• Candia,la casse. Quelle riposte

     Candia,la casse. Quelle riposte

    http://www.ouest-france.fr/photos/2012/11/09/121108174623984_99_000_apx_470_.jpg 

     

    Il appartient aux travailleurs de Candia de mener la lutte dans les formes qu'ils décident.


    Il appartient aux militant extérieurs d'être solidaire avec leur lutte sans pour autant ne pas dire ce qui peut faire obstacle à son efficacité.


    La déclaration du secrétaire de la CFDT reprise par ouest France que La Canaille vous met en ligne n'est pas sans poser question :

    "Pour Gervais Bergeot, secrétaire du syndicat CFDT agroalimentaire de la Sarthe, « c’est un coup très dur. 180 licenciements sur un territoire où l’emploi souffre beaucoup depuis des années… Le reclassement des salariés va être très compliqué. L’usine est enclavée en ville, en bord de Loir. On voit mal comment on pourrait y implanter une nouvelle activité. Le seul point positif, c’est qu’on a un peu de temps, jusqu’en 2014, pour travailler au reclassement des salariés. On pense notamment au bassin d’emploi de Sablé, où il y a Bel. Au niveau régional, la CFDT va contacter la personne en charge du redressement productif à la préfecture de Région, pour que l’État nous vienne en aide. »"

     

    N'y a-t-il que la fatalité de la fermeture liée à la résignation d'un éventuel "reclassement", un mot qui comme celui de "plan social" charrie ses tonnes de mépris des producteurs de richesse ?


    Rien sur la contestation des choix de Candia, un accompagnement du plan patronal et une sollicitation des pouvoirs publics. "Fatalitas !" disait Cheri Bibi, ou plutôt stratégie de redéploiement du capital devrait dire un syndicaliste ? 

     

    Bonne nouvelle quand même, l'usine du Lude immédiatement a été stoppé, ses travailleurs se sont mis en grève.


    http://www.ouest-france.fr/photos/2012/11/09/121109093931717_53_000_apx_470_.jpg

    8h00 ce matin les accès sont bloqués

     

    Mais, Interrogé à ce sujet en marge de l'inauguration du premier salon du "made in France", à ParisMontebourg (qui est LE responsable de cette activité au plan gouvernemental) vient concernant le dossier candia de dénoncé des "dégâts liés à dix années de laisser-faire et d'abandon de l'industrie française".


    C'est un peu comme si celui qui aime à se glisser dans les pas de St just vétu comme un mutin de la Mer Noire rendait Necker responsable des difficultés de la Révolution.

     

    Comme Montebourg est plus un Necker qu'un St Just, et comme le secrétaire de la CFDT Candia ne sort pas du faubourg St Antoine, cela laisse tranquille les Bastilles du capital.


    Pourtant la colère gronde, les travailleurs dans la Sarthe ont  installé des piquets de grève.


    Ouest France encore lui nous dit :

    "Au lendemain de l'annonce de la fermeture de trois sites de conditionnement, les salariés de l'usine Candia du Lude ont mis à l'arrêt la production et bloqué la collecte de lait vendredi 9 novembre au matin.

     

    Un comité d'entreprise en présence du directeur général, Maxime Vandoni, a eu lieu vendredi matin sur le site qui emploie 190 salariés. Pendant ce temps, une trentaine d'employés se trouvaient devant l'entrée de l'usine où ils ont disposé des palettes et deux braseros, empêchant la collecte du lait.

     

    Les salariés avaient également installé devant l'usine un mannequin avec un autocollant Candia sur le tee-shirt et l'inscription : "Vandoni tête de mort". En outre, ils ont écrit à la bombe de peinture sur des cartons "Ici cimetière Candia", au pied d'un grillage face à l'usine. Des vestes de travail étaient posées sur le grillage. Des représentants des salariés doivent rencontrer à 16 h 30 en préfecture le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll, ancien député du département.

          Outre le site du Lude dont la fermeture est prévue pour la mi-2014, le groupe a annoncé jeudi la fermeture des sites de Saint-Yorre (Allier) et de Villefranche-sur-Saône (Rhône) d'ici à la fin 2013. La fermeture de trois des huit sites de conditionnement du groupe va entraîner une baisse des effectifs de 20 %, Candia employant 1 450 personnes. En revanche, les éleveurs ne sont pas touchés puisque la collecte auprès des 12 400 producteurs restera inchangée.      

    Pour les 313 personnes qui devraient perdre leur emploi"Candia s'engage àproposer à chacun d'eux une offre de reclassement" dans l'entreprise et examinera les options de reconversion industrielle des sites.

    L'usine du Lude produit du lait UHT en briques, du lait aromatisé et de la crème liquide. Selon une source syndicale, le site du Lude produit 3 millions de litres de lait et crème liquide par semaine.

     

     

    Nous sommes devant une liquidation de la filière agro-industrielle française. Plutôt que de donner des milliards au capital (Candia compris) un programme socialiste ne devrait-il pas user de ces moyens pour contraindre le capital ?


    Il ne le fait pas. Et pourquoi le ferait-il puisqu'il est aidé dans sa tâche dans l'atterrissage par l'accompagnement et la non contestation des décisions des grands groupes.

     

    Parce que,  excusez du peu, Candia ce n'est pas le crémiers qui vend ses BOF sur le marché du coin quand même. 5ème groupe laitier européen premier français. Filiale du groupe Sodiaal  Union "qui décide de l'orientation du groupe et des évolutions capitalistiques et patrimoniales" dit son site internet., 4.4 milliards d'€ de chiffre d'affaire. Un groupe ou figurent quelques fleurons ;  

     -Candia, pour le lait de consommation ; directeur général : Maxime Vandoni

     Entremont, fromages à pâtes pressées et fondus ; président : François Boudon

     Monts et Terroirs,  pour les fromages AOP (appellation d'origine protégée) ; président : Alain Cannard

     Beuralia, pour la matière grasse laitière ; président : Philippe De Jongh

     Nutribio, produits diététiques, laits infantiles en poudre et ingrédients laitiers élaborés ; président : Pierric Magnin

     Eurosérum, pour le lactosérum déminéralisé : président : Yves Rambaux

    CF&R, pour les fromages à pâtes molles et pâtes pressées ; directeur général : Stéphane Velay

     Régilait , pour la poudre de lait ; directeur général : Jean-Yves Levier

    Yoplait, les produits ultra-frais ; président : Lucien Fa

     

    A l'autre bout de la chaîne, ces pôv' patrons qui n'y arrivent pas baissent le prix du lait payé aux producteur (lesquels n'ont pour l'instant pas l'air de se solidariser des prolos qui traitent leur matière première).

     

    Cela ne surprendra pas les lecteurs de Canaille le Rouge mais il semble que la position de la FD de l'agro alimentaire CGT est plus en résonance avec les urgences quand,chez les travailleurs de Fralib qui occupent depuis bientôt 800 jours, elle déclare : 

     12-11-09--CGT-agro-et-industrie.JPG

     lien ici avec la fd CGT de l'agro

     

    Avec la cascade d'annonces de fermetures sites industriels qui accompagne à chaque concession et cadeau fait par le pouvoir,  nous sommes au coeur de la stratégie de l'UE pour le capital et donc au coeur des promesses de campagne de Blumollet.

     

    Th.Lepaon a raison quand il dit que le gouvernement à des comptes à rendre au travailleurs.

     

    Et comme il ne veut pas les rendre, peut-être serait-il urgent de regarder comment les lui faire cracher et éventuellement en mettant la pression sur les patrons et les rouages politiques, bancaires et administratifs qui roulent pour eux .

     

    Si on les laisse faire rien ne les arrêtera.


    Oh, Gulliver ! on se réveille quand ? 

    http://4umi.com/image/book/swift/gulliver-rackham-lilliput1.jpg

    Par canaille le rouge


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :