• Aller, m'sieur de Matignon, un peu de courage !!

    Le cidevant Arnault Bernard à la frite fiscale et nous le fait savoir.

     

    Encore un petit peu de patience, La Canaille très rapidement aura l'occasion d'y revenir plus en détail, mais la haine du B.A. de luxe  pour le collectivisme même relativisé à la sauce Ayrault lui donne des boutons et incite à thérapie efficace.

     

    Tel César en colère franchissant le Rubicon, le nanar de l'art moderne tente de passer le Quiévrain. Avec armes, valeurs, trésors culturels et bagage.

     

    Pour cadrer les choses, rien de plus simple que mettre à plat le contenu du bagage : Un festival d'œuvres d'art et divers impédimenta culturels adossés à une capitalisation formant rentes elle même issues de le surexploitation sans frein des salariés sous la férule du dit sieur.

     

    Vous n'avez qu'à demander aux copines de la Samar ce qu'elle pense du philanthope qui navre les roses bobos parisiens par son annonce.

     

    Par contre silence sur la nature et les conditions d'accumulation de ce patrimoine.

     

    Les réactions plus que timides incitent à hausser le ton et commande à poser la question de la récupération collective du fruit de ses spoliations.

     

    Par exemple (et cela vaut pour d'autres sites et activités), La Canaille propose que le conseil de Paris auditionne le nouveau maire du 4eme arrdt qui comme un des bras droits de la déesse de l'accumalation a valorisé sur son CV d'être un des adjoints du dit Arnault lequel usa de ses compétences du dit adjoint pour s'approprier la Samaritaine et son patrimoine immobilier et d'en licencier les personnels.

     

    D'ailleurs, puisque monsieur Arnault se parfume de devenir un koblencien fiscal, pourquoi ne pas mettre au gout du jour la mémoire historique de Paris tel que le maire de la capitalene manque jamais (à juste titre) de le rappeler : mise sous séquestre de ses bien immobiliers, dévolution au musée nationaux du patrimoine culturel, retour de l'outil industriel aux salariés de chez Vuitton (maroquinerie) , Moët (champagne) Hennessy (cognac), pour ne rien dire des vignobles aquitains (dont le grandiose Chateau d'Yquem qui comme le Louvres ou la Tour Eiffel devrait apparttenenir à la nation) où d'ailleurs, toute une main d'œuvre compétente capable outre de se payer et même de s'augmenter, pourra contribuer à la richesse nationale et de pérenniser des savoir faire représentatifs de la France certainement mieux que le conservateur des coupons qui les prends en otages.

     

    Le foncier non agricole ou industriel pour faire du logement social, les outils culturels versés au patrimoine public du pays, les avoirs internationaux pour y installer des ambassades de la coopération culturelle et mis à disposition de l'Unesco. Cela aurait de la gueule, ne trouvez vous pas ?

     

    En plus comme avertissement à ceux qui auraient de vélléité d'imitation, cela ne manquerait pas d'exemplarité. 

     

    Pourquoi ne pas poser cela publiquement les 15 et 16 sptembre, journées du patrimoine ? Il semble que des moments politiques s'y préteraient avec à propos si toutefois ceux qui les organisent ont encore en mémoire ce type de solutions.

    Par canaille le rouge


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :