• Hold-up sur les familles, Huma, 26.8.11. Et : Un marché capitaliste a besoin de consommateurs

     Hold-up sur les familles, Huma, 26.8.11. Et : Un marché capitaliste a besoin de consommateurs

    Un marché capitaliste a besoin de consommateurs.

    Lorsque le capital tue le marché, il s’expose à se tuer lui-même.

     

    Vous allez me dire, le marché est mondial, les austérités et les crises peuvent se déplacer géographiquement, constituer des vases communiquant de développement du capital. Ce n’est pas certain dans un marché si imbriqué mondialement où ceux qui produisent massivement les biens de consommation à un taux de profit maximum ne sont pas ceux qui les consomment le plus. La garantie d’achat est une illusion, on ne dirige pas le monde comme une mécanique. La culture, les cultures, les modes de vie qui y sont liés sont une réalité mouvante mais incontournable pour le capital comme pour tout mode de production des « biens matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine.

     

    Il y a aussi le développement inégal, qui malgré les puissances émergentes, persistent et ne sont pas qu’économiques. Si l’économie intervient en dernière instance, le processus humain est fait de l’ensemble de l’activité humaine sous toutes ses formes.

     

    Vous allez me dire aussi que le capital pour se revaloriser peut se détruire en partie pour se reconstruire. Par exemple la destruction partielle de la Libye par la guerre (mais c’est une destruction partielle parmi tant d’autres, sous de multiples formes, la principale étant celle du travail) va offrir au capital des possibilités de profit par une reconstruction à sa façon.

     

    Mais, sauf destruction massive et généralisée, auquel cas le retour en arrière serait garanti pour tout et pour tous,  tout cela retarde un blocage du marché capitaliste mais ne l’arrête pas.

     

    Notre temps ouvre donc des possibilités de transformation du marché, de sa libération du travail contraint par la restitution à la personne de son activité en tant qu’activité libre et cohérente contribuant au développement humain.

     

    Mais cette possibilité demande une élévation du niveau de conscience humain collectif sur son propre processus de développement, sur les choix et les actions à mener pour cette transformation. Ce n’est pas un rêve impalpable, mais une nécessité à laquelle répondre. Cette nécessité ne dépend pas que d’une femme, d'un homme, d’une entité humaine (nation, groupe constitué quel qu’il soit), mais d’un processus global en formation, dont il est relativement difficile d’apercevoir la totalité en mouvement. 

     

    Ce processus existe cependant, avec ses avancées et ses reculs, ses complexes constitués locaux ou diffus dans la totalité des complexes, ses frontières relatives, ses interactions généralisées.

     

    L'optimisme ne consiste pas en une confiance « bêlante », mais à veiller à tous les créneaux, à garder le calme dans la tempête, à apprécier toute forme d’action mais en ne la détachant pas du sens sain (au sens de santé, c'est-à-dire de résistance humaniste aux maladies sociales) du processus général, et des évènements majeurs qui en renforcent le mouvement.

     

    Pierre Assante, 26 août 2011


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :