• Elections italiennes

    Elections italiennes :"Il était une fois la politique..."

    Mercatale, 21 février 2013 [1]

    « Tempo fa », « il y a longtemps », Mercatale, comme de nombreux autres villages de la Toscane rouge était une sorte de temple de la politique. Et ses servants étaient légion. La participation des citoyens à la chose politique était dans doute la caractéristique la plus frappante d’une vie démocratique intense. C’était, il est vrai, au siècle dernier, au temps de la splendeur du Parti communiste italien qui scandait la vie de la communauté et faisait de l’Italie, avec la France, le pays le plus politisé d’Europe. Chaque campagne électorale était émaillée de débats et de rassemblements qui étaient le point d’orgue d’une activité politique permanente.

    Aujourd’hui, même à Mercatale la campagne est morne. Les panneaux électoraux sont vides, seules quelques affiches mal collées rappellent que l’on vote dimanche et lundi. Hier soir à la Casa del Popolo, lieu de tous les rendez-vous, quelques fidèles peu nombreux et déjà convaincus sont venus écouter la tête de liste régionale du Parti démocrate. En deux décennies un exceptionnel tissu social s’est lentement délité. La crise, le désenchantement, l’absence de véritable alternative, la déliquescence de l’héritage du PCI et surtout vingt ans de berlusconisme sont passés par là.

    Aujourd’hui les places se remplissent pour Beppe Grillo, ce comique populiste qui exalte l’antipolitique, dénonce « la caste », comme il dit, – en fait tous les corps intermédiaires – dans des monologues d’une virulence jamais atteinte depuis l’époque du fascisme. Et quand il annonce sous les exclamations, que dimanche « il ouvrira le parlement comme une boîte de thon », les mots résonnent étrangement. Il est vrai qu’une grande partie de la classe dirigeante empêtrée dans les affaires et enveloppée dans ses privilèges a tout fait pour susciter rage et rejet. Comme jadis Berlusconi dont il est finalement le double paradoxal, Grillo a fait de l’antipolitique sa politique.

    - Berlusconi est préoccupé. Il voit en Grillo un grand risque pour le pays... - Il ne supporte pas la concurrence... (La Repubblica 21.02.13)

    Et ainsi il s’apprête à envoyer une centaine de députés au Parlement. Comme Berlusconi lui-même peut réussir un score non négligeable, la partie s’annonce difficile pour le centre-gauche, encore en position de favori comme pour le centre droit de Mario Monti qui peine à trouver son espace politique. L’alliance de ces deux centres reste l’hypothèse la plus vraisemblable mais le vote des protestations contradictoires peut aussi rendre l’Italie ingouvernable. Car même à Mercatale, vieille terre de la raison et du progrès, Beppe Grillo aura trouvé ses électeurs…

    [1] Mercatale où j’ai tourné plusieurs documentaires depuis 1982 est, en quelque sorte, mon baromètre politique de l’Italie.

    http://blogs.politique.eu.org/Elections-italiennes-1-Il-etait

    Elections italiennes  : le Grand soir de Grillo

    Mercatale,23 février 2013

    Pari gagné. Hier soir à Rome pour la clôture de sa campagne (son « Tsunami Tour ») Beppe Grillo a rempli la Piazza San Giovanni : plusieurs centaines de milliers de participants avaient répondu présents pour assister à ce que Grillo lui-même appelait son « 77ème spectacle » de la campagne. Aucun parti n’en serait capable aujourd’hui. Et pied de nez supplémentaire, il avait choisi LE lieu symbolique qui appartient depuis toujours à la gauche politique et syndicale : des funérailles de Togliatti ou de Berlinguer, des 1er mai de lutte à la dernière grève générale, il n’est pas un évènement majeur de son histoire que la gauche n’ait célébré Piazza San Giovanni.

    Hier le « peuple des grillini » était comme depuis le début du « Movimento 5 Stelle » un savant mélange, de jeunes et de vieux, de déçus de la droite et de la gauche, d’abstentionnistes impénitents et d’électeurs qui « ont tout essayé », de chômeurs désespérés et de petits entrepreneurs maudissant « les taxes ». Tous réunis dans la conviction que « cela doit changer » et que tous les politiques – voleurs et/ou incapables- se valent. « Tutti a casa » hurle depuis un mois Beppe Grillo qui a fait le plein de toutes les places d’Italie sur fond de slogans qui peuvent aussi bien prendre des accents d’extrême gauche qu’emprunter une petite musique d’extrême droite. Grillo est comme Berlusconi, son double paradoxal, un vendeur de rêves : il promet tout et son contraire, la suppression des taxes immobilières (entre autres) et un salaire minimum de 1000 € pour tous, réduction drastique des dépenses (lesquelles ?) de l’Etat et l’internet gratuit pour tous. Il vante une démocratie directe en réseaux qui supprime les corps intermédiaires (notamment les syndicats) et montre le bout du nez quand il ne voit pas pourquoi les enfants d’immigrés nés en Italie auraient droit à la nationalité italienne, lorsqu’il lâche quelques propos xénophobes à l’encontre des Roms ou quand en réponse à une interpellation du groupe d’extrême droite Casa Pound, il affirme que « l’antifascisme ne le regarde pas ».

    Entendons-nous, Grillo et son Mouvement n’ont rien à voir avec un quelconque « fascisme rampant » : ils expriment une confusion généralisée et démagogique matinée de poujadisme dans le cadre d’une culture (anti)politique moulinée par vingt ans de berlusconisme. Et ils répondent incontestablement à un rejet très largement partagé d’une classe dirigeante trop souvent empêtrée dans les affaires et qui s’obstine à protéger ses petits et grands privilèges. S’il est essentiellement libéral sur la plan économique, sur la plan politique, Grillo est un antiautoritaire…autoritaire. Seul porte-parole d’un mouvement qui se veut sans structures ni responsables, Grillo en écarte sans retard ceux qui expriment des opinions divergentes. Il s’exprime exclusivement sur le mode du monologue et refuse tout dialogue ou toute confrontation avec les journalistes ou les adversaires politiques (les uns et les autres faisant partie de la même « caste » à éliminer). Prédicateur autant qu’acteur, Beppe Grillo n’a rien à commun avec un Coluche (comme s’obstine à l’écrire une bonne partie de la presse francophone). Grillo n’est pas (ou n’est plus depuis longtemps) un comique provocateur cultivant la dérision – comme l’était Coluche, y compris lorsqu’il annonçait sa candidature présidentielle-, l’acteur génois se prend au sérieux, terriblement au sérieux.

    A droite comme à gauche, on l’a sans doute trop longtemps sous-estimé. Et on a surtout négligé le sentiment de rejet qu’inspiraient les pratiques politiques dominantes. Mardi, le Mouvement 5 Stelle enverra sans doute une centaine de députés au Parlement. Il est possible que son score élevé contribue (en s’ajoutant aux voix berlusconiennes) à empêcher toute majorité et à rendre l’Italie ingouvernable. Ce que feront ensuite ces élus est une autre histoire. Ces derniers mois au niveau local (Parme) ou régional (en Sicile ou le Mouvement est désormais le premier parti), les élus du Mouvement se sont confrontés au réel et à la gestion avec un pragmatisme évident et inévitable. Le pouvoir de nuisance du « Grillisme » est sans commune mesure avec sa capacité « révolutionnaire »

     

     

     

     

    http://blogs.politique.eu.org/Elections-italiennes-2-le-Grand


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :