• La création monétaire, comment ça marche?

    Le constat :

    La création monétaire est traditionnellement liée au pouvoir de créer de la monnaie, actif parfaitement liquide, possédant trois fonctions : régler des dettes nées de l'échange, unité de mesure de la valeur de tous les autres biens et instrument de réserve de valeur.

    Le pouvoir de création monétaire est détenu par les agents économiques bancaires dans l'économie. Ils alimentent ainsi en  monnaie  le circuit économique en direction des agents économiques   non   financiers   (ménages,   entreprises   non   financières,...).   La   puissance publique, l'Etat, n'a plus directement un pouvoir de création monétaire, celui ci ayant été confié dans les institutions à la Banque Centrale. Cela  laisse entière la question d'un contrôle démocratique de la Banque Centrale

    Toute banque peut créer de la monnaie, d'autant plus que celle ci est aujourd'hui à plus de 90% scripturale, n'existant que par jeu d'écritures comptables, et non par l'émission de billets ou de pièces.  Toute banque crée de la monnaie en accordant un crédit,  créance dont elle garantit  la valeur. Le crédit est à la source de la création monétaire.
    La Banque Centrale, elle joue le rôle de banque des banques. Elle émet de la monnaie banque centrale ( l'euro). Chaque banque commerciale a un compte à la Banque Centrale.

    Chaque jour s'opère une compensation interbancaire selon qu'une banque doit de l'argent à une autre, après le solde de toutes les opérations entre elles ( chèques, virements, ...). Cette compensation   s'opère   en   monnaie   banque   centrale   entre   les   comptes   des   différentes banques auprès de la banque centrale.

    Les évolutions liées à la financiarisation:

    Depuis les réformes des années 1980, trois évolutions ont été marquantes:

    1) Le marché interbancaire (ou marché monétaire) s'est élargi  : pour solder leur comptes et faire face à leurs besoins de refinancement (retrouver des liquidités disponibles après avoir distribuer beaucoup de crédits) les banques commerciales peuvent se refinancer directement entre elles ( échange de créances contre des liquidités), sans passer forcement par la Banque Centrale.
    Avec la crise financière de 2007,  les banques commerciales ayant accumulés des milliards de créances douteuses (subprimes, etc..),   elles se refusent   à se les racheter entre elles.
    D'où l'appel massif aux Banques Centrales pour un refinancement du système bancaire par centaines de milliards à un taux zéro aux USA et de 1% en Europe.
    Mais il n'y a aucun critère dans cette création monétaire massive pour sauver les banques, permettant   par   exemple   de   les   pénaliser   pour   activité   spéculative   et   de   refinancer prioritairement les activités utiles.

    2)  La  frontière   "banque   de   dépôts"/"banque   d'investissements"  a   été   abolie.
    Même les banques qui ont les comptes usuels des ménages, ont développé des activités de marché et des activités spéculatives.

    3)  La   frontière   entre   marché   monétaire   et   marché   financier   (instruments   de placements) est devenu totalement opaque  avec la libre circulation des capitaux, la multiplication des produits dérivés, le développent des échanges de "gré à gré" (échanges sans contrôle possible, souvent "hors bilan", et difficilement localisables), la confusion activité de   dépôts   et   de   crédits   usuels   avec   les   activités   de   marché   financier,   la   rapidité   et   la multiplication électronique des transactions, la multiplication des filiales, souvent dans des "paradis   fiscaux",   .....   Dans   cette   économie  d'endettement   auprès   des   marchés financiers, ces derniers dominent le marché monétaire et le financement de l'économie.

    Dans   la   globalisation   financière,   la   création   monétaire,   dans   son   ampleur   et   dans   son utilisation,   est  de   plus   en  plus  éloignée   de   "l'économie   réelle".  Au   plan  international,   on considère selon les différentes mesures que les transactions liées à l'économie réelle ne représentent que 2% à 4% des transactions quotidiennes.

    Après 2008, les "plans de relance" ont été inefficaces car captés par les marchés financiers, et aujourd'hui les "plans de rigueur" vont pénaliser les peuples, alors que les marchés vont continuer à s'accaparer une création monétaire quasi gratuite ! ( la FED maintient aux USA son taux zéro pour les banques !)


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :