• La Grèce qui se prépare à une grève générale

    Nouvelle pression européenne sur la Grèce qui se prépare à une grève générale

    La Grèce qui se prépare à une grève générale

    Le couple Merkel-Sarkozy vient de lancer une nouvelle charge contre la Grèce : pas de nouvelle aide si le pays ne conclut pas d’accord avec la Troika et ses créanciers. Ceux-ci réclament notamment une nouvelle baisse des salaires d'au moins 15 %. Une nouvelle grève générale se prépare.

    "Il ne peut y avoir de nouveau programme [d’aide] si la Grèce ne conclut pas avec la troïka" a déclaré la Chancelière Merkel ce lundi midi. Le couple Merkozy se dit d’ailleurs plutôt confiant quant à l’accord. Car dimanche en effet, à l'issue de cinq heures de discussions avec la dite troika (BCE, FMI et Union Européenne), le Premier ministre Papademos a fait part d'une entente sur le volume des économies à réaliser (1,5 point de PIB) et sur la mise en place de réformes à entreprendre encore.
    Le but : abaisser les coûts de production et recapitaliser les banques. Rengaine habituelle, mais qui en pratique pourrait se traduire par une baisse globale d’au moins 15 % des salaires du privé. L’Etat pourrait ainsi taper dans les retraites complémentaires mais aussi comme le réclament  l'UE et le FMI, réduire le montant du salaire minimum et augmenter  l'ampleur des licenciements directs dans la fonction publique. Et comme pour encourager les Grecs, Sarkozy explique qu’ils "ont pris des engagements, ils doivent les respecter scrupuleusement. Il n'y a pas le choix, le temps presse. C'est une affaire de jours, maintenant il faut conclure". C’est une menace claire, puisque la Grèce devrait faire défaut avant la fin mars sans nouvelle aide.  

    En réaction, les deux grandes centrales syndicales grecques, Adedy et GSEE, ainsi que les partis de gauche, ont appelé à une grève générale de 24 heures aujourd'hui pour refuser les nouvelles mesures de rigueur réclamées par l'UE et le FMI. Ces nouvelles mesures "sont la chronique d'une mort annoncée (...), l'objectif est de mettre à bas tout le droit du travail et de baisser les salaires de 20 à 30% en plus des coupes déjà opérées", a déclaré le président de la GSEE.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :