• “La Grèce, première colonie de la zone euro”. A qui le tour ?

    Le nouveau plan de « sauvetage » de la Grèce imposé par la Troïka (UE, BCE, FMI) et adopté par les 2/3 du parlement grec contre la volonté populaire plonge le pays dans un chaos et une misère encore plus profonde. En instaurant l’état d’exception, dans lequel règne la menace de la faillite et l’abolition de tout indice de souveraineté du peuple, ce plan accorde aux banques le droit de vie et de mort sur le peuple grec. A ce propos, une des conditions préalables posées de la part des créanciers afin d’accorder ce nouveau prêt est la modification de la Constitution afin que le service de la dette devienne une priorité absolue et ce au détriment de tout autre paiement de l’Etat (salaires, retraites, services publics).  La politique du choc et de l’effroi, qualifiée aussi de « torture de la goutte », a franchi une nouvelle étape et annonce de manière emblématique l’avenir de toute l’Europe.
    Contrairement à la majorité des députés, la population du pays a inondé les rues pour crier « non » au chantage et pour connaître de nouveau la répression pour réponse.

    Alors que les politiques d’austérité ne font qu’exploser la dette publique, on impose au peuple grec encore plus de mesures suicidaires :

    - La réduction du SMIC de 22%, pour tomber à 450 euros par mois nets (586 bruts), contre 751 euros brut jusqu’alors ; Pour les jeunes, la réduction s’élève à 35%.
    - L’abolition des conventions collectives, par branche et par métier, remplacées par de simples contrats individuels au niveau de l’entreprise.
    - L’application rétroactive de toutes les réductions à partir de janvier 2012, des salaires, retraites et allocations chômage (qui passent de 461 euros/mois à 359, touchable uniquement pendant un an).
    - La baisse de la retraite minimum à 392 euros/mois (contre 503 euros aujourd’hui).
    - Le licenciement de 150.000 fonctionnaires de 2012-2015, dont 15.000 d’ici la fin 2012.
    - L’abolition du statut du fonctionnaire.
    - Le démantèlement de l’Etat social et la liquidation de toute la richesse du pays pour 50 milliards d’euros par la privatisation.

    Ces mesures s’ajoutent à bien d’autres imposées et appliquées depuis plus de deux ans et qui ont eu comme seul aboutissement la baisse des salaires et des retraites, l’augmentation des impôts directs et indirects ainsi que l’explosion du chômage qui devient la réalité d’un nombre de plus en plus croissant des grec-que-s

    Le peuple grec fait face à des phénomènes de misère et de pauvreté qu’il n’avait pas vécus depuis l’occupation. Le centre ville d’Athènes vit une véritable crise humanitaire, une personne sur dix se nourrit aux soupes populaires. Le ministre de l’éducation met en place la distribution de repas gratuits dans certaines écoles en réponse aux nombreux évanouissements d’élèves pour cause de malnutrition.

    Le nouveau plan, destiné uniquement au remboursement des créanciers, va perpétuer le cycle infernal de la récession qui conduit tout droit à l’explosion du déficit public et au défaut de paiement, en premier lieu à l’égard de la population. Mais, dans le même temps, il constitue un modèle pour toute l’Europe, de mise en cause des institutions et des traditions démocratiques et d’application des politiques de baisse des salaires et des dépenses publiques à un moment critique où le nombre de pauvres ne cesse d’augmenter dans tous les pays, y compris en Allemagne.

    Le Mécanisme de Stabilité, voté par la majorité de l’Assemblée Nationale en France, et le nouveau traité Européen qui l’accompagne non seulement menacent les acquis comme les conventions collectives, le SMIC et le droit des peuples de se gouverner, mais ils font aussi exploser l’égalité formelle, telle qu’elle a été inscrite dans les institutions européennes jusqu’alors, entre les différents pays. Les Financials Times brisent les premiers le tabou, en décrivant la Grèce en tant que la première colonie de la zone euro. Et ensuite, à qui le tour ? Le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie, la France ?

    Si la Grèce est un laboratoire de l’austérité en Europe, les conclusions de cette « recherche » ne sont pas réservées à elle seule. Dans ce contexte, la solidarité à l’égard du peuple grec n’est pas une position à adopter à l’égard d’autrui, mais, avant tout, à l’égard de soi-même.

    Faisons du printemps 2012 un nouveau printemps des peuples, arrêtons la catastrophe de notre présent et de notre avenir, en Europe et dans le monde.

    Répondons aux stéréotypes nationalistes et racistes par la solidarité et la lutte commune des peuples.

    http://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/

     Mediapart a diffusé mercredi soir "Et les rêves prendront leur revanche", un hommage musical et poétique à la Grèce, avec Angélique Ionatos. Le spectacle est à retrouver en intégralité ici.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :