• Au cœur des débats de la Conférence nationale du PCF.

    Elections 2012 : Au cœur des débats de la Conférence nationale du PCF.  

    Dès cet après-midi, après avoir manifesté devant le Ministère des finances et de l’économie, et jusqu’à dimanche, les 800 délégués    communistes à la Conférence nationale seront au cœur du débat horizon 2012. 

    Parmi les décisions à prendre, celle des candidatures à la présidentielle soumise au vote des communistes lors de leur congrès des    16,17, et 18 juin prochain. 

    Si la proposition de la Direction nationale du PCF de reconduire le Front de Gauche aux élections présidentielle et législative    est retenue, ce sera les 4ième et 5ième fois que l’alliance PCF, G et GU se représentera devant le suffrage des électeurs.

    Elle le fera pour porter un programme partagé répondant aux aspirations des citoyens, pour une alternative à la droite et au social-libéralisme. 

    Néanmoins, les débats seront intenses, notamment sur la position de Pierre Laurent qui lors du C.N du 8 avril dernier affirmait sa    préférence pour envisager la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

    Ce matin, alors que les travaux de la Conférence n’ont pas encore commencé, le secrétaire national du PCF a réitéré sur RTL cette préférence en déclarant : « J-L Mélenchon sera le candidat du PCF et du Front de    Gauche… ». Bel exemple de retenue, de discrétion et de démocratie à l’égard de camarades qui constituent le PCF dans toutes les régions et les villes françaises. 

    Ces positions sont limites acceptables car elles veulent peser sur le débat. Elles sèment le trouble et créent le malaise chez les militants(es) auprès de qui la candidature du Président du PG est loin de faire l’unanimité voire la majorité… 

    En effet, de très nombreux militants(es), responsables ou élus(es) préfèrent la candidature d’André Chassaigne porteuse d’un autre conception du Front de Gauche, plus collective et plus démocratique. 

    Deux autres candidatures, celles d’André Gérin et d’Emmanuel Dang Tran représentent des candidatures communistes autonomes. 

    Alors, un des enjeux de la Conférence nationale sera d’établir un bulletin de vote comportant un seul nom, s’alignant ainsi derrière la Direction ou plusieurs noms respectant ainsi la démocratie et la souveraineté des communistes....et au-delà de leurs    rangs. 

    A ce sujet, 21 secrétaires départementaux, dont Alain Bolla pour le Var    viennent d’adresser une lettre collective à la Direction dont voici quelques extraits : « Pouvons-nous envisager qu’une consultation qui ne laisse pas le choix, ou un choix par    défaut, aux communistes puisse permettre de les mobiliser dans les batailles politiques décisives pour 2012… » « Chaque communiste doit être respecté dans l’expression de sa    souveraineté jusque sur le bulletin de vote…. »

     

    Quatre candidats, quatre portraits rapides.

     

    Jean-Luc Mélechon : le    président du PG a été plébiscité par les membres de son parti lorsqu’il s’est déclaré candidat pour représenté le Front de Gauche.

    Aujourd’hui, il est très impatient d’être définitivement fixé sur la place que lui réserve les communistes.

    Cet empressement contredit totalement sa déclaration de janvier dernier dans laquelle il affirmait « ne pas vouloir faire    preuve d’empressement pour être candidat.. »

    Fébrile depuis quelques temps le même J-L Mélenchon déclarait au Figaro début mai (le 5) : « que s’il n’était pas    choisi, on sera tous cassés… »

    Homme providentiel, EGO démesuré, caprice de Star de l’audio visuel, atavisme électoraliste issu de son passé au PS…chacun y    trouvera une interprétation et comprendra comme il le souhaite ce genre de déclaration. 

    Personnellement, j’y vois un énorme EGO et un détestable chantage à l’égard des communistes qui représentent de très loin la plus    grande composante du Front de Gauche avec 134 000 adhérents, contre 8000 au PG et quelques centaines à la GU. 

    Son soutien à l’intervention de la France via l’OTAN en Lybie, son style très personnel employant le «  Je » à outrance,    son hostilité stérile et systématique comme pour régler des comptes à l’égards de ses anciens camarades du PS entretiennent le doute, voire le rejet parmi les communistes, mais aussi parmi les    électeurs de gauche déçus par les socialistes. Pourtant les médias jouent à fond sa carte et le personnage gesticulant se régale sur les plateaux en oubliant ses partenaires et en faisant son    show. 

    De son côté, un Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et premier supporter de Mélenchon reste quasi inconnu par un grand nombre de nos concitoyens. Ce N’est plus de l’abnégation, c’est de l’effacement !!

     

    André Chassaigne : Le député    du Puy de Dôme n’a pas du tout la même conception du Front de Gauche. Il s’en sert comme un outil de rassemblement visant à satisfaire les exigences    populaires.

    Beaucoup moins invité par les médias ( c’est voulu ) André Chassaigne a sillonné la France d’en bas, des petites gens pour    présenter sa candidature.

    Derrière sa grande carcasse imposante, ses yeux bleus, son pragmatisme l’élu    privilégie l’intelligence collective au comportement perso, la participation citoyenne et sa volonté d’élargir le mouvement Front de Gauche au mouvement social et    associatif.

     

    Avec sa méthode et sa stratégie consistant à placer les gens au centre des    décisions, il a obtenu le meilleur score du Front de Gauche avec 14,3% des voix en Auvergne lors des régionales.

     

    En s’appuyant sur les luttes, sur la prise de conscience collective et sur le programme du CNR, le député auvergnat appelle à « un    changement de civilisation où partage des richesses et enjeux environnementaux seront au cœur de la    démarche politique en y associant les populations. »

    Pour l’élu, si son nom n’est pas retenu, il faudra répondre à deux question :

    -         « La    souveraineté des communistes a-t-elle été respectée ?... »

    -         Et    « comment rassembler les militants pour que le Front de Gauche obtienne les meilleurs résultats aux législatives comme à la présidentielle ?... »

     

    Si je partage la première question avec mon camarade André, j’ai un doute sur la mobilisation des militants qui se seraient sentis floués ou bafoués par les arrangements d’appareil et de l’attitude de la Direction du PCF à leur égard.

     

    Emmanuel Dang Tran : Le    secrétaire de section sera candidat communistes et il ira jusqu’au bout de sa démarche.

    Pour lui, « Le Front de Gauche c’est la négation du point de vue des communistes. » Il se demande « si s’effacer    derrière le mitterandien, le maastrichtien, l’Otaniste, le politicien Mélenchon serait véritablement le choix de la raison ?... »

    Pour lui les forces anticapitalistes du PCF doivent faire vivre le parti et être au cœur de la lutte de classe.

    D’après lui, de très nombreux communistes ne s’intégreront pas dans le dispositif de campagne de Mélenchon car les structures du    Front de Gauche sont en fait constituées pour supplanter le PCF.

     

    André Gérin : Le député maire PCF du Rhône est lui aussi candidat pour représenter une candidature autonome du PCF et sa critique à l’égard du Front de Gauche est    réelle.

    Pour lui, « comme en 1965 et en 1974, l’absence d’un candidat communiste représentant le PCF serait préjudiciable non    seulement au PCF mais à l’électorat de gauche » et le député de déclarer : « Soyons lucides, le Front de Gauche a pour objectif la disparition du PCF et Mélechon est là pour    terminer le travail de Mitterand » ( qui avait siphonné plus de 3 milions de voix aux communistes en 1974.)

    Points forts de sa    démarche : remettre en avant la question des nationalisations, des nouveaux droits pour les salariés, une nouvelle constitution pour en    terminer avec la monarchie républicaine. L’élu ne se résoudra jamais à la disparition programmé du PCF. 

     

    Au final, durant ces trois jours de débat et de construction pour une autre société,    les 800 délégués de la Conférence nationale réunis à Montreuil auront un double objectif :

     

    -         Un programme    fort de leurs propositions pour répondre aux exigences du monde du travail et de leurs familles. 

    -         Ne pas casser    la vie démocratique du PCF et ne pas décevoir ses adhérents(es) en établissant un bulletin de vote ouvert permettant à chacun de s’exprimer en toute conscience et en toute liberté les 16,17 et 18    juin prochains.

     

    Pour ma part j’ai toujours milité et soutenu un Front de Gauche comme outil de    rassemblement très large du peuple de gauche, ouvert au mouvement social et associatif, un outil au service de nos concitoyens construit pour eux et avec eux. 

    Par contre je ne conçois pas qu’il devienne un levier de promotion pour une personnalité visant à une OPA sur le Front de Gauche    lui-même ou le PCF. 

    L’Union Oui mais dans la clarté et la loyauté pour être au service du plus grand nombre et pour fédérer des millions de Français    sur des valeurs de Gauche radicale sans arrières pensées politiciennes. 

    Jean-Marie Bernardi.

    Militant communiste varois. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :