• Histoire et critique d’une légende noire

    De l’oubli de la Seconde période des désordres en Russie à l’oubli du Siècle des humiliations en Chine


    Domenico LOSURDO

    Grand Soir 76

    […] Avec une longue histoire derrière elle, qui l’avait vue pendant des siècles ou des millénaires en position éminente dans le développement de la civilisation humaine, la Chine, en 1820 encore, s’honorait d’un PIB qui constituait 32,4% du produit intérieur brut mondial ; en 1949, au moment de sa fondation, la République populaire chinoise est le pays le plus pauvre, ou parmi les plus pauvres, du monde [1]. Ce qui a déterminé cet effondrement est l’agression colonialiste et impérialiste qui commence avec la Guerre de l’opium. Célébrées en termes même emphatiques par les plus illustres représentants de l’Occident libéral (qu’on pense à Tocqueville et à John Stuart Mill), ces guerres infâmes ouvrent un chapitre extrêmement tragique pour le grand pays asiatique. Le déficit dans la balance commerciale chinoise provoqué par la victoire des « narcotraficantes britanniques », la terrible humiliation subie (« Des femmes chinoises sont approchées et violées » par les envahisseurs. « Les tombes sont violées au nom de la curiosité scientifique. Le minuscule pied bandé d’une femme est extirpé de sa tombe »), et la crise mise en évidence par l’incapacité du pays à se défendre des agressions externes, jouent un rôle de premier plan pour déterminer la révolte des Taiping (1851-64), qui mettent à l’ordre du jour la lutte contre l’opium. C’est « la guerre civile la plus sanglante de l’histoire mondiale, avec une estimation de vingt à trente millions de morts » [2]. Après avoir puissamment contribué à la provoquer, l’Occident en devient le bénéficiaire, car il peut étendre son contrôle sur un pays tenaillé par une crise de plus en plus profonde, et un pays de plus en plus dépourvu de défenses. S’ouvre alors une période historique qui voit « la Chine crucifiée » (la Russie et le Japon se sont joints entre temps aux bourreaux occidentaux). Car :... Lire la suite de l'article


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :