• Hollande et Poutine d'accord sur rien sauf sur le commerce

    Hollande et Poutine d'accord sur rien sauf sur le commerce

    Syrie, boycott de l'Ukraine lors du prochain Euro de football. Les sujets de désaccords n'ont pas manqué lors de la première rencontre entre François Hollande et Vladimir Poutine. Les deux présidents fraîchement élus se sont entendus sur l'essentiel à leurs yeux: la relance des échanges commerciaux entre la France et la Russie.

    Un "conseil économique et financier" devrait donc se réunir "rapidement" afin de "donner une nouvelle impulsion aux relations commerciales" entre Paris et Moscou, selon le communiqué officiel. Il sera suivi d'un "séminaire intergouvernemental" pour "renforcer les échanges économiques, commerciaux et les relations culturelles". Au cours de la conférence de presse post-rencontre, François Hollande a affirmé qu'il "envisageait" de se rendre en Russie au terme de ces réunions.

    Hollande demande le départ de Bachar al-Assad

    Les deux chefs d'Etat ont en revanche affiché leur mésentente cordiale sur la Syrie. Pour François Hollande, il n'y a "pas de solution possible" sans "le départ de Bachar el-Assad". "Il doit y avoir des sanctions" contre son régime syrien, malgré "les risques de déstabilisation, avec les risques de guerre civile", a expliqué le président français, qui avait cette semaine pour la première fois évoqué la possibilité d'une intervention étrangère militaire en Syrie, sous mandat de l'ONU.

    Poutine s'en remet au plan Annan...

    Refusant toute sanction à l'égard de la Syrie à l'ONU, Vladimir Poutine a jugé que "des sanctions" et des "pressions" doivent être exercées sur Bachar el-Assad, même s'il les juge "loin d'être toujours efficaces". Le président russe s'en remet toujours au plan du médiateur de l'ONU, Kofi Annan. Selon l'homme fort de Moscou, il serait "contre-productif de déclarer que sa mission est vouée à l'échec".

    ... avec Angela Merkel en soutien

    Si les points de vue entre Français et Russes semblent très éloignés, Vladimir Poutine a reçu un soutien de poids lors de sa visite à Angela Merkel, à Berlin, juste avant d'arriver à Paris. La chancellière allemande a affirmé: "Nous sommes tombés d'accord sur le fait que nous devons travailler de toutes nos forces à une solution politique" en Syrie.

    Désaccord sur le boycott politique de l'Euro. "Je ne pense pas qu'il faille boycotter des événements sportifs pour des raisons politiques", a affirmé Poutine, au lendemain de l'annonce par Valérie Fourneyron, ministre des Sports, du boycott du gouvernement français du championnat d'Europe des nations de foot en Ukraine. La France entend ainsi protester contre la détention de l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :