e siècle ne se regarde pas comme le fascisme du 20e siècle.

    Entre autres choses, il y a la capacité des groupes dominants à contrôler et à manipuler l’espace et à exercer un contrôle sans précédent sur les médias de masse, les moyens de communication et de production d’images symboliques et de messages, il y a des moyens permettant que la répression puisse être plus sélective (comme nous le voyons au Mexique ou en Colombie, par exemple), et soit aussi organisée de telle sorte que la masse d’incarcération juridiquement « légale » prenne la place des camps de concentration.

    En outre, la capacité de la puissance économique pour déterminer les résultats des élections autorise pour le fascisme du 21e siècle à émerger sans rupture nécessaire dans les cycles électoraux ni dans l’ordre constitutionnel.

    Les États-Unis ne peuvent pas être caractérisés comme fascistes en ce moment. Néanmoins, toutes les conditions et le processus ainsi que la percolation sont présents, les forces sociales et politiques se mobilisant rapidement derrière un tel projet.

    Plus généralement, des images de ces dernières années sur ce qu’un tel projet politique impliquerait recouvrent autant l’invasion israélienne de Gaza et la purification ethnique des Palestiniens , que les boucs émissaires et la criminalisation des travailleurs immigrés, que le mouvement du Tea Party aux États-Unis, le génocide au Congo, l’occupation de Haïti par les Nations Unies, la diffusion des néonazis et des skinheads en Europe, jusqu’à la répression indienne intensifiée dans le Cachemire occupé.

    Le contrepoids du fascisme au 21e siècle doit être une riposte coordonnée par la classe ouvrière mondiale.

    La seule véritable solution à la crise du capitalisme mondial est une redistribution massive des richesses et du pouvoir — en l’inclinant jusqu’à la majorité de l’humanité la plus pauvre.

    Et le seul moyen de redistribution ne peut venir que de la lutte transnationale de la masse d’en bas.

    William I.Robinson
    Le 31 mai 2011

     

    William I. Robinson
    Latin America and Global Capitalism
    (A Critical Globalization Perspective)
    William I. Robinson

    Source :
    The John Hopkins University Press
    Traduction personnelle en français par Aliette G. Certhoux pour La revue des ressources (30 mai 2011) avec l’autorisation de l’auteur William I. Robinson, Le captitalisme global et le fascisme du XXIe siècle / Global capitalism and 21st century fascism, source or

    http://www.rougemidi.fr/spip.php?article6807


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :