• Fillon souhaite un départ à la retraite à 67 ans : nouvel acte de soumission aux spéculateurs

    Fillon souhaite un départ à la retraite à 67 ans

    Le Premier ministre souhaite plus de « convergence » franco-allemande. D’un point de vue fiscal, on le savait, mais au niveau des retraites aussi. Et l’âge de départ à la retraite outre-Rhin passe à 67 ans en 2030…

    C’est un souhait exprimé. Non une promesse de réforme. En tout cas pour l’instant : "la récente réforme des retraites est un élément de la convergence sociale et le gouvernement n'envisage pas d'aller au-delà dans les prochains mois." On tente de rassurer rapidement, car ce jeudi à Matignon, François Fillon, évoquant la "convergence" fiscale entre les deux pays, s’est livrer à un plaidoyer pour un rapprochement des durées de travail et de l'âge de départ en retraite entre les deux pays. "Il faudra aller vers un temps de travail commun, il faudra aller vers un âge de retraite commun, il faudra aller vers une convergence progressive de l'organisation économique et sociale de nos deux pays" a-t-il déclaré.

    Un discours un peu hors contexte, lors de la remise du prix de l'audace créatrice à Matignon. L’argument invoqué est une fois encore : la compétitivité française.

    Fillon / retraite à 67 ans : « nouvel acte de soumission aux spéculateurs »

     

    Dernier acte en date de soumission de l'Exécutif au Médef et aux spéculateurs : reculer une nouvelle fois l'âge de la retraite.

    Pour faire passer la pilule indigeste à l'opinion publique, le Premier ministre prend prétexte de « l'alignement sur l'Allemagne ». Mais il omet sciemment de préciser que le départ à taux plein peut se faire au bout de 35 ans de l'autre coté du Rhin, contre 41 ans et demi désormais en France. Subtile différence...
    Le bras d'honneur du gouvernement aux salariés, à l'automne dernier lors du passage en force de la réforme des retraites n'a pas suffit. Monsieur Fillon cherche maintenant à imposer de fait la retraite à 67 ans en prétendant qu'elle est inévitable. Son projet d'alignement sur l'Allemagne entraînera une régression sociale et économique pour les deux pays.
    Cet enfermement dogmatique qui consiste à se coucher devant les seuls intérêt du capital mène notre pays droit dans le mur. Il y a urgence à changer de logique !
    Le financement de nos retraites peut être assuré dans l'immédiat en faisant cotiser les revenus financiers et spéculatifs au même niveau que les revenus du travail salariés. C'est par la reprise en main de l'économie par les citoyens et les salariés, pour qu'elle réponde aux besoins sociaux, au pouvoir d'achat, à la création d'emploi... que nous sortirons de la crise.
    L'humain d'abord, pas les marchés financiers !


    Parti Communiste Français


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :