• L'Afrique se meurt quand les banques se goinfrent :

    Question écrite d'André Gerin

     

    Madame, Monsieur,

    Veuillez trouver, ci-dessous, ma question écrite au ministre des affaires étrangères concernant la menace de mort et de famine qui pèse sur des millions de femmes, d’enfants, d’hommes dans la corne de l'Afrique.

    Cordialement

     André GERIN

    Question écrite

    Monsieur André GERIN attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes sur le terrible constat dressé par l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) réunie à Rome.

     La sécheresse menace 12 millions de personnes de famine dans la corne de l’Afrique. Elle perdure depuis cinq ans. Or, il n’existe aucune réserve alimentaire dans les pays concernés parce que les prix alimentaires (riz, maïs, céréales) ont explosé en raison de la spéculation des banques et que les Etats ne peuvent les financer.

    Actuellement, la tonne de blé meunier s’élève à 270 €. Elle était moins chère de moitié, il y a un an. La tonne de riz a plus que doublé en douze mois et le maïs a augmenté de 63 %.

    S’ajoute à cela l’endettement des nations dont nous parlons. Le poids de la dette étrangère est d’autant plus lourde qu’il faut exporter ce qui ne peut être produit sur place faute d’investissements et d’eau et que les surfaces cultivables sont exploitées pour les exportations au profit des pays riches.

     Rien que pour la Somalie, 1,6 milliard de dollars sont nécessaires, dont 300 millions immédiatement.

     Or, la Banque mondiale a annoncé qu’elle débloquerait 500 millions de dollars, l’Union européenne 100 millions et la France 10 millions.

     Le programme alimentaire mondial (PAM) avait un budget ordinaire planétaire de 6 milliards de dollars. Il a été réduit à 2,8 milliards parce que les pays riches ne paient pas leurs cotisations.

     Pourtant, ces derniers ont été capables de mobiliser, en quelques heures, des centaines de millions de dollars pour éponger le fiasco spéculatif des banques. La semaine dernière, 162 milliards d’euros ont été dégagés pour les banques détentrices de la dette grecque.

     Pendant ce temps-là, des millions de femmes, d’enfants, d’hommes sont menacés de famine et de mort, le monde du capitalisme mondialisé étalant toute son indécence et tout son cynisme.

    Le député souhaite savoir ce que M. le Ministre compte entreprendre pour que la France contribue à mettre fin à ce scandale.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :