• Candidatures du Front de Gauche : débat de noms ou débat de fond ?

    Par Stéphane Bonnéry, Responsable des questions éducatives au PCF, Enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation
    Ce sont ces questions, dans les forums du programme populaire partagé, sur lesquelles les communistes ont pu converger avec bien d’autres. Mais malgré les efforts, ne nous le cachons pas, la confrontation est encore insuffisante à gauche. Probablement parce que règne trop souvent depuis des décennies l’idée que pour chasser la droite, le « vote utile » et le rassemblement passent par le plus petit dénominateur commun des propositions, et donc par un débat d’idée qui devient tabou de peur qu’il ne soit diviseur. Pour un parti politique et les rassemblements auxquels il participe, ce serait un problème que de ne porter, d’élections en élections, que le minimum commun, et de se priver de cette tribune pour porter une alternative ambitieuse.
    L’analyse que les communistes portent à la réflexion collective, c’est que si l’école et le collège ont les difficultés à faire apprendre tous les élèves c’est parce que depuis le début ils n’étaient pas assez uniques, résultat d’un compromis entre démocratisation et sélection. C’est pour repenser l’école (les programmes et objectifs, les moyens en recherche et formation...) sur le modèle des enfants qui n’ont que l’école pour s’approprier les savoirs savants, qu’il faut transformer l’école. Tous en profiteront. Les familles populaires d’abord, mais aussi ceux dont la famille, si l’école avait les moyens de le prendre en charge, n’aurait plus à faire l’école à la maison ou dans des cours particuliers ou n’aurait plus à scolariser dans le privé.
     
     
      Parmi les candidats communistes à la candidature qui s’inscrivent dans la dynamique du front de gauche, André Chassaigne porte cette idée du besoin d’une nouvelle phase de démocratisation scolaire dans un cadre d’égalité nationale.
     
    Ainsi, il priorise dans la démarche le fait de conduire un débat en lien avec les luttes, sans être uniquement tourné vers les échéances électorales à court terme. Des idées peuvent devenir majoritaires et bousculer le carcan dans lequel la Ve République et les « décideurs » enferment le débat. Rarement s’est exprimée aussi fort l’aspiration à une société qui ne soit pas soumise au profit, comme à une école de l’émancipation et de l’armement intellectuel de tous. La crainte légitime de la division à gauche ne doit pas empêcher de construire une réponse politique à ces aspirations. L’ambition portée est de nature à tirer tout vers le haut : les contenus, la démarche, le rassemblement !
     
    C’est dans cette optique que les communistes tendent la main de façon critique, exigeante et constructive à la fois, dans toute la gauche, et à commencer dans les fronts de luttes et dans le front de gauche.
     
    C’est d’autant plus nécessaire que cette démarche n’est pour l’instant pas partagée par tous.
    Suffit-il de dire qu’une fois élu, les choses seront réglées, qu’il n’est pas besoin de dire ni pour quoi faire précisément, ni comment on va trouver et imposer le financement ? L’expérience de 1997 à 2002 devrait servir de leçon.
     
    Quel que soit le candidat choisi, nous ferons tous pour le mieux possible. Avant cela, il me semble qu’il y a un devoir de transparence comme responsable de contribuer à la réflexion et de dire pourquoi la candidature d’André Chassaigne me semble revêtir plusieurs avantages par rapport à celle de Mélenchon.
     
    D’abord, sur la démarche, l’expérience de Chassaigne en matière de rassemblement sur le terrain et à l’Assemblée ont fait la preuve qu’il savait mettre sa pugnacité au service non pas de lui seul, mais du collectif en intégrant les analyses et propositions du travail collectif. C’est le gage d’une mobilisation maximale de toutes les forces militantes qui composent le front de gauche. C’est encore le gage de donner le signal qu’au-delà des élections, nous souhaitons construire une appropriation populaire des questions politiques, contre la délégation de pouvoir. Le comportement de Mélenchon correspond bien moins avec ce profil. Cela pose question quand des idées ultra-minoritaires dans les forums partagés font l’objet de tentatives d’imposition d’en haut dans le PPP, notamment sur le renoncement à défendre le collège unique ou la promotion du socle commun.
     
    Ensuite, l’accès aux médias est un argument qui a été discuté. Notre défi, quand la campagne officielle aura commencé et que le temps de parole sera décompté, ne sera plus d’accéder aux médias. Ce sera ce qu’on y dira. D’autant qu’avec la pression du « vote utile » au premier tour, l’enjeu de la présidentielle me semble bien moins être le score quel que soit le candidat, que la tribune d’idées que cela offre pour la législative et surtout pour la suite : il me semble utile de ne pas prendre les élections uniquement sous l’aspect électoraliste (même si les scores comptent, bien sûr), mais aussi pour les luttes qu’elles sont l’occasion de traduire en politique, pour les idées qu’elles peuvent faire grandir. Le PCF et les fronts auxquels il participe ont tout à gagner en pensant les campagnes d’action et d’idées dans la durée, pour convaincre du lien entre urgence sociale et cheminement vers une autre société.
    De même, on ne demande pas à un candidat d’être un spécialiste de toutes les questions mais l’expérience qu’a André Chassaigne en tant qu’ancien professeur de SVT et principal de collège seront un atout dans ces campagnes où les questions d’éducation et de formation vont être parmi les questions clés, avec l’emploi, le pouvoir d’achat, la santé, l’Europe et la finance. L’expérience montre que malgré cette connaissance, André Chassaigne écoute et tient compte des apports des groupes de travail et du débat collectif.
     
    Surtout, sur le contenu, ses prises de position montrent la volonté de relever avec sérieux le défi de travailler à faire émerger une réponse progressiste aux questions qui vont modeler l’avenir. Il pourra faire de la fenêtre médiatique présidentielle une tribune pour des arguments utiles aux législatives. Tandis que les prises de position de Mélenchon contre le collège unique est de nature à brouiller le message de ce que les députés communistes et du front de gauche doivent porter sur le besoin d’un collège et d’une école primaire encore plus égalitaire, à l’instar de ce qu’ils ont déjà défendu par exemple depuis 2005 en proposant un contre-projet de loi pour une culture commune alternatif au socle minimal. C’est mettre tout le front de gauche dans une situation compliquée que de devoir militer dans les quartiers populaires et devant les établissements scolaires pendant les campagnes avec des jeunes qui auraient entendu à la télévision qu’on les assigne à une unique orientation en voie professionnelle dès la 4ème. Ces divergences ont besoin d’être débattues, pour être dépassées et pour chercher des convergences.
     
    Les communistes n’ont pas toutes les réponses. Mais c’est de la responsabilité dont a toujours sur faire preuve le PCF que de relever le défi de construire des alternatives qui contribuent au rassemblement : voilà l’équation à résoudre, ne pas fuir les aspérités du débat, ne pas en faire des fossés infranchissables entre les composantes de la gauche, faire les choix moins en fonction d’intérêts de carrière ou de boutique mais de ce qui est de nature à dessiner un avenir. Des candidats à la candidature, André Chassaigne me semble réaliser la meilleure alchimie de ces exigences.
    Ces choix pour porter un projet éducatif en phase avec un projet de société ne concernent pas uniquement les élections de 2012. Elles sont déjà en jeu dans les élections sénatoriales de septembre et le seront encore pour les municipales et territoriales de 2014, pour l’égalité effective des établissements scolaires sur le territoire national, contre la réforme actuelle rendant les établissements autonomes financièrement (chantage aux collectivités pour remplacer les enseignants par des contractuels payés localement) et inégaux sur les objectifs (écoles hors du programme complet en étant centrées sur le socle minimal).
      

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :