• 1er mai: CFDT, CFTC et UNSA défileront pour défendre l'ANI sur l'emploi

    Social-Eco - le 12 Avril 2013

    1er mai: CFDT, CFTC et UNSA défileront pour défendre l'ANI sur l'emploi

    La CFDT, la CFTC et l'Unsa ont annoncé ce vendredi des initiatives communes pour le 1er mai, jour de la fête internationale du travail, pour réclamer la fin des "politiques d'austérité aveugle" en Europe et défendre l'accord sur l'emploi du 11 janvier.

    Cette annonce officialise la désunion des syndicats suite à la signature de l'accord national interprofessionnel sur l'emploi, signé par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CGC, mais pas par la CGT ni FO. Les centrales défileront ainsi en ordre très dispersé ce 1er mai: la CGT, Solidaires et la FSU d'un côté; la CFDT, la CFTC et l'UNSA de l'autre; Force ouvrière fera cavalier seul avec un rassemblement au Mur des Fédérés du Père-Lachaise à Paris.

    Le 1er mai 2012, 750.000 personnes avaient défilé à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, UNSA, FSU, et Solidaires contre le spolitiques d'austérité menées par le gouvernement Fillon et les attaques anti-syndicats de Nicolas Sarkozy, alors en pleine campagne présidentielle.

    Obtenir des résultats

    Dans un communiqué publié ce vendredi, les trois confédérations réformistes réaffirment, , leur "soutien à l'accord emploi et sécurisation professionnelle du 11 janvier 2013 en cours de débat parlementaire et à la loi qui le transpose". Selon elles, cet accord signé par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC, mais pas par la CGT ni FO, "montre que l'action syndicale et le dialogue social permettent d'obtenir des résultats, de construire des solutions face à la crise. C'est un point d'appui pour poursuivre et amplifier la mobilisation en faveur de la croissance et de l'emploi, en protégeant mieux les salariés".

    Priorité à l'emploi

    Les trois syndicats déclarent par ailleurs vouloir "ce jour-là exprimer leur solidarité et leur soutien aux travailleurs qui, partout dans le monde, n'ont pas accès aux droits fondamentaux, ne peuvent s'exprimer et s'organiser librement". Elles soulignent aussi "le besoin de politiques européennes qui donnent véritablement la priorité à l'emploi et à la réduction des inégalités". "Il faut mettre un terme aux politiques d'austérité aveugle qui provoquent chômage, précarité et montée des replis nationaux et des populismes", ajoutent-elles.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :