• Bien le bonjour monsieur le curé d'Eréac

    Bien le bonjour monsieur le curé d'Eréac 

         

       

    Bon, je ne suis pas spécialement croyant. Je dois dire même que je suis totalement athée, peut-être grâce à Dieu et à ceux qui se servent des religions pour diriger le temporel. Et en ce moment, toutes les religions de France, partant en croisade contre le mariage pour tous, n'arrangent pas les choses.

    Mais mon pote la Canaille rouge, qui est du même calice que ma pomme, a repéré un article dans le Télégramme de Brest, au sujet du curé d'Eréac en Bretagne, prêtre de la paroisse et maire du village à la fois. La Canaille rouge demande de faire tourner son article et c'est bien volontiers que j'accepte.

     

    "Mariage gay. Pas d'états d'âme pour le maire et prêtre

    Elie Geffray, maire d'Éréac et prêtre, estime que la «clause de conscience» n'a pas à peser en la matière.

    "Les lois, en vertu du principe de la laïcité beaucoup trop négligé aujourd'hui. IUn maire n'a pas à faire intervenir ses convictions religieuses dans l'exercice de ses fonctions. Ou alors, il démissionne". Des propos d'autant plus décoiffants qu'ils sortent de la bouche d'un prêtre. 

    La vertu de la laïcité
     

    Élie Geffray confesse avoir été très excédé par l'attitude de François Hollande quant à l'application de la loi sur le
     mariage pour tous: «Si, à chaque fois qu'on vote une loi, on peut ne pas l'appliquer en raison d'une clause de conscience, c'est dangereux... Que les cultures puissent s'exprimer, c'est normal, affirme le maire d'Éréac. Mais que l'on veuille imposer sa différence religieuse, je ne suis pas d'accord. Et cela, quelle que soit la religion. Je suis chrétien sans complexe, soit, mais aussi sans arrogance... Dans l'espace public, la laïcité est cette vertu qui régule nos différences. Et je suis pour le moins étonné que le président de la République ne s'en sente pas le garant rigoureux». 

    Légiférer pour pacifier
     

    Quant au
     mariage gay, Élie Geffray, en tant que prêtre, confie avoir de sérieuses raisons d'être contre, au niveau anthropologique. «Mais d'un point de vue pratique, il y a de bonnes raisons d'être pour. Le mariage gay, dans dix ans, ce sera anodin et ça ne perturbera pas la société. C'est comme le Pacs. Sur ce genre de question, il vaut mieux légiférer pour pacifier la société. Imaginez ce que serait la société française si on n'avait pas réglementé le divorce, la contraception ou l'avortement... En Espagne, où le mariage gay existe, c'est plus la crise financière qui perturbe la société que cette question-là. À cet égard, je préférerais que les évêques français mettent plus leur énergie à lutter contre une société qui détruit des familles et supprime toute perspective à la jeunesse qu'à combattre le mariage homosexuel. Même si je comprends leurs réticences, il faut une hiérarchie des urgences...».

     

    L'homme est atypique. En plus ou à côté d'être maire et prêtre il est aussi sociologie, philosophe et géographeEt la Canaille ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire sa déclaration devant le monument au mort de sa commune le 8 mai 2012 :

     

     

    Déclaration d'Elie Geffray, maire d’Eréac, devant le monument aux morts lors de la cérémonie du 8 Mai.

    "Il y a quatorze noms de victimes de la guerre 39-45 sur notre Monuments aux Morts. Avant d’observer la minute de silence traditionnelle , je voudrais que l’on pense à eux d’une manière particulière, en raison des circonstances que je vais expliciter ici.

    Il y a 79 ans, en 1933, en Allemagne, un sinistre personnage entamait son accession au pouvoir, tranquillement, par les urnes, au cours d’un scrutin démocratique. Ce personnage, c’était Adolph Hitler. Son langage était simple. Il exaltait la nation allemande bien au-delà du patriotisme. Avec fanatisme. Son nationalisme s’accompagnait de la haine des étrangers et se focalisait sur les juifs. La doctrine du nazisme a eu les résultats que l’on sait et les 14 noms gravés sur ce monument  nous la rappellent concrètement.

    A l’instant, dans la déclaration de Marc Laffineur, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense Nationale, on nous disait qu’après plus de cinq années de luttes acharnées, le nazisme avait été anéanti. Est-ce si sûr ? On vient d’apprendre qu’en Grèce, un parti néo-nazi a fait un score de 8% aux élections législatives. Profitant de la crise, l’extrême-droite remporte des succès dans de nombreux pays européens. Chez nous, pendant la campagne électorale qui vient de s’achever, on a entendu ces deux thèmes refleurir : le nationalisme et la haine des autres. Les autres désormais, ce ne sont plus les juifs, mais les immigrés, les arabes, les noirs. Nous avons été particulièrement complaisants à l’égard de ces thèses. J’ai ressenti comme une humiliation et comme un déshonneur qu’Eréac leur ait accordé 20% de ses suffrages le 22 avril. Si nos quatorze héros de la guerre pouvaient parler, ils nous auraient certainement rafraîchi la mémoire. Mais ils ne peuvent plus parler. Alors, c’est à nous de le faire et en particulier aux Anciens Combattants qui sont chargés de la vigilance et à qui je vais écrire. Mais aussi à nous tous qui sommes conscients des dangers qui nous menacent.

    Et c’est en ce sens que je vous convoque à cette minute de silence qui sera à la fois celle de la mémoire et de la réparation ».

     

    Sans commentaire de ma pomme. Ah si Canaille le Rouge est toujours à lire ici: link

    http://le-blog-de-roger-colombier.over-blog.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :