• Israël augmente la pression sur la flottille de la paix

    première flotille arraisonnée par Israël en 2010

     

    Israël augmente la pression sur la flottille de la paix 

    Israël est "déterminé" à intercepter la flottille internationale transportant de l'aide humanitaire à Gaza, territoire palestinien soumis à un blocus israélien, et qui doit prendre la mer dans les prochains jours. C'est ce qu'a indiqué ce lundi soir le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué, à l'issue d'une réunion du cabinet de sécurité.

    Toutefois, les forces armées israéliennes auront pour consigne d'"éviter autant que possible l'affrontement avec ceux qui sont à bord des bateaux", selon ce même communiqué. La radio militaire affirme de son côté que la cargaison qui sera saisie en cas d'interception sera livrée à Gaza, "si aucune arme ou munition n'est trouvée.

    Des militants pro-palestiniens de 22 pays ont prévu de se retrouver "jeudi ou vendredi" au large de la Crète (sud de la Grèce) pour partir livrer de l'aide humanitaire à Gaza à bord d'une flottille de "neuf ou dix" bateaux, ont indiqué les organisateurs lundi à Athènes. Les organisateurs de cette "flottille de la liberté" ont dénoncé "des obstacles administratifs provenant des autorités grecques" qui sont selon eux "sous pression d'Israël".

    Certains des bateaux de la flottille, dont deux cargos transportant trois mille tonnes d'aide humanitaire (médicaments, ambulance, ciment), partiront de divers ports grecs, d'autres vont traverser les eaux grecques et se rencontrer au large, selon les organisateurs. Rassemblant cette année 350 militants de la cause palestinienne, des députés français, suédois, norvégiens et espagnols, des artistes, des écrivains, dont l'auteur de polars suédois Henning Mankell, ainsi que 30 à 50 journalistes, cette initiative qui se veut pacifique pour briser le blocus de Gaza imposé depuis cinq ans par Israël, survient pour la deuxième année consécutive. Du côté français, deux navires ont été affrétés, le "Dignité-Al Karama" qui a quitté la Corse samedi et le « Louise Michel », qui est déjà amarré dans un port grec.

    En mai 2010, une première tentative de s'approcher des côtes de la bande de Gaza a coûté la vie à neuf personnes après un assaut des commandos de marine israéliens contre le ferry turc Mavi Marmara qui servait de navire amiral à la flottille.

    Dans un contexte international tendu que l’assouplissement du blocus de Gaza en juin 2010 n’a pas vraiment apaisé, les militants qui s’embarquent sur un des bateaux du cortège prennent des risques même s’ils sont confiants : "On y va avec des gilets de sauvetage, non pas des gilets pare-balles", a déclaré à l’AFP, Julien Rivoire, un membre du comité de coordination français de la campagne.

     

    ---> Sur la flottille de la paix 2011, à lire :

    --> Retour sur "Liberté pour Gaza" en 2010 :

    Laure Gamaury

     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :