• DU VERT DE GRIS AU BLEU MARINE

    Propos de Chantal Brunel  : « sanctionner les noces brunes entre l’UMP et le FN »
    de : Pierre Laurent

    Portail de l'action des Elus et de la vie citoyenne

    En réponse au sondage donnant Marine Le Pen en tête de la présidentielle, Chantal Brunel veut "remettre dans les bateaux" les immigrés "qui viendraient de la Méditerranée". Cette sortie atroce de la part de la députée UMP donne envie de vomir. On touche le fond.

    L’affolement gagne les rangs de l’UMP. Ces propos racistes doivent être condamnés au plus vite par Jean-François Copé. Toute autre attitude de la part du secrétaire national de l’UMP serait comprise comme une approbation. J’appelle tous les républicains à réagir et à se servir de leur bulletin de vote Front de gauche le 20 mars prochain pour sanctionner les noces brunes entre l’UMP et le FN. C’est urgent.

    Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

    http://www.pcf.fr/8191

    DU VERT DE GRIS AU BLEU MARINE 

    Portail de l'action des Elus et de la vie citoyennePourquoi ? Pour quelles raisons Marine Le Pen bénéficie d’une telle opération de promotion depuis le début de l’année ? Cette question ne cesse d’interroger nombre de citoyens, progressistes et républicains. Bidonnés ou pas, les derniers sondages tombent à point nommés pour ceux qui jouent le remake de 2002. Martine Aubry à 20 %, Marine Le Pen 25 %, Sarkozy 20... Au-delà de la stratégie d’affolement pour appeler au vote utile dans chaque camp en 2012, la mise en avant médiatique correspond aux objectifs du FN qui passent par une nouvelle posture dans le paysage politique afin d’élargir son influence.

    L’échec de la récupération par Sarkozy des thèmes chers à l’extrême droite est patent. Ce siphonage – on se souvient du sinistre débat sur l’identité nationale – a donné une sorte de label « présentable » au FN puisque ses idées ont été reprises par l’Elysée. Comme il fallait s’y attendre, les électeurs frontistes préfèrent finalement l’original à la copie. L’UMP qui n’a cessé de racoler dans la boue du FN porte cette lourde responsabilité de l’avoir renforcé.

    On aurait pu imaginer que cela s’arrête là. Visiblement ce n’est pas le cas comme en témoigne le débat sur l’islam lancé par l’UMP.

    La droite est tentée de rejouer le coup du siphonage. Et en cas de nouvel échec, elle fait le pari que le FN peut servir de réserve et sauver la mise en 2012. A l’heure de la promotion des Le Pen père et fille, la surenchère nauséabonde est repartie sur les thèmes de l’immigration, de l’islam, de l’insécurité. Alors que l’UMP en 2007 vidait de sa substance le FN, c’est maintenant l’extrême droite qui recycle les tactiques UMP. Sarkozy est dépassé sur son propre terrain. Marine Le Pen cite Jaurès, parle « d’argent roi » et veut faire tomber les clivages gauche-droite…

    Certains à droite font le pari que ce jeu de yo-yo entre UMP et FN, s’il est incertain pour 2012, permet « d’occuper le terrain des idées » et pourrait aider à la recomposition politique en vue d’alliances futures. Dans les rangs de la majorité, cela provoque beaucoup de débat. A tel point que le chef de l’UMP, Jean-François Copé, vient de lancer, avec la député marnaise Catherine Vautrin, une « mission de réflexion sur la stratégie à conduire face au FN ». En ces temps de crise du capitalisme, d’échec du sarkozysme, attendons-nous au pire.

    Face à cela, l’incantation à l’antiracisme et au « vivre ensemble » est limitée, voire illusoire. La réponse ne peut se placer que sur le terrain politique. Au-delà des combinaisons électoralistes, la droite et le MEDEF se servent du FN pour fracasser les salariés les uns contre les autres. L’extrême droite est utile à l’UMP pour défricher le terrain des idées les plus rétrogrades. Ils font le pari qu’une fois distillé le poison du rejet de l’autre sur les thèmes de l’immigration ou de l’islam, il devient plus facile de pousser les citoyens à se tromper de colère sur tous les sujets. L’objectif est toujours le même : faire en sorte d’épargner les riches et de dédouaner les logiques capitalistes en pointant un doigt accusateur sur les plus faibles, forcément fainéants et qui profiteraient de droits sociaux qu’il convient de limiter.

    C’est cette équation perverse et terrifiante qu’il faut démonter et donner à comprendre. A l’heure de la dédiabolisation du FN, tout un chacun doit affûter ses arguments. Le silence complice du FN au moment de l’abrogation de la retraite à 60 ans en est un de tout premier plan.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :