• Charles Aznavour : « La Jeunesse est faite pour être communiste »

    Charles Aznavour : « La Jeunesse est faite pour être communiste » Ce matin, mardi 29 août, France Inter nous présentait le nouvel album de Charles Aznavour, « Aznavour toujours ». A 87 ans, le chanteur n’a pas oublié sa vision poétiquement engagée sur le monde et les choses.

     

    « Les printemps les plus intéressants sont les printemps de révoltes » racontent-ils, porté par l’espoir d’un nouveau Mai 68 comme d’une fin heureuse pour les révoltes arabes. « Toute libération d’un pays totalitaire me rend heureux ».

     

    Une des chansons extraite de son dernier album se nomme « ce printemps-là », dont voici un extrait :

    "Ce printemps-là t'en souviens-tu,

    Les jeunes étaient descendus dans la rue,

    Ils voulaient en découdre, mettre le feu aux poudres,

    Le maître mot était révolution."

     

    Une jeunesse dans laquelle le vieux Charles veut croire à un avenir prometteur : « La jeunesse est faite pour se révolter. La jeunesse est faite pour être communiste ». Mais selon lui, cet idéal de révolte « n’a pas survécu », s’est échappé des esprits, s’est dissous dans le monde d’aujourd’hui, où « petit à petit tout s’efface ».

     

    Cet idéal, Aznavour semble néanmoins toujours le porter dans son cœur : « Le seul moment où je vois des gens à l’état d’idéal c’est à la fête de l’Huma, c’est formidable ces gens, ce sont ceux qui y ont cru ». Un communisme peut-être révolu, qui n’empêche pas le poète de voir dans les yeux de ces « vieux » rêveurs un « horizon bleu ».

    http://les-communistes-de-rueil.over-blog.com

    Aznavour aussi est gris, mais lui, seulement sur le dessus de la tête ; dans ce vieux bonhomme de 87 balais, il y a encore du jaune soleil et du vert espérance et c'est sans doute pour ça qu'il vient de se mettre à chanter "l'espoir d'un nouveau mai 68".
    Il m'a surpris ce matin sur France-Inter : "La jeunesse, c'est fait pour se révolter. La jeunesse est faite pour être communiste... On veut aider tout le monde et on veut que tout le monde soit à égalité... mais l'idéal n'a pas survécu... Le seul moment où je vois du communisme avec un idéal, c'est quand on va à la fête de l'Huma et vous voyez encore ces vieux avec des yeux bleus ; on a l'impression qu'il y a des horizons dans les yeux ; c'est formidable, ces gens-là : c'est ceux qui y ont cru et qui regrettent que ça ne soit pas arrivé."
     
    Et si on se remettait à y croire, Charles ?

    Richard Hormain
     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :